Allo maman Ado

Un jeune qui jeûne, c’est pas si facile !

Publié le
Un jeune qui jeûne, c’est pas si facile !

Au revoir petit déj, clope du matin, repas de midi et grignotage. Au revoir le sourire du chauffeur de bus et la bonne humeur de l’épicier. Et cette année on va dire également au revoir aux baignades et au soleil. Des gens qui piquent un sprint et se bousculent pour faire des courses «spéciales». Une activité inhabituelle, le moins que l’on puisse dire, est palpable partout dans le pays. Oui ! C’est bien Ramadan. « Sayem wela fater ? », c’est la fameuse question qui marquera le mois Saint et se remarquera sur les visages et les langues des jeunes et des moins jeunes. C’est derrière les portes que ca se passe. Filer une clope ou passer au micro onde une brika tombée de la table la veille, c’est une histoire de conviction.

par Wahid Chehed

Nous sommes encore en pleine hausse du mercure. Le mois d’août vient à peine de s’installer. Sauf qu’il ne débarque pas les mains vides, il a mis Ramadan dans ses bagages. Pour les parents, c’est réglé. Ils vont suivre « scrupuleusement » 😉 les rites de notre religion. Mais nous, les plus jeunes… Pas facile de passer une journée entière le ventre vide quand on est en pleine croissance. Et en réalité, le jeûne est interprété différemment par les uns et les autres. A 45°, en pleines vacances, jeûner, c’est pas si facile.

Côté cour

Jeûner ? Pour certains, c’est tout ce que signifie le mois de Ramadan, au point de carrément… s’en passer. Parmi eux, ceux qui n’ont pas pris l’habitude de jeûner ou encore ceux qui trouvent cette abstinence pénible. D’aucuns témoignent de leur incapacité, aussi bien physique que psychique, sans parler de ceux qui ont tout simplement renié leur foi. Chacun y va de son alibi. Les uns parce qu’ils ont vécu à l’européenne, dans un monde familial à des années lumières des pratiques religieuses musulmanes et de nos coutumes et traditions. Les autres n’arrivent tout simplement pas à tenir le coup !

Vivant en marge de l’ambiance rama-danesque, ils optent alors pour les cafés aux vitres couvertes de papier journal ou prennent refuge dans les maisons et plus exactement dans les coins les moins visités par les autres membres de la famille tels que Bit el Mouna ou Bit Essaboune, en vue de s’isoler avec un morceau de tajine ou une brika, loin des regards réprobateurs. Plus décontractés, d’autres s’affichent. Un dîner entre ami ou un pique-nique en pleine nature, pour ceux-là aucun obstacle ne se dresse entre eux et tous ces délices que Dieu nous a offert et conseillé de savourer, même si Dieu a dit que pendant Ramadan, il y a… des horaires pour s’empiffrer !

Côté jardin

A contrario, d’autres jeunes se lancent à fond dans les pratiques Ramadanesques. Respect des rituels, du s’hour jusqu’aux trawih. En effet, ni soif, ni fatigue, rien ne les empêchent de se rapprocher de Dieu pendant ce mois Saint et de leurs parents. L’accession à l’âge adulte passe aussi par là. C’est l’occasion ou jamais.

En Tunisie, le nombre de jeunes jeûneurs connaît une hausse fulgurante. Malgré les tentations du modernisme et leurs instincts charnels, nos jeunes arrivent à préserver leurs croyances et leurs pratiques religieuses. Et même en cas d’empêchement (menstruations, par exemple) ou de maladie, par respect aux gens qui pratiquent Ramadan, ils s’éclipsent même pour avaler un comprimer ou s’injecter une solution. Pour eux, c’est sans hésitation qu’ils optent pour la formule soumou tassehou.

TEMOIGNAGES

Myriam, 24 ans Je ne le fais pas, mais je l’adore

J’ai pris l’habitude de ne pas le faire. Au début, parce que j’avais un problème d’anémie assez sévère et j’avais souvent d’autres problèmes de santé. Aujoursd’hui, je vais mieux, mais je ne me sens pas prête à jeûner. Ma journée de Ramadan se passe normalement, je respecte ceux qui jeûnent et j’évite de manger dans la rue ou devant les autres ! Par contre, à la maison, je mange dès que j’ai faim mais je me mets à table lors de la rupture du jeûne. D’ailleurs, je trouve cela très bien et une façon agréable de réunir la famille autour d’un bon repas, surtout avec ce rythme de vie speed qui fait que chacun mange quand il trouve le temps ! C’est pour cette raison que j’apprécie le mois de Ramadan.

Asma, 24 ans Farniente et bain de minuit

Si je fais mon Ramadan ? Oui ! Pourquoi? Primo, c’est une question de foi religieuse, secundo, il est prouvé scientifiquement que le jeûne est bon pour la santé. Et comment je passe ma journée? De 9h. à 14h. au bureau, j’arrive chez moi vers 15h., je fais une petite sieste puis je me réveille 30 minutes avant l’adhen pour aider la mamma. Après la rupture du jeûne, je regarde les feuilletons tunisiens. Ensuite, jusqu’à minuit ou 1h du matin, c’est la veillée avec les amis au bord de la mer et on termine notre soirée avec une baignade à quelques encablures du moment du s’hour. Pour finir, je rentre prendre une douche avant le dodo. Voila ma journée de Ramadan !

Khalil, 23 ans Le S’hour, c’est la seule chose bien à Ramadan

Ramadan est un mois comme les autres .Rien ne change pour moi. Je prends mon petit-déjeuner le matin, dont je ne peux d’ailleurs me passer. Mes journées restent pareilles. Après la grasse matinée je passe pour papoter avec des copains dans un café de la banlieue qui ouvre ses portes. Une fois le soleil de midi arrivé, je vais me rafraîchir à la piscine. En fait, j’ai vécu à Rome pour un bon moment, donc je ne suis pas trop coutumes et traditions tunisiennes. Je ne fais rien du tout comme les autres, je ne regarde pas les feuilletons tunisiens ni quelconque série en arabe. Mais une fois que le s’hour s’annonce je suis le premier à sauter du lit. Un vrai régal !

Farah 24 ans L’occasion d’éviter tous les péchés

Oui je fais le jeûne pendant le mois de ramadan, comme chaque année. Je le fais non pas par habitude seulement, mais aussi par conviction puisque je suis croyante. J’essais donc d être pratiquante au maximum possible.

C’est aussi un mois pendant lequel je me sens bien et où j’essais d éviter au mieux tous les « hram ».

Une journée au mois de ramadan pour moi c est : je me lève tard, après soit j’aide ma mère à la cuisine, soit je regarde la télé ou bien je me connecte à internet. Vers 16h00, je vais à la plage avec ma famille ou mes amis et on rentre une heure avant la rupture du jeûne.

Je me douche puis j’aide ma mère à mettre la table. Ensuite, je regarde un peu la télé ou bien je sors voir mes amis. Bien évidemment, quand il n’y a pas des invités qui viennent frapper a notre porte.

Mais cette année tout a changé puisque je travaille, donc ce sera : réveil tôt le matin, boulot, dodo, rupture du jeûne et sorties entre amis.

GOSSIP F.

Enfin les vacances ! Après une année 100 pour 100 stress – n’oublions pas un mémorable redoublement – (voir last épisode ), finalement le temps du repos est arrivé … Seul bémol : le Ramadan qui pointe son nez en plein été, pile poil entre les sorties jusqu’au petit matin et les baignades jusqu’au bout de la nuit … Jeûner ou ne pas jeûner ? Telle est la question ! Bon, avouons-le : jeûner cette année ne va pas être une partie de plaisir!… Avant, ça ne me posait pas vraiment de problèmes : il faisait moins chaud, les journées étaient plus courtes, ça diminuait mes heures de cours et me donnait droit à un repas délicieux le soir. Avec, comme cerise sur le gâteau, des sorties tardives avec les copains, sans oublier les mousalsil que j’adorais mater avec les cousines… C’est aussi la seule période de l’année où les parents t’achètent des fringues sans rouspéter et où tu remplis ta tirelire… Vive la mahba et les vieilles traditions ! Par contre, cette année, je ne vois plus Ramadan du même oeil… Autour de moi, y a Laila qui a personnalisé son Ramadan : elle se prive de tout sauf de clopes. Y a aussi Sonia qui le pratique par conviction religueuse et Rym qui s’y oppose par conviction anti-religieuse. Ou encore Meriem qui le fait juste pour faire attention à sa ligne… La naïve, elle croit que Ramadan fait maigrir ! Du coup, chuis paumée… En pleine période de questionnements tous azimuts, je me demande pourquoi je le ferais et pourquoi je ne le ferais pas… Pour m’aider à faire mon choix, je demande à mon père le médecin ce qu’il en pense… Pour lui c’est bien clair : pas question de me filer les arguments médicaux pour déjeûner la conscience tranquille et en paix avec moi-même… Bon, je sais que bien des fois Ramadan m’a été bénéfique : moi, la grande gourmande, il m’a appris à maîtriser mes instincts animaux, ou à dire « NON » à une barre de chocolat bien attrayante. Moi la narcissique, il m’a appris à faire preuve d’empathie et de compassion envers ces gens qui n’ont pas de quoi satisfaire leur faim. Moi la paresseuse, il a fait en sorte que j’aide mes parents à dresser la table, à cuisiner… qu’il me sera dur cette année de me passer de baignades en plein 9ayla*, ou de refuser une bouteille de Coca sous un soleil tapant… Mais, c’est presque décidé, je testerai une fois encore mes limites et je les dépasserai. Etre cent pour cent convaincue, tel est mon objectif… La réponse se trouve sûrement dans ma petite tête d’ado, il faut juste que je la cherche… Mais y a un hic : c’est l’été et mon cerveau est en veille… Du coup, je me laisse vivre et je profite de l’été. Alors en attendant Ramadan, chuis en mode jeune, insouciante … et vaguement indécise…

* heure de la sieste