Allo maman Ado

A quoi ça sert une maman …?

Publié le
A quoi ça sert une maman …?

Ma maman, c’est la plus jolie, la plus gentille, la meilleure cuisinière… Mais à quoi ça sert une maman ? A faire des câlins, des gâteaux et plein d’autres choses. Cinq garçons se sont prêtés au jeu des questions-réponses et nous ont livré leur vision de la maman.

par Armelle Lelimouzin

A 3 ans, on lui dit : «Maman je t’aime beaucoup », à 15 : «Tu m’énerves », à 20 : «Vivement mon chez moi », à 30 : «T’avais raison », à 50 : «Je ne veux pas te perdre», à 70 : «je donnerai n’importe quoi pour tu sois encore à mes côtés»… Depuis la nuit des temps la maman est honorée, elle a même désormais une journée rien que pour elle… On les dit bourrées de qualité et de tendresse et pourtant, on les trouve parfois trop exigeantes, envahissantes voire castratrices.

Maman, le rôle d’une vie…

Si le rôle de la maman reste celui d’une vie pour une femme, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui les mutations sociales ont largement fait évoluer son rôle et sa place dans la structure familiale. Hier, maman « nourricière» cantonnée à la maison, elle est aujourd’hui amenée à prendre une place de plus en plus importante à l’extérieur de la maison. Ce changement a un impact direct et évident sur la cellule familiale nous explique Whahid Koubâa, psychologue. Le père est appelé à combler les manquements de la mère. Il peut amener ou ramener les enfants de la crèche, du jardin d’enfants ou de l’école, donner le biberon ou même changer les couches et parfois garder les enfants si la mère travaille de nuit ou très loin… Ce clivage monde extérieur, celui des hommes et monde intérieur, celui des femmes se perd au profit d’un partage dans ces deux mondes, partage également dans l’éducation des enfants, dans l’opinion autour des problèmes de la vie et ceux des enfants, des choix familiaux stratégiques, dans l’implication dans la scolarité des enfants etc. … Il existe alors de profonds risques de différences dans les points de vue, dans les choix et donc de conflits pouvant amener aux séparations de couples et à un jeu d’alliances parent- enfant contre l’autre parent et c’est pour cela qu’une bonne communication dans le couple prend une valeur primordiale pour faciliter les rapports au sein de la famille.

Malgré ces changements, la maman conserve un rôle de pilier familial. D’ailleurs vers qui se tourne-t-on en cas de discorde dans la fratrie ? Vers la maman qui aura alors la lourde charge de trancher sans pour autant prendre parti pour l’un ou l’autre.

L’amour maternel ne ressemble à aucun autre

Bienveillante, distante, castratrice, surprotectrice… la maman sait que la relation qui la lie à ses enfants, est ô combien, intense et singulière. Certaines seront attentives aux besoins de l’enfant sans être pour autant anxieuse ou en quête de réparation narcissique et veilleront au bien-être de la famille. D’autres auront une influence très forte sur la vie future de leur progéniture (notamment pour les garçons), leur donnant confiance en eux et et force d’affronter les aléas de la vie. Au contraire, face à la crainte de mal faire et la peur de faire souffrir leur enfant, quelques unes préfèreront se mettre en retrait physiquement et affectivement. Enfin, d’autres encore joueront la surprotection, un peu à la manière de la Mama italienne ou de la maman des films de Woody Allen. Quoi qu’il en soit, elles laisseront une trace indélébile sur la vie future de leurs enfants et dans les rapports que ceux-ci pourront entretenir avec les autres et la vie tout simplement.

Bonne fête maman !

A l’occasion de la fête des mères, nous célébrons la maman tunisien ne, qui est une femme formidable comme il y en a peu ailleurs explique Wahid Koubâa. C’est une véritable combattante de tous les temps, soldat de l’ombre, qui se bat corps et âme pour ses enfants, et qui met tout au profit de ses enfants. Les mères qui se débrouillent pour financer les cours particuliers de leurs enfants ou qui les ramènent en consultation pour des difficultés scolaires parfois contre le gré de leurs maris ne sont pas rares et quand il le faut, cette sainte- mère est là et pour la vie.

Bonne fête à toutes les mamans.

3 questions à… Wahid Koubaa, psychologue

Les enfants selon leur âge perçoivent-ils différemment leur maman et son rôle ?

Au départ, c’est la dépendance totale envers la mère aussi bien affective, émotionnelle, alimentaire, sanitaire, sécuritaire, mais petit à petit l’enfant prend plus d’autonomie et la mère lâche du lest. Son rôle se réduit à une assistance partielle pour évoluer, vers l’adolescence, à l’accompagnement. Tout excès dans un sens ou dans l’autre peut être préjudiciable à l’enfant. Au-delà des premiers mois de la vie, la mère doit être «suffisamment bonne et normalement dévouée» et pas plus pour ne pas entraver le développement affectif, intellectuel et psychomoteur de l’enfant.

Les relations maman/enfant sont elles toujours faciles ?

Elles sont fonction de plusieurs paramètres et peuvent être plus ou moins faciles ou difficiles. Tout dépend de la personnalité de ces deux personnes, de l’environnement, des conditions socio-économiques, de la place du père dans cette dualité, de la fratrie…

Même au-delà de ces paramètres complexes et variables parfois dans le temps, les rapports mère-enfant ne sont pas toujours faciles et rien que les conflits autour de l’alimentation d’un enfant de deux ou trois ans ou l’habillage quotidien d’un enfant plus âgé en disent long. Ceci, sans parler des problèmes autour de la scolarité entre un enfant qui veut sortir ou jouer ou tout simplement se reposer après une dure journée et une mère souvent exigeante et parfois étouffante quant aux performances scolaires.

L’amour qu’une maman peut porter à ses enfants peut-il être dangereux ?

Ce n’est pas l’amour qui peut être dangereux mais l’excès. Dans ce cas-là, oui. L’amour qu’une mère peut porter à son enfant peut, bien sûr, être dangereux. Aux USA, on parle d’un nouveau concept de « mères toxiques » qui sont contrôlantes et manipulatrices, qui ont besoin qu’on ait besoin d’elles, même si elles ont toutes les bonnes intentions affectives et maternelles du monde. Les dégâts de telles mères peuvent être considérable et peut-être même du ressort de la psychiatrie.

La maman parfaite existe-t-elle ?

La mère parfaite, excepté les premiers mois de la vie, ne doit pas exister. Elle a à être « suffisamment bonne et normalement dévouée » pour laisser la marge de manœuvre nécessaire et suffisante à son enfant pour mûrir et grandir et espérer un jour voler de ses propres ailes.