A la Une

Tunisiens solidaires Sang pour sang

Publié le
Tunisiens solidaires Sang pour sang

Le sang des tunisiens a coulé. Des dizaines de blessés par balles sont tombés sur tout le territoire tunisien pendant plusieurs jours. Un état de crise sanitaire a nécessité une mobilisation générale notamment au niveau de la collecte de sang. Le Centre National de Transfusion Sanguine de Tunis avec ses cinq centres régionaux étaient au coeur de l’évènement, faisant face à ces rudes journées .

 

 

« Beaucoup de tunisiens sont généreux » déclare Pr Emna Gouider, directeur général du Centre National de Transfusion Sanguine de Tunis, en évoquant l’élan de solidarité qui a accompagné la période de la « révolution du jasmin ». Le stock déjà existant avant la crise témoigne de cette générosité. Ce dont on avait besoin, c’était de conserver les réserves nationales. C’est-à-dire stabiliser les stocks et maintenir l’équilibre entre les « entrées » et les « sorties » des flacons de sang. «Depuis le 10 janvier, on a commencé à accueillir un flux considérable de gens qui sont venus volontairement faire don de leur sang», ajoute Pr Gouider. «De grandes quantités de sang ont été collectées. Nous avons anticipé la crise. Bien qu’il y ait une stratégie nationale d’urgence, nous n’y avons pas eu recours car les donneurs étaient assez nombreux. Les besoins étaient satisfaits malgré l’absence des sources habituelles telles que les écoles et les cabines ambulantes».
Effectivement, les Tunisiens ont été très sensibles à la souffrance des victimes et ont accouru au centre pour donner leur sang. Un geste d’autant plus symbolique, qu’ il s’agit de donner son sang pour la patrie. Souad Ghazouani, administrateur en chef du centre précise qu’une moyenne de plus de cent personnes par jour sont venues de leur propre initiative ! L’équipe du centre s’est parfaitement mobilisée. Même ceux qui n’étaient pas de service, sont venus à titre bénévole. Certains ont même été obligés de venir à pied au centre, faute de moyens de transport. Toute l’équipe ne rentrait également qu’à des heures limites au couvre-feu !« Le personnel du centre a dû se surpasser, au point qu’on a pu se permettre une journée de repos le dimanche ! Les stocks pouvaient bien couvrir les demandes. Je salue toute l’équipe et je lui dit bravo ! », déclare avec fierté Pr Gouider.
Par ailleurs, les bénévoles du « Croissant Rouge » ont rejoint l’équipe du centre et ont contribué à cette action solidaire en accueillant les donneurs et en les orientant. Leur rôle est d’autant plus important qu’ ils se sont mobilisés un peu partout sur tout le territoire tunisien et pas uniquement dans la capitale. Certains autres organismes ou associations tels que l’Associamed ou le Syndicat des médecins de libre pratique ont lancé des appels aux dons de sang via leurs pages Facebook. Médecins et étudiants en médecine ont répondu à ces appels et sont venus en masse. « De grandes figures de la médecine sont venues. On n’en cite pas, par peur d’en omettre et par souci de discrétion », précise-t-on au Centre.
Cet élan de solidarité, c’est magnifique ! Si seulement, les tunisiens pouvaient rester tout l temps aussi solidaires, on ne manquerait jamais de poches de sang ! Il est vrai que dans les moments difficiles, on accourt sans doute au secours d’autrui, mais ce serait encore plus noble, si on pouvait instaurer une vraie culture de don de sang qui permettrait que les bénévoles donnent d’une manière régulière, spontanée, sans attendre les situations d’urgence !

                                                                                                 Dorra Meziou