A la Une

PET Scan l’imagerie médicale fait sa révolution

Publié le
PET Scan l’imagerie médicale fait sa révolution

La Tunisie est en train de vivre une révolution importante dans le secteur de la santé avec le PET Scan dont le CERU a récemment fait l’acquisition. Ce centre d’imagerie médicale, situé à la place Pasteur à Tunis et dirigé par quatre médecins radiologues de renom, ajoute notre pays aux rares, sur l’Afrique, après le Maroc, l’Egypte et l’Afrique du Sud, qui détiennent ce nec plus ultra de la technologie. Docteur Majdi Mahersi, spécialiste en médecine nucléaire, scintigraphie et thérapie aux radio-isotopes est l’initiateur de ce projet ambitieux. Il a dédié au PET Scan plus de 200 m2 du CERU, l’équipant de matériaux modernes et de mobilier design.

par Jaouida Ben Aouali

 

Le PET Scan (Tomographie par Émission de Positrons ou TEP en français) est un examen isotopique. Il consiste à injecter un produit légèrement radioactif (isotope) dans le corps, qui va se fixer sur les tumeurs. L’isotope utilisé lors d’un PET Scan est le FDG (fluorodésoxyglucose), une sorte de sucre fluoré dont la durée de vie n’excède pas 2 heures. Aucune chance, donc, d’être irradié comme à Tchernobyl!
Le PET Scan sert essentiellement à détecter précocement une tumeur cancéreuse et/ou des métastases et à surveiller leur évolution. Une tumeur cancéreuse n’est pas une masse inerte. C’est un amas de cellules qui se divisent de manière rapide et incontrôlée et consomment beaucoup d’énergie (de glucose). Une tumeur ou une métastase est donc une zone à haute activité métabolique. Le PET Scan permet de la repérer.

PET Scan, mode d’emploi

L’aspect du PET Scan est semblable à celui d’un scanner. Il est constitué de deux parties principales : un lit coulissant sur lequel le patient s’allonge et un collimateur en forme de cylindre dans lequel le lit coulisse. Ce collimateur comporte une caméra TEP. Le collimateur est divisé en deux autres parties formant deux cylindres. Il y a un cylindre qui effectue le principe du scanner et l’autre qui réalise celui de la TEP.
Première étape, le médecin spécialiste en médecine nucléaire commence par injecter au patient à jeun (afin que le traceur ne se mélange pas au glucose présent dans l’alimentation) et dont on vérifié la glycémie, le FDG. L’isotope va se fixer sur les masses anormalement actives. Cette étape peut prendre un certain temps (environ une heure). Deuxième étape, le patient, vêtu d’une blouse, s’allonge sur le lit du PET Scan qui coulisse rapidement pour les images scanner, ensuite il repasse une seconde fois plus lentement afin de prendre les images de la TEP, cela dure environ une demi-heure. Troisième étape, sur la base des données enregistrées, de puissants ordinateurs reconstruisent les images finales.

La haute technologie au service de la santé

Le principal avantage du PET Scan, par rapport à d’autres types d’examens, comme la radiographie ou l’IRM, est qu’il peut afficher comment un organe fonctionne, plutôt que de montrer simplement ce à quoi il ressemble. Il peut mettre en évidence la façon dont certaines maladies affectent les fonctions de l’organisme et permet au médecin traitant de définir avec précision dans quelle mesure une maladie, comme le cancer, s’est propagée.
Le PET Scan est principalement utilisé sur les cas confirmés de cancer et peut généralement donner trois informations importantes : le degré de propagation de la maladie, la façon dont celle-ci répond au traitement et si des cellules cancéreuses subsistent à la fin du traitement.
En outre, le PET Scan peut également être utilisé pour les troubles neurologiques. Il peut, par exemple, localiser la partie endommagée du cerveau responsable du déclenchement des convulsions lors d’une crise d’épilepsie, le chirurgien peut alors intervenir. Il permet également de diagnostiquer la maladie de Parkinson. Pour les maladies cardiovasculaires, il permet au médecin de décider du protocole de soins à apporter : transplantation cardiaque, pontage coronarien ou angioplastie. Il en est de même pour la recherche médicale dans laquelle les chercheurs utilisent actuellement le PET Scan pour étudier le fonctionnement du cerveau de personnes atteintes d’autisme.

3 questions à Docteur Majdi Mahersi

Docteur Majdi Mahersi, spécialiste en médecine nucléaire, scintigraphie et thérapie aux radio-isotopes est à l’origine de ce projet ambitieux. Il a dédié au PET Scan plus de 200 m2 du CERU, l’équipant de matériaux modernes et de mobilier design dans le respect des normes de sécurité. Il revient sur l’histoire d’un rêve de médecin…
Le PET Scan est une imagerie quasi- spécifique des cellules cancéreuses, permettant d’examiner l’ensemble du corps pour détecter tous les foyers du cancer

Quel est l’impact de l’introduction en Tunisie du PET Scan sur le «tourisme» médical ?

La Tunisie peut s’enorgueillir de son excellent niveau de médecine et nous recevons des patients venant des pays voisins mais également des ressortissants d’autres pays africains et d’Europe, notamment pour la chirurgie plastique et esthétique. Le « tourisme » médical étant un secteur essentiel à l’économie du pays, nous devons être, non seulement à jour au niveau des avancées médicales, mais aussi à la pointe du progrès dans les domaines des compétences, des structures et des équipements. Le PET Scan va ajouter une plus value particulièrement en cancérologie, et la demande étrangère augmentera sensiblement. Il ne faut pas oublier que le Maroc nous a, déjà, devancé en faisant l’acquisition d’un PET Scan depuis deux ans. Il était plus que grand temps de nous en équiper pour préserver notre rang à l’échelle internationale dans le domaine médical.

Quels sont les coûts de ce type d’examen ?

L’examen par PET Scan est toujours considéré comme étant fort coûteux dès l’acquisition de cet appareil par un pays mais à tort car les études de rentabilité médico-économique en termes d’économie de santé prouvent, de manière indiscutable, que cette technique permet une prise en charge thérapeutique adaptée grâce à un diagnostic plus précis, évitant ainsi de multiplier les examens inutiles et des actes inadaptés : chirurgie, hospitalisation, chimiothérapie, etc. L’importance de son impact sur l’économie en matière de santé est d’une telle importance en cancérologie que son déploiement a été rapide en Europe et dans quelques pays d’Afrique que nous souhaitons rattraper. A titre indicatif, l’examen par PET Scan coûte environ 2.200 dinars en Europe et au Maroc, coût essentiellement dû au produit radioactif onéreux. Aujourd’hui, pour une exploration PET Scan à l’étranger, la CNAM prend en charge des patients sur commission médicale. L’aboutissement des procédures administratives avec le Ministère de la Santé pour le lancement de notre PET Scan permettra d’éviter ces dépenses en devises.

Quelle a été votre motivation première dans l’installation du PET Scan en Tunisie ?

Notre pays a atteint un niveau sanitaire élevé et reconnu dans le monde mais la prise en charge des malades du cancer était tronquée jusqu’à l’arrivée du PET Scan, examen révolutionnaire et pilier de l’exploration de tumeurs malignes. Par ailleurs, l’ambition de tout médecin est d’être à jour dans la pratique de sa discipline, afin d’assurer la meilleure prestation au bénéfice de ses patients. Je dois, cependant, reconnaître qu’à titre personnel, j’ai réalisé un rêve de médecin. Celui de servir en prêtant serment : guérir ou permettre à mes confrères de mieux le faire grâce aux images de plus en plus pointues que je peux leur fournir.