A la Une

Homéopathie no stress

Publié le
Homéopathie no stress

Stress, angoisse, mémoire qui flanche, sommeil agité… Dur, dur pour nos ados et étudiants d’affronter les examens qui se profilent avec la fin de l’année scolaire. Pour les y aider, nul besoin de médicaments car l’homéopathie peut les aider à passer le cap en douceur.

par David Rivory

Si le mois de mai voit le retour des beaux jours, pour les lycéens et étudiants, cela signifie aussi la venue prochaine des examens de fin d’année avec leur lot de stress et d’angoisse. Pour parvenir à apaiser la situation et permettre à nos jeunes de se préparer au mieux et de passer leurs examens dans de bonnes conditions, l’homéopathie peut être une bonne solution.

Quel type de stressé?

L’homéopathie distingue deux grands profils de stressés : le type « abattu » et le type « agité ».
Le sujet abattu présente des symptômes d’abattement, de trac. Il est inhibé tant physiquement que psychiquement. Son comportement face à l’examen se caractérise par une impression permanente de ne rien savoir. L’inhibition est à son maximum devant la copie ou l’examinateur. C’est le « trou noir ». Un simple coup de pouce suffit pour retrouver ses esprits et sa mémoire, notamment avec une dose de gelsemium 9 CH la veille de l’examen ou quelques jours avant si l’anxiété est trop handicapante avant l’examen.
Durant les révisions, le second type, le sujet agité, est paniqué. Il commence une matière et sans l’avoir finie, en commence une autre. Il y a du désordre partout, tout est commencé et rien n’est terminé. En conséquence, il perd du temps à rechercher des papiers, livres… Il perd ses esprits car le sujet est à la limite de la saturation. Durant l’épreuve, le comportement est le même. Interrompant la rédaction de la première question, il passe à une autre, puis à une autre et s’affole par peur de ne pas finir à temps. Au final, le résultat est le même que dans le premier cas, la copie est presque blanche et rien n’est abouti.
Pour y remédier, et aussi longtemps que le sujet est agité, on peut lui administrer de l’Argentum Nitricum 9CH, à raison de deux granules 3 fois par jour, pour se calmer et être ordonné, à l’extérieur comme à l’intérieur.

« Je me souviens »

Il en va de même pour la mémoire, où l’on distingue deux types de sujet.
Ainsi, le « sprinter » fera un très bon premier trimestre mais s’essouffle rapidement, avec une baisse de régime au second et troisième trimestre, à l’issue duquel il y a pourtant l’examen. À la période du bac, l’adolescence se termine, le sujet continue à maigrir et à grandir, ce qui mobilise principalement l’énergie vers la croissance au détriment de l’assimilation. Les bouleversements physiologiques entraînent de la fatigue chronique qui perturbe la bonne assimilation des informations et leur restitution. Kalium Phosphoricum 9 CH, deux granules 2 fois par jour permet de rééquilibrer la situation. Le second type, plus coureur de fond, commence l’année très moyennement et se tient à un rythme de croisière. Il se distingue par sa ténacité, son endurance et sa méthode. À l’excès, ce comportement handicape l’étudiant par une lenteur chronique et une mémoire faible. Il se contente d’être moyen en n’étant ni réellement bon. Cette apathie générale peut entraîner des retards scolaires. Dans ce cas là, prendre Baryta Carbonica 9 CH, trois granules 2 fois par jour.

Quelle fatigue!

La fatigue chronique peut s’accompagner d’un amaigrissement consécutif à un trouble de l’assimilation des aliments. Cela peut nuire à la réflexion ou à surmonter les efforts physiques et intellectuels.
En cas de sommeil perturbé et accompagné de cauchemars prendre Natrum muriaticum 9 CH, deux granules 3 fois par jour. Si en plus de ces symptômes on note une frilosité inhabituelle et une perte de confiance en soi. Prendre Silicea 9 CH en alternernance avec Natrum muriaticum 9 CH, deux granules de chaque 3 fois par jour. Quand les cauchemars deviennent intenses et vont jusqu’au délire et hurlements la nuit, le Stramonium 15 CH, deux granules 2 fois par jour est une solution.