A la Une

Une marche pour dénoncer la pollution à Gabès

Publié le
Une marche pour dénoncer la pollution à Gabès

Afin d’attirer l’attention de l’opinion publique et des autorités compétentes sur la gravité du fléau de la pollution à Gabès, quelques dizaines de personnes, dont la plupart sont originaires du gouvernorat de Gabès, ont pris part, samedi 16 avril 2011, à un défilé, organisé par l’Association de protection de l’environnement (APEG) à Gabès, dans les artères principales du centre ville de Tunis en l’occurrence l’avenue Mohamed V, l’avenue Habib Bourguiba et l’avenue de Carthage

par Afef Horchani

 Ayant pour point de départ, la rue d’Iran située au quartier La Fayette, les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles ont été affichées des photos et des présentations qui dénoncent la catastrophe écologique dûe aux activités de transformation du phosphate dans les unités du groupe chimique tunisien outre ses retombées néfastes sur les autres secteurs tels que le tourisme, la faune et la flore, l’agriculture et la pêche dans le golfe ainsi que la recrudescence de maints problèmes de santé chez les habitants du gouvernorat de Gabès (cancers, allergies, asthmes, problèmes de stérilité et d’impuissance, avortements…etc.).Faire cesser le comportement polluant des usines, trouver des solutions radicales aux problèmes de pollution et indemniser les riverains touchés par la pollution, telles sont les revendications fondamentales présentées par les manifestants. Faut-il rappeler que certaines célébrités originaires de Gabès ont assuré leur présence à cet événement, en particulier le chanteur Chedly Hajji et l’humoriste Chawki Bouglia, qui ont tenu à être parmi les manifestants. Par ailleurs une page a été créée sur le réseau social Facebook pour soutenir le message sensibilisant de l’APEG.

Abdallah Zrelli Président de l’APEG

En tant que militant des droits de l’homme, doctorant d’Etat et originaire de Gabès me trouvant dans l’obligation de quitter ma maison pour fuir la pollution, je peux affirmer que le problème ce qui concerne Gabès n’a jamais bénéficié d’un véritable traitement de fond ni d’étude approfondie. Il constitue un souci majeur pour la société civile de la région et pour les habitants qui continuent de souffrir le martyre en raison de l’implantation d’une usine chimique qui déverse systématiquement d’importantes quantités de phosphogypse (acides sulfuriques et phosphoriques). A l’instar des pays européens, nous aspirons à la création d’un institut national d’écologie et à l’application des normes relatives à la protection de l’écosystème.

Tahar Soula Organisateur de la marche

Gabès jouit d’une particularité assez rare au monde : être à la fois une oasis et un port maritime. Malheureusement, la zone industrielle spécialisée dans les industries chimiques (superphosphates, acides sulfurique et phosphorique) représente un majeur problème menaçant non seulement ses ressources marines, ses stocks halieutiques et sa diversité écologique mais encore son capital humain. C’est à nous de mener notre révolution environnementale.

01-Mai-11