A la Une

Douleur et sport amis ou ennemis

Publié le
Douleur et sport amis ou ennemis

Avicenne (grand médecin du 11ème siècle) disait « Ne te livre pas à des exercices violents, ne cherche pas non plus le repos, conserve un juste milieu en fonction de tes possibilités physiques ». Comment agir lorsqu’on a constamment mal et qu’on souffre d’une douleur chronique ?

par Myriam Bennour Azooz

Antidouleur

Le sport régulier habitue le corps à produire des efforts continus qui élèvent le seuil  de perception de la douleur. À l’inverse, la sédentarité fragilise et abaisse le seuil de douleur. Il faut donc trouver un sport « sur mesure »  car, bien utilisé et bien dosé, il peut exercer une activité antalgique dans certaines pathologies, comme par exemple dans l’arthrose. Le mouvement est alors rééducatif quand il est bien fait.

Antidépressif

D’un point de vue général, l’activité physique peut jouer un rôle dans la gestion des maladies mentales telles que la dépression et l’anxiété. Bien que les patients dépressifs tendent à être moins actifs physiquement que les non dépressifs, la pratique d’un sport et un entraînement régulier peuvent réduire significativement les symptômes dépressifs.

Sport et arthrose

La principale manifestation clinique de l’arthrose est  la douleur qui apparaît lors de la mise en mouvement. La réaction des patients est une diminution voire un arrêt de leurs activités physiques. Or les bienfaits du sport sur l’arthrose sont multiples.

Pour les muscles

Le mouvement entretient la force musculaire mais aussi la coordination des mouvements. Il permet au patient de se prémunir contre les chutes. Lors des poussées douloureuses, l’entretien musculaire se fait à base de contractions statiques apprises par le kinésithérapeute ou le médecin. L’objectif est de récupérer de la force sans jamais atteindre le seuil douloureux.

Pour les articulations

Le mouvement entretient la souplesse des tendons et des ligaments. Dépourvu de vaisseaux sanguins, le cartilage se nourrit par imbibition à partir du liquide biologique avoisinant. L’exercice au cours duquel il y a mise en charge augmente la pénétration des éléments nutritifs de ce liquide vers le cartilage et l’aide à rester en bon état. L’immobilisation le prive de cette pompe naturelle.

Pour les os

Bonne pour les os, l’activité physique par les contraintes mécaniques qu’elle exerce sur le squelette induit la formation du tissu osseux. Celle-ci agit à la fois sur la masse osseuse, sa densité et sa texture.

Sport et migraine

L’activité physique est un facteur aggravant des céphalées migraineuses pendant la crise et peut même être un facteur déclenchant pour certains patients. Cependant, des recherches suédoises ont montré que l’exercice physique régulier peut être une option thérapeutique au même titre que le traitement pharmacologique.

Sport et lombalgies

La pratique d’un sport ne vient pas, en théorie, augmenter la fréquence des crises de lombalgie ou de sciatique. Toutefois, un sport mal pratiqué avec un matériel mal adapté peut provoquer des lombalgies aiguës qui finiront par se traduire par des lésions définitives qui conduiront à des douleurs de type chronique. Poursuivre raisonnablement des activités sportives est souvent une bonne indication lorsqu’on a mal au dos. En revanche, il est nécessaire de modifier son geste sportif, voire son équipement ou les caractéristiques de son entraînement. Les sports conseillés lorsqu’on a une douleur chronique au dos sont : le cyclisme, la natation et la marche.

Et pour les novices alors ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, devenir plus actif est à la portée de tous. Bouger davantage ne veut pas dire nécessairement pratiquer un sport. En effet, il y a plusieurs façons d’augmenter son niveau d’activité physique au quotidien. Et il n’est pas obligatoire de fréquenter une salle de sport ou de suivre un programme d’entraînement intensif ! Si vous êtes inactifs depuis plusieurs années, il est préférable de commencer modérément et d’augmenter progressivement l’intensité et la fréquence. Il vaut mieux y aller selon ses propres capacités. Des recherches ont montré que même des séances aussi courtes que 10 minutes, mais répétées plusieurs fois par jour, peuvent apporter un bénéfice significatif. Le tout est de persévérer.