A la Une

Quand le lait fermenté met KO la gastro

Publié le
Quand le lait fermenté met KO la gastro

Chaque année, la mauvaise saison nous revient avec son lot de réjouissances : moral en berne, angine, rhume, grippe, bronchite… j’en passe et des meilleurs. Mais la plus redoutable d’entre toutes, la plus incommodante, le cauchemar de milliers de gens, est sans conteste … mesdames et messieurs, j’ai nommé la gastro-entérite, « gastro » pour les intimes.

par Amel Mnakbi

Cette charmante pathologie chamboule le transit intestinal (diarrhée, vomissements) et contraint ceux qui en sont atteints à être otages de leurs domiciles. Si je vous disais qu’un remède existe et qu’il est délicieux de surcroît…

Essayez le lait fermenté, vous serez bluffé!

Le lait fermenté est un produit laitier préparé avec différents types de laits (entier demi écrémé, écrémé, enrichi en matière sèche ou poudre de lait, ou des protéines du lait…) ensemencé avec des micro-organismes : des lactobacilles (Lactobacillus bulgaricus, L. acidophilus et L. casei), les lactocoques (Lactococcus lactis) et les bifidobactéries (Bifidobacterium bifidum et B. longum).

Ces micro-organismes sont responsables de la fermentation qui transforme une partie du lactose en acide lactique, ce qui fait baisser le pH et précipiter la caséine qui forme alors une sorte de gel : le caillé.

Lait fermenté et préservation de la flore intestinale

Pour que les micro-organismes cités plus haut puissent atteindre vivants le gros intestin, il leur faut franchir certaines barrières : acidité gastrique, enzymes digestives, pouvoir bactéricide des sels biliaires etc. Certains ferments lactiques sont connus pour leur capacité à franchir le tractus digestif avec un taux de survie intéressant. Certaines espèces comme Lactobacillus bulgaricus, Lactobacillus acidophilus, Streptococcus thermophilus, ou encore Bifidobacterium résisteraient mieux que d’autres.

Ils seraient près d’un milliard à parvenir à atteindre le gros intestin. Même si la totalité des bactéries ingérées est éliminée en quelques jours voire quelques heures, leur concentration dans les laits fermentés, et leur taux de survie dans le tube digestif sont cependant tout à fait compatibles avec une activité probiotique.
Les êtres humains hébergent naturellement dans le tube digestif des milliers d’espèces de bactéries différentes formant la flore intestinale (ou microbiote). Cette flore participe à la «bonne santé» de l’organisme (protection contre les agents pathogènes, développement et stimulation du système immunitaire, digestion…)

Des perturbations ou des déséquilibres au niveau de la flore, dûs par exemple à une prise d’antibiotiques, peuvent affecter cette bonne santé de l’organisme. Or, des études montrent que les laits fermentés, dont le yaourt, pourraient dans certains cas contribuer au rétablissement d’un équilibre bactérien favorable et exercer une action probiotique… En ce sens, plusieurs autres études ont montré l’efficacité des bactéries lactiques dans la prévention et/ou le traitement des infections intestinales et la régulation du transit.

Parmi les mécanismes invoqués des ferments lactiques on compte : la production de substances inhibitrices des agents pathogènes, la dégradation des récepteurs des toxines, le blocage des sites d’adhésion des agents pathogènes et la stimulation de l’immunité…Les effets bénéfiques sur le raccourcissement et/ou la prévention des gastro-entérites ou encore des diarrhées (diarrhées du voyageur, diarrhées suite à la prise d’antibiotiques…) sont particulièrement bien documentés.

Des idées pour varier les plaisirs

Recette du Lassi de fraises pour 4 personnes

Une saveur venue d’ailleurs, le Lassi indien est une préparation délicieuse faite avec du lait fermenté, un fruit et du sucre (facultatif)

Préparation
Mixez les fraises, le lben et les glaçons.
Ajoutez ensuite le sucre, mixez encore 30s puis servez dans des verres à cocktail.

Ingrédients
2 berlingots de lben
½ kilo de fraise
4 cuillères à soupe de sucre semoule
Quelques glaçons