A la Une

Aïn Oktor la pureté goutte à goutte

Publié le
Aïn Oktor la pureté goutte à goutte

Aïn Oktor est une des plus anciennes marque d’eau minérale commercialisée en Tunisie, puisque c’est en 1904 que cette eau a été prélevée pour la première fois à la source du même nom à quelques encablures de la station thermale de Korbous dans la région du Cap Bon. Reconnue pour ses vertus thérapeutiques, notamment dans le cadre des maladies touchant les reins, elle favorise également l’élimination des toxines.

par David Rivory

C’est au cœur d’une nature encore préservée que coule l’eau de la source Oktor entre mer et montagne, à quelques kilomètres de la station thermale de Korbous, connue pour ses sources chaudes, notamment la source du Bouc, Aïn el Atrous, facilement repérable par son animation et ses restaurants. Depuis la route, on prend un petit escalier qui mène à la mer pour découvrir cette eau jaillissant de la montagne à plus de 50°C et se déversant dans un nuage de vapeur dans la mer.
Au bout d’une route taillée à flanc de montagne, le visiteur découvre l’usine de traitement d’Aïn Oktor, qui est exploitée par la Société des stations thermales et des eaux minérales (SOSTEM) depuis le milieu des années 90. Jusqu’à cette époque là, la source était couplée à un hôtel qui a continué à fonctionner après la vente de la source. Il a fermé ses portes en 1998 et est, depuis, toujours en travaux…

Goutte à goutte
Mais c’est aux pieds de la falaise, juste au bord de la mer, qu’il faut descendre pour arriver à la source proprement dite. En effet, l’eau d’Aïn Oktor s’infiltre à travers la roche pour venir affleurer. C’est par ce processus naturel que l’eau d’Oktor se charge des précieux minéraux qui font sa renommée. Cette spécificité se retrouve d’ailleurs dans le nom de la source puisque Aïn Oktor peut se traduire en français par «la source goutte à goutte». Des griffons, au nombre de huit, ont donc été piqués dans la falaise gréseuse afin de collecter le précieux liquide. Cet ensemble, greffons et conduites, a été protégé par une galerie de 30 m de long contre la falaise dès les débuts de l’exploitation de la source en 1904, ce qui rend l’eau bactériologiquement pure. Les eaux d’Aïn Oktor sont de même nature que celles des sources thermales environnantes, mais elles sont moins minéralisées et moins chaudes à cause de leur circuit moins profond. L’eau d’Oktor conserve une même température de 18 ° tout le temps. Une fois captée, l’eau minérale est conduite à un château d’eau attenant avant d’être pompée par refoulement jusqu’au bâtiment de traitement.

200.000 bouteilles par an
C’est là que se fait la mise en bouteille. Les récipients, « uniquement en verre », précise Ammar Habboubi, le directeur de l’usine, sont d’abord nettoyés avant de partir pour la remplisseuse. Celle-ci fonctionne toujours parfaitement grâce à une révision complète une fois par an. Sur leur tapis roulant, les bouteilles d’eau minérale vont ensuite à la boucheuse puis à l’étiqueteuse. La dernière étape est celle de l’emballage où les bouteilles sont tout d’abord stockées en casier avant d’être conditionnées en barquettes prêtes à être livrées dans les grandes surfaces du pays mais aussi dans les établissements thermaux de Korbous. L’usine produit environ 200.000 bouteilles par an, en deux formats de 1 l et 45 cl, et emploie 15 personnes.
D’après les recherches du professeur Z. Kallal de l’Institut National de Nutrition et de Technologie Alimentaire, parues en 1972, l’eau d’Oktor est utilisée essentiellement soit au griffon pour une à trois semaines, soit en cure prophylactique à domicile. Cette eau chlorurée a de hautes qualités thérapeutiques pour toutes les maladies rénales, insuffisances ou infections.

Une eau bonne
pour :
– Les maladies de l’appareil urinaire
– Les malformations urologiques
– Les affections uro-néphrologiques chroniques
– l’insuffisance hépatique
– La goutte
– La sédentarité