A la Une

Les codes ont changé

Publié le
Les codes ont changé

Comme souvent dans les révolutions, un premier martyr est à l’origine du séisme. D’abord spontané, sans chef ni programme, ce mouvement national associant toutes les couches sociales a bouleversé les us et coutumes en « osss » et costumes réversibles ou la tactique des appabenalitchiks « attaquer pour mieux se défendre » (toujours pratique en cas de conscience moush tranquille). Bref Agent Sam sept amusé à relever tous les petits pics post-révolution (de quoi dégreffer un hérisson !) que nous Twensa affectionnons tant. Ben oui, Kia dit que le kali ou kotlok est has-Zine. D’autre part, si sept un vrai régal de lecture, Agent Sam tient à préciser que les codes ont changé ne concernent en aucun cas les codes bancaires de Zaba & Co, ni les codes satellites pour accéder aux bouquets JSC sport, Canalsatellite et autre (la Lie-Box d’Orange est faite pour ça) et encore moins les codes de la CIA, du KGB et du Mossad pour localiser la Zabaconnection. Bien que pour cette dernière j’aurais bien aimé !

par Samantha Ben-Rehouma

Fashion code

Oubliez-vos sempiternels « waou, j’ai plus rien à me mettre » ou « Ha la la, comment je vais m’habiller maintenant que les journées ont raccourci (couvre-feu oblige) » ou mieux « zama n’hot top ou jupe wella j’me la joue Lara Croft besh n’hez kahwa lel comité ? » Pffff, on s’en TAP, regardez la télé, ils ont tout con-pris ! On en est out-ré tellement ils sont in! Alors pour faire comme eux et être fashion, achetez la veste réversible, véritable it-list de ce mois de janvier !! Mais puisqu’à l’heure où j’écris ces mots je doute fort qu’il y en ait encore sur le marché, Sam-lesbons-tuyaux est là pour vous dire chez qui vous en procurer .

✥ Chez la voisine

non pas celle d’à coté (la pauvre croit toujours qu’on est sous Bourguiba) non celle d’en face, qui toute la semaine précédant le 7 novembre orne de petits drapeaux sa maison, commande un gâteau chez Gloutonnerise, va chez son coiffeur se ravaler la façade (à défaut de sa salive) et invite ses benali- oui-oui pour une party.
Celle-là même qui après la fuite de Zinochet a tambouriné à toutes les portes du pâté de maisons pataugeant dans la semoule pour expliquer qu’on l’avait roulée dans la farine, qu’on avait du pain (ben tiens après qu’elle l’ait ôté de la bouche des aux autres !) sur la planche car il fallait avoir la patate pour veiller au grain (nos maisons) et n’hésitant pas à casser du sucre sur ce régime (pas très diététique tous ces faux-cul-ents, avouons-le) en scandant à tue-tête « khobez ou mei ou benali lei »…ben oui fauchée comme les blés, la pauvre a de quoi crier famine maintenant que les carottes sont cuites pour elle (Ha, là c’est une diète !). C’est qu’ce vieux crouton va devoir
gagner sa croûte, mie parole !

✥ Chez les politiques

j’sais pas vous, mais moi dès le 15 janvier j’ai appelé l’Association Alzheimer Tunisie en leur avouant mon inquiétude : comment l’AAT va gérer ce flot de clandestins, nos centres sont-ils équipés pour ? Tout de même, on achève bien les chevaux mais de là à bech terkbou alina vous risquez d’être
désarconné !!

✔ Chez les médias

quel galimatias ! La chaîne nationale sept-ant départie de son logo a cru bon d’animer des débats jusqu’à plus soif n’hésitant pas à donner des leçons en veux-tu en voilà allant même faire le procès des autres chaînes. Tout cela, tombant pilepoil (faute de ne plus caresser dans le sens) avec cette mouvance de chasse aux sorcières et condamnant de haute trahison (waou on se croirait dans un film de Steven Seagal) le directeur d’Hannibal avant même que ce dernier en fusse informé (trop fort les gars) ou mieux en faisant sienne la devise (ou devrais-je dire les) « bien mal acquis ne profite jamais » ou comment mettre 36 jours pour ouvrir 3 malheureuses armoires pour faire le buzz le lendemain, mais bon pour le tour de main vous repasserez, les gars, car n’importe quel crétin (heu, qu’est-ce que je dis moi on a que des cracks en Tunisie) aurait fait sauter les verrous en deux temps trois mouvements et ce n’est pas les prisonniers dans la nature qui me contrediront. A ce propos, il faudrait peut-être leur dire que si c’était pour sentir l’odeur du jasmin, il est encore tôt car pour l’instant on a juste envoyer sur les roses un tas de fumiers ! Hé oui, le verrou de la peur a sauté.

Color code

Toujours d’actualité le mauve, le violet, l’orange sont devenues persona non grata chez nous.
Que faire ? Surtout pour le mauve synonyme de « faites l’amour pas la guerre » par les féministes des années 70 ou le violet qu’arboraient les suffragettes. Aussi posezvous la question pourquoi Zaba (bac moins 6) l’a-t-il voulu pour emblème ? Simple, parce qu’il est mauve-ais et que c’est une mauviette alors maintenant que vous le savez chers compatriotes permettez-moi de vous dire que même si aujourd’hui tous les chats sont gris, ce n’est pas parce qu’on s’habille en mauve dans la rue ou encore que notre garde de robe est à moitié remplie de mauve (Hi, hi comme Boss chérie !) que vous devez virez rouge au contraire prenez ça pour une mise au vert et hissez le drapeau blanc ! Après tout ce n’est pas parce que l’été je suis en turquoise que j’pavoise ou que j’mange un zabayon dehors que j’suis Zaba junior! Quant à l’orange, même si on se demande tous qui l’a volé, et ben, mangeons-en et grâce à toute cette nouvelle énergie ingurgitée on prouvera à ceux qui attendent que nous coulions qu’on n’a pas encore bu la tasse. Pour sûr ils continueront à rire jaune tant on leur fait voir de toutes les couleurs. Vamos amigos,
toujours bleu sera le ciel de la Tunisie, je vous l’azur !

Working code

Avant (entendez la révolution) le boulot c’était « brabi kelem flen ou felten besh weldi yotkhol lel banca, ala ghaleb kad ma âtina flous besh yekhou l’bac chey mafed ! » Bref, vous l’aurez compris c’est à celui qui a le plus de poils dans la main, d’épaules larges, de bras longs, de pois-chiche dans le ciboulot pour se faire des couilles en or ! Le boss, quant à lui, trop occupé à jouer les gros bras, regardait par-dessus l’épaule ses employés qui, ma main à couper, ne le portaient pas dans leur coeur tant il vivait sur un grand pied à force de faire des ronds de jambes et d’avoir les mains baladeuses ! La révolution arriva, une partie de fer s’annonça. Le lundi matin, on l’attendit de pied ferme bien décidé d’avoir la main leste puisqu’il avait eu la main lourde. A peine le temps de changer son fusil d’épaule ou d’engager la conversation qu’un « dégage » cinglant lui gicla son visage pâle, ça y est habtou alih ki les apaches. Un vrai retour de bâton, somme toute compréhensible, ne dit-on pas tant va la cruche à l’eau qu’à la fin tu me les brises ? Depuis, c’est le pied pourles employés qui ont les mains libres, le boss s’en est allé reste plus qu’à bosser ! Islamic code Avant le Ramadhan c’était le Mufti qui nous disait « aujourd’hui allahghaleb y a trop de nuages donc demain on mange », et ça, qu’on soit au début ou à la fin du mois saint. Du coup, on jeûnait mal lunés alors que le croissant nous faisait de l’oeil et on mangeait des pommes alors que le premier quartier était déjà entamé ! Maintenant je m’adresse au nouveau Mufti dites-moi pour le prochain Ramadhan ça va durer un an ? Non parce que si mes calculs sont bons entre Bourguiba qui conseillait de manger parce qu’il fait trop chaud et l’autre Zaba qui picorait ici et là des jours du mois saint (oui je sais ce que vous allez
dire pourquoi utilise-t-elle le verbe picorer ? Zaba n’a pas un appétit d’oiseau ! Certes, mais j’utilise picorer car à chaque fois que j’évoque Zaba, il me vient à l’esprit tout un tas de nom d’oiseaux !!) ben nous on sait plus ce qui est sain !

Language code

J’ai laissé le meilleur pour la fin : notre fameux Digage, à ce sujet Larousse et le Petit Robert vont l’ajouter juste après dégage. Concernant ce dernier, la première fois que je l’ai entendu c’était l’année dernière après un incident professionnel dans lequel j’étais impliquée pour avoir dit ce que je pensais à une ninja. Sous son apparence de sainte nitouche, ladite ninja a réussi à ensorceler le saint père (avec ses confessions on team) qui lui donnait le Bon Dieu sans confession en cédant à tous ses caprices allant même jusqu’à se fourvoyer et en oublier les bonnes manières (dégage), électrisant son monde avec ses foudres incessantes nonne aura tout vu ! Toujours est-il (et Dieu soit loué !) la ninja fut dévoilée et pris le large à pleines voiles. Et comme dit Khalil Gibran « Celui qui ne porte sa moralité que comme son meilleur vêtement ferait mieux d’être nu »… Le 14 janvier sonna le glas du mot dégage. Un nouveau mot était né « Digage » ! Quel bonheur de voir tous ces manifestants scander « Digage, digage, digage » alliant le geste à la parole. De toutes ces mains ne formant qu’une, surgit un nouveau mouvement la digagemania qui, ayant fermé son caquet pendant 23 ans, fila une claque à Zaba et toute sa clique qui prirent leurs cliques et leurs claques pour sauter dans un avion complètement largués parce qu’ils ne contrôlaient plus la situation. Moralité :à trop vouloir gouverner en despote, on capote et on finit en cons-potes.

mouton