A la Une

Stress : quelles causes et quelles solutions?

Publié le
Stress : quelles causes et quelles solutions?

Qu’est-ce que le stress ? Quelle explication nous donne la chimie cérébrale ? Comment s’en sortir ….Est-il d’abord possible de s’en sortir quand tout le monde dit que c’est le mal du siècle ? Oui, c’est possible. Recentrez-vous dans votre corps, revenez chez vous.

par Sondes Khribi Khalifa

Se recentrer dans le corps…cela veut dire quoi ?

Le stress est en réalité l’incarnation même de l’absence au corps. De l’absence tout court. Le stress signifie la déconnexion/séparation avec l’être intérieur. Quand on est stressé on éprouve un mal-être, une souffrance diffuse et une angoisse plus ou moins forte et durable. Habiter son corps et être présent à son corps est la seule solution pour être vraiment attentif à ses émotions, à chaque instant. Habiter vraiment le corps signifie de rester en contact avec lui, avec les différentes sensations physiques qu’il émet/vous envoie. Détecter la première fatigue, le premier énervement et désagrément de la journée, le premier mal de tête, etc. Tous les maux physiques sont en effet des signes, des mots du langage du corps qui vont de pair  avec l’émotion, le langage ultime de l’être intérieur.

Habiter son corps devrait être une attitude permanente. Au premier signe envoyé par le corps, vous devriez répondre présent. Imaginez que votre enfant vous appelle et vous dise qu’il a besoin de vous, est-ce que vous allez lui répondre ou allez-vous l’ignorer car vous avez plus important à faire ? C’est la même chose pour votre propre corps, plus vous l’ignorez plus sa réaction sera forte et imprévisible, destructrice probablement, comme cet enfant qui va commencer à crier, ensuite casser ses propres jouets si sa mère ne l’écoute pas.

Habiter son corps signifie d’être présent tout le temps. La majorité d’entre nous sommes en effet absents à nos corps. A peine la journée commencée, les obligations et les soucis détournent toute notre énergie vitale, c’est ainsi que le stress survient rapidement.

Vous êtes cerveau droit ou cerveau gauche ?

Savez-vous que le cerveau humain est formé de deux parties complètement séparées ? Pour être plus précis : elles sont reliées par un tout petit canal. Il s’agit donc du cerveau droit et du cerveau gauche. Le stress vient du désir constant du mental gauche de tout contrôler, que ce soit dans le passé, le présent ou le futur, surtout le futur.

Le stress n’est pas lié à la quantité de choses que l’on fait. On croirait à tort que l’on est stressé parce qu’on fait beaucoup de choses, on travaille beaucoup, etc. C’est faux. Remarquez que vous pouvez effectuer plein de choses en une journée en étant dynamique et plein de joie. C’est le cas quand vous êtes complètement emporté par ce que vous faites, quand vous aimez ce que vous faites. Vous vivez alors intensément  et uniquement le moment présent.

Vous pouvez, par contre, effectuer peu de tâches pendant une journée en étant extrêmement stressé, car vous attachez trop d’importance aux résultats. Vous n’êtes pas dans l’action, mais dans la projection. Vous pouvez faire exactement le même nombre de choses en restant présent à vous-même, en restant calme et concentré sur le moment présent, la tâche que vous effectuez au moment présent, sans réfléchir à ce que vous allez faire ensuite, au fait que vous aurez le temps ou pas, que votre patron sera content ou pas, etc… Et vous vous sentirez tellement plus léger. Essayez.

Apprenez à lâcher prise

Faut-il prendre des résolutions antistress ou des résolutions pour lâcher prise ? La différence n’est pas que grammaticale, elle est bien plus puissante. Elle se définit sur le plan énergétique. Quand vous pensez au stress et aux moyens d’en venir à bout, vous le renforcez en réalité. Le principe énergétique universel veut en effet que l’énergie va là où va l’attention. C’est ainsi que « lutter contre le terrorisme » ne fait que le renforcer, alors que lutter pour la paix est la seule voie pour venir à bout du terrorisme.

Lâchez donc prise. N’accordez plus votre énergie aux choses qui vous stressent. Cette attitude s’apprend. Faites une sieste tous les jours ! La sieste en tant que relaxation profonde est l’occasion de renouer le contact avec le corps. C’est l’occasion de neutraliser les stimuli de l’environnement et de débrancher la machine du mental qui ne cesse de vous bombarder d’idées anarchiques, de choses à faire ou de choses qui auraient dû être faites. En faisant le silence à l’intérieur, on peut alors « parler » le langage du corps, parler aux milliards de cellules (leur nombre dépasse celui des atomes de l’univers connu…).

Parlez à votre corps en imaginant ses cellules, dites-lui que vous êtes bien, envoyez-lui des messages positifs comme « je suis heureux, je vous aime, merci, désolé du mal que j’ai pu vous faire », etc. Vos cellules sont conscientes et intelligentes. Elles choisissent leur comportement. Aujourd’hui la visualisation fait partie d’une panoplie de techniques mentales qui ont prouvé leur efficacité non seulement pour aller mieux, mais pour vaincre des maladies aussi tenaces que le cancer.

Commencez votre journée de travail par une courte méditation, 5 mn suffisent. Vous pouvez le faire au bureau, dans le métro ou la voiture. Eteignez le moteur et fermez les yeux 5 mn, écoutez les battements de votre cœur et corps, écoutez votre respiration, ne pensez à rien mais ne vous forcez pas non plus à ne pas réfléchir, vous bloquez l’énergie ainsi et vous la mettez justement dans ces pensées, vous renforcez donc les pensées.

Laissez faire. Laissez venir les pensées si elles le désirent mais ne leur donnez pas votre attention. Retirez toujours votre attention à chaque pensée qui émerge en déplaçant doucement cette attention sur le corps, la respiration, les différentes sensations physiques que vous éprouvez à l’instant. N’oubliez pas, l’énergie coule là où va l’attention. Faites usage de votre libre arbitre pour placer votre attention là où vous le désirez vraiment.