A la Une

Soleil 2015 VS 1950

Publié le
Soleil 2015 VS 1950

En soixante ans, notre rapport au soleil a bien changé du fait des diverses découvertes scientifiques ou bien des changements de modes. Mais dans un pays comme le nôtre, inondé de soleil presque tout au long de l’année, cet astre lumineux demeure toujours aussi présent dans nos vies.

par Myriam Bennour Azooz

Avant de commencer le comparatif, revenons un peu sur ce bon vieux soleil, et les différents services qu’il nous rend

Les bienfaits du soleil

Avant toute chose, le soleil recharge nos batteries, c’est un fait avéré. Ou plutôt, c’est la lumière qui est responsable de notre forme. C’est en effet elle qui agit sur la mélatonine, l’hormone qui règle notre rythme biologique et nos humeurs, intervenant ainsi dans notre équilibre psychique, notre humeur, notre cycle de sommeil. Le soleil renforce aussi notre système immunitaire et  participe à la guérison de certaines pathologies cutanées, car en faisant transpirer la peau, celle-ci s’assouplit. De même, le psoriasis connaît des améliorations sous l’effet du soleil puisque ce dernier diminue les réactions inflammatoires. Et bien sûr, il permet à la vitamine D de fixer le calcium sur les os, ce qui réduit significativement les risques d’ostéoporose chez les personnes âgées et prévient des troubles de croissance chez l’enfant. Le soleil est donc bénéfique pour notre santé, mais seulement quelques minutes par jours suffisent.

Le soleil : un concentré de bonne humeur

Hé oui, de tout temps, la douceur des rayons du soleil nous procure un sentiment de réconfort, leur absence, par contre, peut jouer sur notre moral. D’ailleurs, c’est bien connu, en hiver lorsque la chaleur du soleil laisse la place à la grisaille, on peut se sentir déprimé, allant jusqu’à une véritable dépression dite hivernale. Ce mal se soigne par une stimulation avec de la lumière artificielle.

Le soleil : symbole de vie et de joie de vivre

Placées dans la décennie qui suit la Seconde guerre mondiale, les années cinquante sont une explosion de joie, presque de démesure. Une ode à la vie. Après le cauchemar de 39-45, années de mort et de dévastation, l’espoir est de nouveau permis. Une ère nouvelle commence pour le monde. Longtemps cantonnés dans des abris sombres, les gens sortent vers la lumière. Ils ouvrent les yeux. Ils s’élancent vers le soleil. Le soleil !

De toutes parts, le même mot d’ordre répété à l’infini avec ses éternelles variantes : « Mets-toi au soleil !   N’oublie pas de prendre le soleil !   Ouvre bien grandes les fenêtres pour que les rayons du soleil pénètrent dans la maison ! » … Et une idée instituée en règle générale «  Là où le soleil entre, le médecin ne passe pas ! »

… Cela est-il si sûr ? Peut-on réellement avancer la même maxime en 2015 ?

Sans aller jusque là, le soleil demeure, encore aujourd’hui synonyme de vacances et de bien-être.

Le teint hâlé c’était le top !

Bon, c’est vrai que la mode du bronzage n’a jamais vraiment disparue et ce, en dépit de toute la mauvaise publicité autour du soleil et de son effet sur le vieillissement, entre autres. Mais il faut bien reconnaître qu’à l’époque, c’était le top ! (il n’y a pas d’autre mot). Etre bronzé était le signe, ou plutôt la preuve, que l’on est assez aisé pour passer ses journées à lézarder au soleil. La preuve ultime que l’on n’a pas besoin de travailler. « La mode dans la banlieue sud de Tunis était de s’installer sur les toits des maisons, et d’envoyer les bambins remplir des seaux d’eau de mer pour ensuite leur demander de les vider sur le corps de leurs mamans qui profitaient de l’heure de la sieste pour se reposer des tâches ménagères., me raconte  Soukayna, 88 ans,  elles pouvaient ensuite frimer devant leurs copines et cousines ! »

Aujourd’hui, le bronzage se veut discret, un léger film doré couvrant la peau fait amplement l’affaire.

Années 50 : cachez-moi ce corps que je ne saurais voir !

Même si le bikini a fait sa grande entrée sur les plages occidentales dans les années 50 (plus précisément, il est né en 1946, mais n’a été réellement assumé sur les plages que 15 ans plus tard, pour exploser dans les années 60), sous nos cieux il a un peu plus pris son temps. En effet, en y pensant un peu, on a du mal à imaginer nos mamies en deux-pièces (moi en tout cas !). Aujourd’hui, par contre, c’est une autre histoire. Les bikinis se déclinent dans une multitude de couleurs et de formes sur nos plages tunisiennes. On s’expose plus volontiers au soleil…sous une bonne couche de crème solaire tout du moins !

Le soleil a vieilli

Depuis les années 50 à aujourd’hui, on en a fait des dégâts à notre pauvre planète. Et ce n’est qu’en 1972 qu’il y a eu une véritable prise de conscience quant aux dégâts environnementaux que l’Homme a causé (lors du premier Sommet de la Terre). Dans cette foulée, on s’est rendu compte que notre couche d’ozone protectrice s’effritait, et que le soleil si bienveillant jusque là, commençait à montrer ses griffes.

Aujourd’hui plus éveillés?

Grâce aux différentes avancées scientifiques notamment, on en a découvert des choses sur notre bel astre. Et si  ses bienfaits sont indéniables, ses méfaits sont désormais bien connus. On a su, entre autres, qu’il pouvait provoquer une recrudescence d’acné, accélérer le vieillissement de la peau, être dangereux pour les yeux et même augmenter le risque des cancers de la peau. On a aussi connu l’apparition de certaines allergies au soleil, chose qui n’existait pas (ou très peu) dans le temps.

Aujourd’hui, loin de l’idée anciennement répandue « prend le soleil, ça te fera le plus grand bien » pas question de sortir sans sa crème solaire dans son sac, ses lunettes et son chapeau sur soi. On est devenu plus conscients des risques d’une exposition prolongée au soleil.