A la Une

Le rire un bien FOU !

Publié le
Le rire un bien FOU !

La vie actuelle nous oblige à affronter le stress à des degrés divers, ce qui est à l’origine de nombreux problèmes sociaux, psychiques et physiques. Comme il est impossible d’y échapper, il est nécessaire d’apprendre à mieux le connaître pour bien le gérer et le maîtriser. Par le biais de la kinésithérapie, voici un exercice physique complet pour « voir la vie en rose» : le rire.

par Hiba Nemer

En effet, rire rend beau, mais c’est aussi très sain.

Avec lui, adieu le stress ou la tristesse qui peuvent mener à un effondrement physiologique et architectural du corps tout entier. La sensation de malaise, le stress ou la fatigue influent de manière notoire sur notre apparence puisque la posture que nous adoptons est le reflet de notre état d’esprit. Du coup, on n’a plus confiance en soi et on a tendance à se renfermer sur soi-même.
Regardons-nous dans le miroir : Le visage est crispé, les traits sont anxieux, les épaules tombent et s’enroulent, d’où une diminution du volume de la cage thoracique, la courbure dorsale entraînant une légère augmentation de la lordose lombaire et un relâchement, puis un affaiblissement, des muscles abdominaux. Par conséquent, diaphragme et transverse, les principaux muscles respiratoires, ont plus de difficulté à travailler, puisqu’ils sont comprimés par les viscères.
Concernant les membres inférieurs, ils sont traînants avec les pieds en dedans. Le résultat est un relâchement musculaire des membres inférieurs expliquant cette démarche traînante.
Physiologiquement, la diminution du volume de la cage thoracique favorise une régression de la respiration. Cette dernière est plus faible et en général abdominale. On note également une diminution du rythme cardiaque entraînant un ralentissement de la circulation sanguine et lymphatique.
Sur le plan musculaire, les muscles sont contractés avec une douleur variable et parfois irradiante tout le long du trajet nerveux, d’où des irrégularités de tonus musculaires et des limitations articulaires.
Il devient donc vite nécessaire de briser cette attitude néfaste à la fois pour l’esprit et pour le corps.
Pour que votre miroir et votre milieu endocrinien vous dise que vous êtes plus beau et plus sain, une seule solution : riez !

Qu’est-ce que le rire ?

C’est un état réflexe, spontané et plaisant impliquant de nombreuses fonctions respiratoires, nerveuses et psychiques.
En effet, le rire est bien plus que de simples ondes sonores que l’on entend, c’est aussi une kinésithérapie totale puisqu’il comprend des massages, des étirements, renforcement, des vibrations, du drainage…
Le rire constitue en fait une thérapie complète pour faire se détendre les fonctions vitales de notre organisme.
Pour rire, 17 muscles doivent travailler simultanément. Ce sont les muscles zygomatiques, majeurs et mineurs, qui sont activés pendant que le muscle risorius, qui abaisse le coin des lèvres, est inhibé. Entre contractions et décontractions des muscles faciaux, une gymnastique douce se crée, produisant une sorte de massage et un lifting naturel à effet garanti visible rapidement.
Au niveau de la respiration, quand on rit, le diaphragme sautille. Son action inspiratoire est mieux assurée, d’ où une respiration plus ample. L’air est expulsé à 120 Km/heure, ce qui favorise l’oxygénation cérébrale et exerce une fonction drainante détoxifiante.
Parallèlement, le système cardio-vasculaire en profite lui aussi. Une dilatation artérielle se produit, permettant une augmentation bénéfique du rythme cardiaque et une diminution de la tension artérielle.
Le cycle du rire touche aussi à notre appareil digestif, puisqu’en riant, notre tube digestif subit un massage doux qui améliore le travail de la vésicule biliaire et régule le fonctionnement des organes voisins (l’estomac, le foie, la rate…) Résultat, la sécrétion de salive, de sucs digestifs et le brassage des aliments sont favorisés. Notre digestion ne peut que s’en réjouir.

Le rire redonne également le sourire à nos organes nobles.

Dès les premiers spasmes, il déclenche la production de catécholamines (les hormones antistress) au niveau des neurones et génère des endorphines cérébrales. Par l’effet de ces hormones sympathiques, les tensions musculaires, psychiques et organiques chutent, et nos pensées routinières sont court-circuitées pour quelques petites secondes.
Rire c’est booster notre système immunitaire, puisqu’il augmente la production d’immunoglobuline A (une protéine essentielle dans la défense contre les maladies respiratoires) dans les glandes salivaires. Il participe aussi à la régulation des hormones de croissance et à la destruction des virus et des parasites. Le rire dilate également le thymus, cette glande recroquevillée sous l’effet du stress, qui se met alors à produire davantage de lymphocytes et des cellules anticancéreuses.
Ses effets antidépresseurs, rajeunissant, embellissant et décontractant font du rire une arme de choix contre les situations de stress et représente aussi un atout dans la prévention des maladies et des dysfonctionnements liés à l’anxiété.
C’est pour cela que la kinésithérapie se base sur le confort psychique du patient, puisque plusieurs déformations rachidiennes (cyphose dorsale, scoliose…), limitations et autres douleurs articulaires s’installent et s’aggravent par le fait d’adopter de mauvaises attitudes et postures qui, à long terme, créent des déformations dont la correction s’effectue par un travail proprioceptif.
Devant un miroir quadrillé, le patient se met en position debout, dresse ses épaules, contracte ses abdominaux, fixe fermement ses pieds par terre, et … rit.
Ce n’est pas sorcier, mais cela relève presque de la magie, car tout change en un instant !