A la Une

Haro sur la première cause de mortalité dans le monde

Publié le
Haro sur la première cause de mortalité dans le monde

Organisés conjointement par l’Institut Salah Azaiez et l’Association tunisienne d’assistance aux malades du cancer du sein en cette année 2010, proclamée année nationale de lutte contre le cancer, les 5es Journées de cancérologie « Néjib Mourali » et le 16e Séminaire sur les actualités chirurgicales carcinologiques ont connu une participation de haut niveau avec des spécialistes et chercheurs de Tunisie, d’Algérie, du Maroc, de France et d’Italie venus exposer les progrès enregistrés en carcinologie dans leurs pays respectifs, notamment en ce qui concerne les cancers gynécologiques, le cancer du sein et le cancer digestif. L’heure est en effet à l’inquiétude puisque, comme l’avait prévu l’OMS, le cancer a détrôné les maladies cardiovasculaires en tant que première cause de mortalité dans le monde. Et le pire est à venir, avec des prévisions de plus en plus alarmantes quant à une augmentation exponentielle de ces chiffres. En attendant de trouver un remède efficace contre ce fléau planétaire, il n’est donc pas vain de se serrer les coudes et de faire front pour sensibiliser, prévenir, promouvoir la recherche et améliorer la prise en charge des patients.

12.000C’est le nombre de nouveaux cas de cancer en Tunisie, dont 7.000 sont des hommes. Le taux de mortalité à cause du cancer représente 16,5% du nombre total, soit près de 2.000 décès. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les Tunisiennes et la première cause de leur décès (30 cas sur 100.000 femmes par an), alors que le cancer du poumon constitue la principale cause de décès chez les hommes.