A la Une

Psoriasis, peau de serpent…

Publié le
Psoriasis,  peau de serpent…

Notre peau est très sensible ! Nombreuses sont ses maladies, et parmi elles, le psoriasis. Cette maladie inflammatoire de la peau se caractérise généralement par l’apparition d’épaisses plaques de peau qui desquament (qui se détachent sous forme «d’écailles» blanches). Les plaques apparaissent à différents endroits du corps, le plus souvent sur les coudes, les genoux et le cuir chevelu. Elles laissent des zones de peau rouge. Le Dr. Houda Kannou, dermatologue, nous donne plus de détails.

par Imen Ben Abdelkader

«Le psoriasis est une maladie chronique qui évolue par cycles, avec des périodes de rémission. Elle peut être très désagréable ou même douloureuse lorsqu’elle se manifeste sur la paume des mains, la plante du pied ou dans les plis de la peau. L’étendue de la maladie varie considérablement d’une personne à l’autre».

Selon l’endroit où les plaques sont situées et leur étendue, le psoriasis peut être gênant et nuire à la vie sociale. En effet, le regard des autres sur les maladies de peau est souvent blessant.

«Environ 2 à 4 % de la population est atteinte par le psoriasis. Cette maladie apparaît habituellement à l’âge adulte, vers la fin de la vingtaine ou au début de la trentaine. Elle peut toutefois toucher les enfants, parfois même les nourrissons. Elle atteint autant les hommes que les femmes».

Psoriasis : une origine mystérieuse

«La cause précise du psoriasis n’est pas connue». Plusieurs facteurs seraient impliqués dans l’apparition de la maladie, en particulier «des facteurs génétiques et environnementaux». Ainsi, on retrouve des antécédents familiaux de psoriasis dans le tiers des cas.
«Le stress physique» (infections, blessures, chirurgie, médicaments…) «ou psychique» (fatigue nerveuse, anxiété..) peut contribuer au déclenchement de la maladie.
«Le psoriasis pourrait aussi être causé par des réactions auto-immunes survenant dans la peau. Ces réactions stimuleraient la multiplication des cellules de l’épiderme. Chez les personnes atteintes de psoriasis, ces cellules se renouvellent à un rythme beaucoup trop rapide : tous les 3 à 6 jours plutôt que tous les 28 ou 30 jours. Étant donné que la durée de vie des cellules de la peau reste la même, elles s’accumulent et forment d’épaisses croûtes».

A côté de ces causes, plusieurs facteurs peuvent déclencher l’apparition de plaques chez les personnes déjà atteintes de psoriasis.
* Une réaction à un médicament, dont le lithium prescrit pour traiter les troubles bipolaires, les bêtabloquants contre l’hypertension et les médicaments contre la malaria.
* Un niveau élevé de stress.
* Une éraflure, une coupure ou une piqûre d’insecte.
* Un coup de soleil.
* Les climats froids et secs.
* Une exposition à des substances chimiques.
* La consommation d’alcool.
* Le tabagisme qui aggrave les symptômes
* Une infection de la gorge ou des voies respiratoires (dans le cas du psoriasis en gouttes).

Différents types de psoriasis

Il existe plusieurs types de psoriasis. La forme la plus courante est «le psoriasis en plaques», aussi appelé psoriasis vulgaire. Les autres formes sont «le psoriasis en gouttes, le psoriasis érythrodermique (généralisé) et le psoriasis pustuleux».

La localisation des plaques varie d’une personne à l’autre, et on distingue, entre autres :
– le psoriasis du cuir chevelu qui est très fréquent.
– le psoriasis palmo-plantaire, qui touche la paume des mains et la plante du pied;
– le psoriasis inversé, qui se caractérise par des plaques dans les plis cutanés (arrière du genou, aine, aisselles, plis du ventre…).
– le psoriasis des ongles ou unguéal.

Chez près de 7 % des personnes atteintes, «le psoriasis s’accompagne de douleurs articulaires avec gonflement et raideur, ce qu’on appelle arthrite psoriasique ou rhumatisme psoriasique». Cette forme d’arthrite demande une prise en charge spécifique par un rhumatologue et peut nécessiter des traitements lourds.

La géographie du psoriasis

* Psoriasis en plaques (ou vulgaire). Plaques rouges bien délimitées, rondes ou ovales, recouvertes d’épaisses croûtes de peaux blanches qui desquament. Localisées généralement sur les coudes, les genoux, le cuir chevelu et les fesses.
* Psoriasis des ongles. Anomalies variées des ongles des mains et des pieds : petites « dépressions » qui ressemblent à des trous de dé à coudre, décollement, effritement, décoloration, épaississement, stries.
* Psoriasis du cuir chevelu. Plaques rouges avec des squames argentées sur le cuir chevelu et la lisière du front.
* Psoriasis palmo-plantaire. Plaques sèches sur la paume des mains et la plante du pied, souvent douloureuses et fissurées.
* Psoriasis inversé (ou inverti). Plaques rouges qui apparaissent dans les plis (aux aisselles, aux aines, près des organes génitaux, dans les plis du ventre ou des fesses), sans squames, et parfois douloureuses puisque exposées aux frottements.
* Psoriasis pustuleux. Plaques recouvertes de petites pustules blanches, surtout sur les mains et la plante du pied. Cette forme peut aussi toucher le bout des doigts.
* Psoriasis érythrodermique. Presque toute la peau est rouge et enflammée, sans plaques précises. Il y a souvent de la fièvre et des frissons. Il s’agit d’une forme grave, qui nécessite un traitement en urgence.
* Psoriasis en gouttes. Forme rare qui touche surtout les enfants et les adolescents et survient après une infection au streptocoque (angine ou pharyngite, le plus souvent). Les plaques sont petites (moins de 1 cm) et sont souvent présentes sur le tronc, les bras et les jambes.

Une maladie chronique

«Le psoriasis est une maladie chronique qui ne se guérit pas, on ne peut donc jamais être certain que les poussées ne reviendront plus. Néanmoins, il est possible de soulager les symptômes efficacement à l’aide de produits médicamenteux appliqués sur les lésions. L’objectif est de réduire l’étendue des plaques et la fréquence des poussées.

Quelques conseils…

On ne connaît pas de moyen de prévenir le psoriasis. Il est toutefois possible de diminuer la fréquence et l’intensité des poussées. En plus du suivi minutieux du traitement prescrit, il est possible d’observer ce qui déclenche l’apparition des symptômes. Cette démarche demande temps et patience.

* Durant une longue exposition au soleil, il est conseillé de s’enduire d’un écran solaire efficace (FPS 15 au minimum).
* La consommation d’alcool doit être grandement diminuée, voire totalement éliminée.
* Ne pas fumer. Plusieurs études ont clairement montré que la gravité du psoriasis était en relation avec le nombre de cigarettes fumées.
* Certaines personnes atteintes voient leur maladie s’atténuer considérablement après avoir perdu un peu de poids. Envisager de modifier certaines habitudes de vie en conséquence si nécessaire.
* Trouver des solutions pour mieux gérer le stress. Il est reconnu que le stress joue un rôle dans l’apparition ou l’exacerbation des poussées de psoriasis.
* Les personnes atteintes peuvent éventuellement entreprendre une psychothérapie afin de prendre conscience des événements ou des états psychiques à l’origine de certaines poussées de psoriasis.
* Prendre un bain chaque jour pour que les plaques se desquament naturellement. Ajouter à l’eau une huile pour le bain, de l’avoine colloïdale ou des sels d’Epsom. Y tremper durant au moins 15 minutes. Éviter l’eau trop chaude. Utiliser un savon doux.
* Après le bain ou la douche, appliquer une crème hydratante sur la peau encore mouillée (cela est particulièrement important en hiver).
* Éviter de gratter et de frotter les zones atteintes. Si nécessaire, durant la nuit, envelopper la peau d’une pellicule de plastique après avoir appliqué une crème ou un onguent émollient.

Le traitement repose principalement sur l’application de crèmes et d’onguents sur les plaques. Dans certains cas, des traitements plus puissants peuvent être employés afin de ralentir la prolifération des cellules de la peau, notamment la photothérapie et la PUVA-thérapie ou des médicaments par voie orale».

A noter que la photothérapie consiste à exposer la peau à des rayons ultraviolets (UVB ou UVA). Ils sont employés si le psoriasis couvre une grande partie du corps ou si les poussées sont fréquentes. Les rayons ultraviolets ralentissent la prolifération des cellules et soulagent l’inflammation.

La PUVA-thérapie combine l’exposition à des rayons UVA avec le psoralène, une substance qui rend la peau plus sensible à la lumière. Le psoralène est administré par voie orale ou par immersion dans un « bain » avant l’exposition aux UVA. Pour traiter le psoriasis modéré à grave, il faut effectuer plusieurs séances par semaine, pendant environ 6 semaines consécutives.

«En cas d’échec des autres traitements, des médicaments dits «biologiques» peuvent être utilisés».