A la Une

En rang les journalistes, l’école n’est pas finie !

Publié le
En rang les journalistes, l’école n’est pas finie !

Une première en Tunisie. Sanofi-Aventis s’implique directement dans la formation des journalistes dans le domaine de la santé et invite à l’occasion Christophe Forcari, journaliste à Libération.

par Rym Benarous

Le laboratoire pharmaceutique a en effet récemment organisé aux Berges du Lac une formation ayant pour thème « La pratique de l’information de la santé ». Destiné aux journalistes, ce stage a été assuré par Christophe Forcari, journaliste depuis 1994 au quotidien Libération. L’industriel pharmaceutique veut ainsi contribuer « à l’avènement d’une presse médicale efficace en Tunisie, surtout avec la création de nouveaux supports médiatiques dédiés à la santé » explique Zazie Makrelouf, directrice de la communication à Sanofi-Aventis. Autre objectif, apporter à un lecteur de plus en plus préoccupé par sa santé des réponses claires et précises. Aujourd’hui, la santé recoupe de
multiples aspects et pas seulement la simple guérison des maladies. Les professionnels de ces questions dans les différents journaux doivent pouvoir enquêter sur les questions d’environnement, de bien-être, de prévention, de santé publique… Autant de facteurs qui contribuent à la définition de la santé donnée aujourd’hui par l’OMS. Pendant ces trois jours de formation, les six représentants de la
presse écrite locale ont abordé des thèmes aussi diverses que la vulgarisation d’une information
scientifique, l’interview d’un spécialiste ou encore les techniques et astuces rédactionnelles
permettant d’accrocher un lecteur et de produire un bon article. La troisième journée de travail a
été consacrée aux crises sanitaires (Tchernobyl, grippe H1N1, syndrome respiratoire, canicule,
etc.). A son issue, des certificats ont été remis aux journalistes qui, le temps de cette formation, ont replongé dans l’ambiance studieuse des bancs d’école. De telles initiatives, on applaudit… et on en redemande.

Forcari
Nom : Forcari

Prénom : Christophe

Age : 45 ans

Journal : Libération (France) , depuis 1994

Fonction : journaliste reporter au service politique

Signes particuliers : a travaillé pendant 2 ans au « Quotidien du médecin »

Leçon de journalisme par Christophe Forcari

La règle de base de tout bon article scientifique est, selon Christophe Forcari, la précision : toute information doit être vérifiée, croisée, recroisée puis expliquée, argumentée, étayée et surtout hiérarchisée. Le journaliste est le trait d’union entre celui qui diffuse l’information et celui qui la reçoit. Pour cela, il doit savoir rester neutre et objectif. Le journaliste ne doit pas se contenter d’àpeu-près. Il doit remonter à la source, voire aux sources car selon Christophe, une source ne fait pas l’info. Le journaliste doit vérifier les dires des uns et des autres puis les croiser. Il se doit également d’être indépendant et de ne jamais céder à la facilité comme récolter des informations sur le net ou croire « ce qu’on dit ». Face à une crise sanitaire, ou autre, économique, politique, etc., il ne faut pas surtout pas adhérer à la panique générale ou encore céder à la tentation du spectaculaire. Au mieux, il doit y être préparé car il aura vu les signes précurseurs arriver. Au pire, il devra garder son calme et traiter le sujet avec flegme et ne surtout pas alimenter l’affolement général. Il ne doit ni exagérer ni minimiser la crise et son impact. Rapporter fidèlement la situation, tenir l’affectif à distance, avoir un editing propre malgré le forcing fait par les
publications concurrentes, voici les défis quotidiens de tout journaliste digne de ce nom. Belles leçons de Christophe Forcari. Merci !