A la Une

Je n’en peux plus…et pourtant je continue !

Publié le
Je n’en peux plus…et pourtant je continue !

Dans nos vies surchargées avec nos plannings surbookés, la fatigue est devenue presque normale. On ne dort plus assez ou pas assez bien, on mange sur le pouce et rarement ce qu’il faut, on stresse face aux deadlines, on jongle entre mille activités et on accumule fatigue sur fatigue.

par Sonia Bahi

Néanmoins, on continue quand même ! Le danger c’est d’ignorer les signaux envoyés par le corps et d’arriver ainsi à l’épuisement. Les moyens de lutter contre la fatigue existent pourtant et ils ne sont pas très compliqués

L’une des premières causes de fatigue est sans nul doute un manque ou une mauvaise qualité de sommeil.
On se couche tard, on ne dort pas suffisamment et le sommeil n’est pas réparateur. Quelques règles simples pourraient remédier à cela. Il faut commencer par prévoir un nombre suffisant d’heures de sommeil par nuit.
Même si on n’est pas tous égaux face aux besoins de sommeil, il y a quand même un seuil minimal de six heures par nuit pour permettre au corps de se reposer.
Pour faciliter le sommeil, l’idéal serait d’instaurer un rituel, se coucher à la même heure, lire un peu ou écouter une musique apaisante, prendre un bain… en fait il s’agit de créer une transition entre les activités, l’agitation de la journée et la détente de la nuit.
Il est préférable d’éviter tous les excitants tels que la caféine, l’alcool, les cigarettes… et de dormir à une température ne dépassant pas 20°. Des études ont montré que le sommeil était plus régénérateur dans une chambre fraîche que dans une chambre surchauffée.

Le stress fatigue !

Le stress mobilise toutes les ressources de l’organisme pour faire face à des circonstances ponctuelles. Ensuite le corps récupère en revenant à un état émotionnel normal. Or aujourd’hui, on vit généralement dans un état de stress quasi-permanent. L’organisme est sollicité de façon répétitive jusqu’à épuisement de ses réserves d’énergie. On ajoute à cela une mauvaise hygiène de vie avec un sommeil de qualité médiocre qui ne respecte pas l’horloge interne et on s’installe dans une fatigue durable. Il faut d’abord commencer par une restructuration du sommeil pour permettre au corps de récupérer et trouver le moyen de se détendre et de souffler à travers des activités ludiques ou sportives.

Et si ça venait de l’alimentation ?

Un déséquilibre alimentaire peut être la source de tous les maux.
En plus des kilos disgracieux, l’organisme peut s’encrasser et on est alors sujet à une fatigue chronique. Il faut alors revisiter le contenu de son assiette.
L’ennemi n°1 reste le sucre. Même si l’organisme en a besoin pour fonctionner, les excès sont néfastes. Les aliments à haute teneur en sucre ont l’inconvénient de faire monter brutalement le taux de glycémie dans le sang ce qui entraîne en réponse une production immédiate d’insuline. Quand cela se répète fréquemment, le pancréas se fatigue et le corps le ressent. Il est préférable de limiter les aliments très sucrés, surtout en dehors des repas et préférer les céréales complètes aux produits à base de farine blanche car leur index glycémique est beaucoup plus bas.
Les repas trop riches en graisse ou trop copieux doivent rester occasionnels également parce qu’ils fatiguent l’organisme mais c’est tout aussi valables pour des repas trop frugaux qui provoquent des carences obligeant l’organisme à puiser dans ses réserves.
Et bien sûr on ne soulignera jamais assez l’importance des fruits et légumes dans l’alimentation puisque ce sont des aliments anti-fatigue par excellence, y compris les fruits secs. Les protéines sont sources d’énergie et doivent être présentes au minimum une fois par jour sous forme d’œuf, de poisson, de volaille ou de viande.

Et s’il fallait s’en faire pour le fer ?

Une carence en fer est une source importante de fatigue et beaucoup de femmes sont anémiées mais l’ignorent. La solution la plus rapide est la supplémentation en fer grâce aux compléments alimentaires. Cependant, avec une alimentation équilibrée, les besoins sont naturellement couverts.
Il faut noter que certains éléments favorisent l’absorption du fer par l’organisme comme la vitamine C ou le fer d’origine animale alors que d’autres ont l’effet inverse comme les tanins présents dans le thé. Il est préférable de déguster son thé à distance des repas.

Les aliments les plus riches en fer :

•Viande, volaille, poisson
•Coquillages
•Abats, foie de veau
•Légumes secs
•Légumes frais
•Œufs
•Chocolat
•Blé complet

L’eau, source d’énergie ?

L’eau est indispensable à la vie, c’est un des composants essentiels du corps humain. L’une de ses fonctions premières est d’aider l’organisme à éliminer les déchets. Mais au-delà, l’eau est également une source non négligeable de phosphore, de magnésium et autres oligoéléments réputés pour donner du tonus.

Le sport n’est pas censé fatiguer encore plus ?

En fait, quand on ne bouge pas, on se fatigue plus vite car les muscles ne sont pas entretenus et le corps est moins bien oxygéné. Le moindre effort demande donc plus d’énergie et la sensation de fatigue se fait sentir plus rapidement. L’autre avantage de l’activité physique c’est qu’elle favorise le sommeil profond et récupérateur. Trente minutes quotidiennes sont largement suffisantes. De plus, c’est le meilleur anti-stress qui existe.

Et si la fatigue n’était qu’un symptôme ?

Quand la fatigue devient chronique et résiste à toutes les mesures, on doit consulter pour s’assurer que ce n’est pas dû à une pathologie. La fatigue est un symptôme récurrent présent dans le tableau clinique de nombreuses affections et seul un médecin peut détecter une maladie passée inaperçue.

Ce qui fatigue

-Le manque de sommeil
-Le stress
-Une carence en vitamines et minéraux
-Une mauvaise alimentation
-Un état grippal
-Le manque d’activité
-Diverses pathologies

La fibromyalgie, la maladie de la fatigue

La fibromyalgie est un diagnostic d’exclusion. Une fois toutes les autres maladies écartées grâce aux examens biologiques et radiologiques, on pense à la fibromyalgie.
Les médecins n’y pensent pas forcément. Nombre d’entre eux ne la considèrent même pas comme une maladie à part entière. Elle n’a d’ailleurs été reconnue en tant que telle par l’OMS qu’en 2006.
Elle avait été auparavant classée comme maladie rhumatismale. D’ailleurs quand le malade obtient enfin un diagnostic, c’est un grand soulagement parce qu’on reconnait enfin que ses douleurs sont réelles.

On parle de syndrome de fatigue chronique car la maladie est pluri-symptomatique. La fatigue n’est qu’un des aspects de la fibromyalgie, elle s’accompagne aussi de douleurs musculaires diffuses et de troubles du sommeil. La fatigue peut se transformer en asthénie profonde qui est un véritable handicap dans la vie quotidienne. Pour une cause inconnue, le système immunitaire serait sollicité de manière excessive, ce qui déréglerait le système de défense face aux virus.

La maladie atteint majoritairement les femmes à partir de la cinquantaine et se déclenche souvent suite à un choc affectif ou à une énorme fatigue physique. Une fois le diagnostic établi, le traitement comprend des antalgiques mais également un suivi psychologique et des séances de kinésithérapie.

Des anti-fatigues 100% nature

Du côté des plantes, le ginseng et le guarana tonifient l’organisme.
La cardamome et la vitamine C présentes dans les fruits permettent de combattre la fatigue.
Les huiles essentielles ne sont pas en reste car elles sont un concentré de plantes.
Contre la fatigue, sont préconisées notamment l’huile essentielle de lavande vraie, l’huile essentielle de mandarine, l’huile essentielle de vétiver et l’huile essentielle de néroli.
Et le champion toutes catégories des concentrés nutritifs et énergétiques confondues est sans conteste la gelée royale qui tout en combattant la fatigue accroît la résistance des défenses immunitaires de l’organisme.