A la Une

Le paracétamol prédispose à l’asthme du bébé de 1 à 3 ans

Publié le
Le paracétamol prédispose à l’asthme du bébé de 1 à 3 ans
par Imen Zine

Des études qui font le lien entre paracétamol et asthme du nourrisson sont entachées par le biais de l’utilisation préférentielle du paracétamol chez les bébés siffleurs, et par les infections respiratoires, à la fois motif de prescription du paracétamol et facteur déterminant de l’asthme. L’enquête prospective de «A Amberbir et coll.» évite ce biais et tient compte du facteur de confusion. Dans cette enquête, les mères ont été questionnées sur les infections respiratoires des enfants à 2 mois, et sur la prise de paracétamol, un wheezing (assimilé à l’asthme) ou un eczéma à 1 an et à 3 ans. Les enfants ont bénéficié d’un examen des selles à 1 an et à 3 ans pour identifier une infestation par des nématodes transmis par le sol. Les résultats ont montré qu’à 1 an, plus du tiers des enfants avaient été exposés au paracétamol, et 4 % étaient infestés par des géohelminthes. 88,5 % des enfants restant dans la cohorte à 1 an n’avaient jamais eu de wheezing au cours de leur 1ère année de vie. A 3 ans, 7,7 % des enfants indemnes à 1 an, soit environ 1 sur 13, avaient fait au moins un épisode de wheezing, c’est-à-dire qu’ils étaient devenus asthmatiques. Les géohelminthes n’ont, a priori, pas d’effet protecteur vis-à-vis de l’asthme, mais l’étude manque de données fiables vu le faible taux d’infestation à 1 an. Enfin, l’exposition au paracétamol la 1ère année et l’infestation par les géohelminthes à 1 an n’avaient pas d’influence sur l’incidence de l’eczéma entre 1 et 3 ans.

20-08-11