A la Une

J’entre en fac

Publié le
J’entre en fac

La fin de l’été marque une un rentrée comme les autres, pour la plupart. Mais pour ces jeunes bacheliers, la fin de cet été c’est l’entrée dans une nouvelle vie. Que signifie l’entrée en fac, pour ces jeunes gens ? Comment appréhendent- ils cela et comment le vivent les parents ? Enfin, est-il vrai qu’on a tout, quand on a vingt (ou 18) ans?

par Sondes Khribi Khalifa

La symbolique du bac

Le baccalauréat est une étape majeure pour chaque jeune, mais pour chaque parent aussi. Même si une partie des jeux sont faits (avec le pourcentage de la moyenne obtenue en cours d’année), le bac reste une épreuve assez stressante. La famille entière se prépare pour le bac de son enfant « chuut, faites pas de bruit, il travaille dans sa chambre, il passe le bac cette année! ».  Le moment des épreuves est peut-être plus stressant pour les parents, surtout les mamans qu’on voit devant les lycées, en train de faire les cents pas. Sans parler du jour des résultats. Il faut avoir passé le bac pour comprendre cela, ou être parent d’un jeune ayant passé son bac…

Entrer en fac

C’est le grand virage qu’attendent à peu près tous les jeunes. C’est le début d’une nouvelle vie, on n’est plus ado, on devient adulte, ou presque. Ce n’est plus le lycée avec les surveillants qui guettent le moindre écart, bye bye la corvée du « billet d’entrée ou tu ramènes un parent ». La fac, c’est la liberté. Du moins croient-ils…
Il y a au moins cette liberté de vivre dans une ville différente, hors du contrôle et de la surveillance parentale. Car beaucoup de bacheliers choisissent les établissements où ils vont aller, en fonction de ce critère. Attention à bien encadrer vos enfants, s’ils partent loin du domicile familial. Encadrer discrètement ne signifie pas restreindre la liberté de son enfant ou l’étouffer, cela permet juste de le protéger. Car, à 18 ans, on est encore enfant.

Avoir 20 ans

L’énergie, la bonne humeur, et la joie de vivre des 20 ans sont peut-être la chose la plus extraordinaire au monde. Il y a, par ailleurs, des jeunes qui ne l’ont pas vraiment, qui partent du mauvais pied si l’on peut dire, qui connaissent les taux de chômage des jeunes et qui baissent les bras, avant même de commencer à batailler. Et il y a des quinquagénaires qui ont une énergie et une joie de vivre, de 20 ans. L’âge civil  a, en effet, peu à voir avec l’âge « mental ». La jeunesse est celle de l’esprit. Et cela se lit même au niveau biologique : plus vous êtes stressé, plus vous produisez du cortisol (hormone du stress), moins vous fabriquez une enzyme qui s’appelle la télomérase  et qui, elle, permet de préserver le patrimoine génétique de la cellule qui se divise. En résumé, plus vous stressez, plus vous vieillissez vite.
Essayez donc de préserver la joie de vivre et de construire de votre enfant, essayez de canaliser son énergie et de le tenir hors du stress ! Le maximum de temps possible.
Son entrée en fac marque une étape majeure de sa vie, soyez juste là pour lui, soyez à l’écoute…

Ahlem de Mahdia, 18 ans

« J’ai travaillé dur pour arriver à mon but, faire pharmacie. Je ne rêve que de ça. Ca va être super de changer de vie, j’ai négocié avec mes parents qu’ils me louent un petit appartement, je vais prendre la petite télé, le micro-ondes. On va acheter un petit frigo avec ma mère. C’est super…! »

Amine de Mornag, 18 ans

« Moi, j’entre en fac mais je quitte le pays aussi. J’ai réussi le concours d’entrée aux grandes écoles en France. J’ai beaucoup travaillé, c’est le fruit de mon travail que je récolte…et je ne vais pas m’amuser non plus en France -comme croient mes amis-, des heures interminables de cours et d’exercices qui m’attendent. J’assume, j’appréhende un peu…mais j’espère que je vais assurer et rendre fiers mes parents »

Salim de Nabeul, 18 ans

« Je suis tellement excité, j’ai hâte de ‘monter à Tunis’…C’est le début de la vraie vie pour moi, ici il n’y a pas grand chose à faire, la plage et le reste c’est mon quotidien moi…je veux autre chose. Je veux vivre à Tunis! Je veux rentrer quand je veux sans avoir de comptes à rendre, je veux manger quand je veux et ce que je veux, -pas comme chez mes parents qui mangent les mêmes choses et à des heures fixes- la vraie vie enfin!

Dorsaf de Tunis, 21 ans

« Oui, je viens d’avoir mon bac, après 3 essais quand même. Je suis un peu dégoûtée des études en général. Je suis plus contente d’en avoir fini avec le lycée, que d’entrer en fac. Je ne me fais pas beaucoup d’illusions, je sais que les études ce n’est plus le chemin assuré vers le travail ou une carrière réussie…mais je ne vois pas d’autres alternatives. C’est comme ça, malheureusement. »