A la Une

Si précieux venin d’abeilles…

Publié le
Si précieux venin d’abeilles…

Le venin d’abeilles et un vasodilatateur, un anticoagulant et un stimulant biologique. Lors d’une piqûre, les réactions peuvent être très variables d’une personne à l’autre.

par Jemii Zouheir

L’abeille (Apis), possède un dard barbelé relié aux muscles de l’abdomen. L’abeille ne pique que si elle est dérangée dans son travail. Cet insecte travailleur ne pique qu’une seule fois car une partie de son abdomen est arraché avec le dard, entraînant la mort de l’abeille.

La composition du venin est complexe. Il existe une substance odorante, caractéristique et agréable, mais qui a le défaut d’exciter incroyablement les abeilles.

Récolte par électrocution

On l’obtient en électrocutant les abeilles. Agressées, elles piquent à travers une membrane très fine en caoutchouc. On recueille le venin derrière cette membrane puis on le lyophilise. On en obtient ainsi de grandes quantités. Le venin est un des produits de l’abeille parmi les plus étudiés.

Du point du vue du sujet, la réaction peut être normale ou anormale (allergie). Certaines personnes sont immunisées.

Souvent sans danger

La piqûre de l’abeille est toujours douloureuse et il est évident que cela éloigne les gens de pratiquer l’apiculture bien des amateurs de miel et autres produits naturels des abeilles.
L’organisme de la plupart des individus s’habitue assez rapidement aux piqûres et y réagit très faiblement ou même pas du tout. Toutefois, même les personnes immunisées ressentent immédiatement, lors de la piqûre, une douleur assez forte qui reste raisonnable pendant quelques instants, s’amplifie puis décroit. C’est une question de quelques dizaines de secondes. Une petite papule apparaît, rougit, grossit, s’étend, durcit, brûle (chauffe) et est douloureuse, un œdème s’installe.
L’infiltration de venin avec toutes ses conséquences atteint son apogée le lendemain de la piqûre, diminue et s’estompe, en règle générale, le surlendemain ou les jours qui suivent.

Généralement, on développe une certaine résistance aux piqûres d’abeilles, mais on connait des cas de réactions systématiques et même anaphylactiques chez des personnes pourtant habituées depuis longtemps aux effets du venin.

Les remèdes populaires pour apaiser la douleur sont nombreux et dans ce nombre, on peut voir la preuve de leur efficacité (application de vinaigre, d’eau de javel, friction avec du persil, un oignon, un poireau, annihiler l’effet du venin par la chaleur : approcher une allumette allumée, etc.)

Le traitement local par des antihistaminiques de synthèse peut aussi amener un soulagement certain.

D’un point de vue chimique, le venin contient des enzymes (phospholipases, hyaluronidases…) des peptides (kinines…), des amines (histamine…), des acides aminés et d’autres substances qui jouent un rôle d’allergène puissant.
Ces venins ont une action directe : la toxicité cellulaire, qui entraîne la destruction des cellules, et une action indirecte : les manifestations immunologiques.
La quantité de venin injecté par une abeille est de l’ordre de 50 à 100 microgrammes et pour la guêpe de l’ordre de 2 à 10 microgramme.
Le venin se compose de protéines et de peptides. Le composant principal est une protéine appelée «mélittine». Le venin est riche d’autres composés. La variété des composants du venin s’explique par le fait que celui-ci doit agir sur un grand nombre de prédateurs potentiels, de l’insecte à l’homme.

Gare aux allergies !

Réaction dont les symptômes se manifestent dans les courts instants suivant la piqûre.
La respiration devient difficile, des vomissements peuvent survenir, la tension artérielle peut baisser fortement, entraînant des pertes de conscience et parfois la mort par collapsus respiratoire et circulatoire (état pathologique caractérisé par un malaise soudain, intense avec ou sans perte de connaissance), une baisse de la tension, une accélération du pouls, des sueurs froides).
Les cas graves sont du ressort de la médecine.
Pour les personnes sensibles, signalons que des traitements de désensibilisation peuvent atténuer ou même annihiler la sensibilité des personnes allergiques aux effets des piqûres. Ces traitements sont administrés par des médecins spécialistes.

Le venin est utilisé de nos jours dans la médecine moderne, ainsi que dans les produits cosmétiques et dans l’apithérapie qui est une nouvelle branche thérapeutique.

Le venin est une substance dont les effets sont variables en fonction :

1-de la quantité de venin injecté
2-de la quantité du venin qui dépend de l’abeille, de son âge, de sa race, de son alimentation
3-du lieu de l’injection
4-de la sensibilité du sujet qui reçoit la piqûre