A la Une

Marche blanche à la mémoire de Eya

Publié le
Marche blanche à la mémoire de Eya

Meriem, une femme violée par trois policiers, tout de suite après on l’accuse d’atteinte aux bonnes mœurs, une autre jetée du balcon par des touristes libyens, une fille de 4 ans violée par un employé du jardin d’enfants, Eya Abed, écolière de 13 ans qui a été brûlé vive parce que son père l’a vu avec un camarade de classe… et je pense que la liste est encore longue… Pour briser le silence sur ses phénomène alarmant dans notre pays, et afin de dénoncer les agressions et les violences à l’encontre des enfants et des femmes, des hommes et des femmes, vêtus en blanc, se sont rassemblés aujourd’hui à l’avenue Mohamed V à la mémoire de Eya Abed. Rappelons que cette fille a été transportée au centre de traumatologie et des grands brûlés de Ben Arous, où elle est restée dans le coma pendant 10 jours, pour rendre l’âme la nuit du 7 juin. Les participants à cette « marche blanche » se sont dirigés de la Place des Droits de l’Homme vers le siège du ministère des affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées.

2