A la Une

4 questions au … Dr Riadh Zribi: Urologue

Publié le
4 questions au … Dr Riadh Zribi: Urologue

Prostatectomie radicale coelioscopique
Elle vient d’être pratiquée en Tunisie !
Geste chirurgical courant en Europe et aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années déjà, la première prostatectomie radicale par coelioscopie (PRCo) n’a été réalisée en Tunisie que le 24 septembre 2012. Le point avec Dr Riadh Zribi, chirurgien urologue.

par Rym Benarous

Prostatectomie radicale coelioscopique ou PRCo : Une dénomination compliquée pour dire…

Indiquée en cas de cancer de la prostate localisé, elle consiste en l’ablation totale de la prostate et des vésicules séminales. Contrairement à la prostatectomie radicale classique qui nécessite une incision verticale depuis l’ombilic jusqu’au pubis, elle est réalisée à travers quatre ou cinq petits trous d’environ 0,5 cm par lesquels on introduit les instruments chirurgicaux.
L’optique et la caméra sont introduites par une incision au niveau de l’ombilic. Le chirurgien pratique l’intervention grâce au zoom de la caméra (un agrandissement jusqu’à 30 fois) et l’écran devant lui.
Ainsi, la dissection est plus que jamais fine et précise pour obtenir d’excellents résultats sur la continence et même sur la préservation de l’érection.

Des avantages par rapport à la prostatectomie radicale classique ?

Déjà, elle ne nécessite pas d’incision, ce qui diminue considérablement le risque de complications post-opératoires et des douleurs, donc aussi des doses de médicaments antalgiques. Le patient reste moins longtemps hospitalisé. Enfin, l’intervention prend autant de temps qu’une intervention chirurgicale classique.

Quel est l’avantage de pratiquer cette intervention en Tunisie ?

Jusqu’à présent, les malades tunisiens n’avaient que deux choix : soit subir une prostatectomie radicale classique, soit partir à l’étranger pour y subir une PRCo. Aujourd’hui, ils ont la possibilité de le faire en Tunisie pour un coût moindre (en France, elle est pratiquée à 22.000 euros) et en s’épargnant la peine du voyage.

Pourquoi n’a-t-elle été pratiquée en Tunisie que tout récemment ?

La coelioscopie en urologie est pratiquée chez nous depuis une dizaine d’année maintenant. On peut réparer des malformations congénitales des voies urinaires, traiter des calculs urinaires, corriger un prolapsus uro-génital chez la femme, enlever un rein malade ou une surrénale, etc. Ceci se fait couramment dans toutes les structures médicales publiques et privées. La PRCo n’a été faite que récemment parce que c’est une intervention difficile même à ciel ouvert et parce qu’elle demande une dextérité et une habilité particulière aussi bien pour le geste d’ablation que pour le geste de suture de la vessie avec l’urètre. Un apprentissage long de la coelioscopie et en particulier de cette intervention est indispensable pour pouvoir la pratiquer.