A la Une

Ablation de la vésicule biliaire….et après ?

Publié le
Ablation de la vésicule biliaire….et après ?

La cholécystectomie est une opération qui met un terme aux complications liées à la formation de calculs. Il s’agit de l’ablation de la vésicule biliaire dans laquelle peuvent se former des petits cailloux. Quels sont les effets de cette opération ? Et quelles recommandations postopératoires préconiser ?

par Hela Kochbati

La vésicule biliaire se situe au niveau du foie.

La vésicule biliaire est une poche musculeuse de couleur verte qui mesure environ 10 cm de long et contient à peu près 50 ml de bile. Elle sert donc de réservoir à la bile qui est fabriquée par le foie en continu. La bile est un liquide qui contient de l’eau, du cholestérol, des pigments comme la bilirubine et des sels biliaires, elle facilite la digestion des lipides. La synthèse de la bile peut changer avec la présence de certains germes, des cristaux se forment et s’assemblent en amas de petits cailloux.
Certains facteurs déterminants comme l’obésité, les grossesses multiples et certains médicaments favorisent la formation de ces calculs composés de cholestérol sanguin (80 %) et de pigments (20 %). Plus d’un quart des personnes âgées de plus 50 ans ont un ou plusieurs calculs. Généralement, ces cailloux ne causent aucune douleur. Cependant, quand ils se réveillent, ils peuvent provoquer des douleurs intenses au niveau de l’abdomen.
La vésicule biliaire est liée au foie, au pancréas et à l’intestin grêle par une série de canaux. La bile, qui intervient dans la digestion et l’absorption de la graisse, participe également à l’élimination de déchets et substances toxiques dont elle débarrasse ainsi le corps.
Au cours de la digestion, en cas d’alimentation riche en lipides, la vésicule biliaire se contracte et libère la bile. Celle-ci passe par le canal cholédoque et se déverse au niveau du duodénum.
La vésicule biliaire est un organe qui peut être atteint de stases et de formations de cailloux de taille variable.

Parmi les risques liés aux troubles de la vésicule biliaire et qui nécessitent son ablation, il y a la cholécystite aiguë, une infection induisant une obstruction des canaux cystique et cholédoque. Des complications graves peuvent survenir comme la pancréatite ou péritonite. Les calculs peuvent ainsi être à l’origine d’une infection aiguë des voies biliaires, c’est l’angiocholite. A ce stade, l’ablation de la vésicule biliaire est nécessaire.

L’ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) : une opération anodine

La plupart des cholécystectomies est réalisée par cœlioscopie, chirurgie pratiquée sous anesthésie générale. Par l’intermédiaire de deux à cinq instruments chirurgicaux d’un centimètre, appelés trocards, on introduit un tube optique relié à une caméra et à une source de lumière froide, après avoir gonflé l’abdomen à l’aide d’un insufflateur de CO2, et des instruments chirurgicaux. La ligature puis la section du canal et de l’artère cystiques sont réalisés sous contrôle de la vue, ainsi que la dissection du lit vésiculaire.
Le chirurgien procède par incisions de 1 à 5 mm au niveau de la cavité abdominale pour retirer la vésicule biliaire. La convalescence, après cette opération, dure jusqu’à trois semaines.
L’ancienne pratique chirurgicale, la cholécystectomie par laparotomie, est réalisée quand les cailloux sont de grande taille. Les incisions sont alors de l’ordre de 7 à 10 cm. Au cours de cette intervention, la convalescence nécessite de quatre jours à deux mois.

Ablation de la vésicule biliaire et après ?…

L’ablation de la vésicule biliaire pourrait induire, chez certains patients, une augmentation de la vitesse du transit intestinal, des ballonnements ou des crampes. Pour pallier à ce changement métabolique au niveau des intestins, un malaise pouvant durer quelques jours, la prise d’un médicament est nécessaire. D’une façon générale, l’ablation de la vésicule biliaire n’a aucune incidence sur le système digestif.
Au niveau de la voie biliaire principale ou la voie cholédoque, les calculs freinent la circulation de la bile qui finit par stagner et former une sorte de boue que l’on appelle sludge. Quand ils sont gros, ces calculs peuvent donner des sensations de douleurs intenses au niveau du bas ventre. Lorsque c’est le cas et qu’il y a risque de foyer d’infection au niveau de foie, du pancréas ou de l’intestin, il est essentiel de retirer la vésicule biliaire. Parfois, quelques calculs subsistent dans le canal cholédoque après l’ablation de la vésicule biliaire.

Quelques recommandations

Il n’y a pas une diète particulière à suivre après une cholécystectomie. Les patients reviennent très rapidement à leur régime alimentaire habituel. Il est toutefois conseillé aux patients d’éviter les repas pantagruéliques.

L’avis du spécialiste Mehdi Kechaou Gastro-entérologue, cabinet privé

Quels sont les différents types de complications suivant une ablation de la vésicule biliaire ?

Certaines personnes vivent normalement après une cholécystectomie et d’autres, plus vulnérables, rencontrent quelques soucis. Les risques liés à cette intervention sont un saignement, une plaie de la voie biliaire principale, une plaie digestive, une mauvaise tolérance respiratoire ou cardiaque de la cœlioscopie (diminution du retour veineux en préopératoire, risque de phlébite en postopératoire). En cas de problème, une conversion peut être réalisée pendant l’opération, souvent par laparotomie médiane, une ouverture allant du pubis au bord inférieur du sternum. Le patient en est informé avant l’intervention. L’ablation de la vésicule biliaire est rarement invalidante. Après la dyspepsie ou ablation, il est essentiel de réduire la quantité de graisse, les acides biliaires n’étant plus disponibles de façon concomitante et adaptée aux repas.

Quels conseils donneriez-vous aux patients ayant subi une cholécystectomie ?

Il faut manger maigre, pas de beurre, pas de viande d’agneau, pas de fritures, pas de fromages (le fromage blanc à la limite). Par conséquent, il ne faut pas consommer d’aliments gras après l’opération. Il faut être raisonnable et réduire les graisses. Selon mon expérience, après l’opération les deux premières années sont un peu difficiles. La gêne se manifeste après l’opération par une douleur. Il existe des douleurs biliaires typiques. Lorsqu’un malade se plaint de douleurs et a l’impression de vivre les mêmes symptômes qu’avant l’opération, le problème se situe au niveau du sphincter, muscle circulaire situé autour du canal biliaire, qui se contracte d’une manière très violente. C’est le dysfonctionnement du sphincter d’Oddi que seules quelques molécules médicamenteuses peuvent soulager.
A part quelques cas que l’on arrive à gérer, de manière générale, les patients mènent une vie normale après l’ablation de la vésicule biliaire.