Allo maman Ado

Qu’est ce que tu fais pour les vacances ?

Publié le
Qu’est ce que tu fais pour les vacances ?

L’heure des vacances est arrivée et, dans son cortège, une question persistante : qu’est- ce-qu’on va faire ? Bosser, glander, bénévoler, s’éclater… le choix est pléthorique et nos jeunes ont du mal parfois à savoir où donner de la tête. A croire que faire une pause est un signe de fainéantise ! Trois jeunes gens nous ont parlé de leur programme. Et vous, vous faites quoi pour les vacances ?

par Armelle Lelimouzin

Alors que pour certains, l’été rime avec paresse, farniente et calme, d’autres n’envisagent pas de vacances sans un programme chargé ou, pire, en profitent pour travailler et cumuler quelques centaines de dinars…

Prendre le temps de s’arrêter

Qui n’a jamais attendu les vacances d’un pied ferme et déterminé en se disant je vais enfin pouvoir me reposer ? Et lorsque celles-ci sont enfin là, se retrouve comme un lion en cage, abandonné par ses amis et donc confronté à la solitude et surtout à la peur de l’ennui. Eh oui, car dans vacances il y a vide, vacuité… et c’est bien cela qui nous tourmente même si les vacances sont sources de fantasmes innocents : lire un livre, rendre visite à un proche, se mettre à une activité sportive… Innocemment, voilà que cette fameuse parenthèse, censée être une pause salvatrice, se retrouve à être encombrée de désirs, de projets… dans notre tête avec pour seule cause la peur de ne rien faire. Alors quelles différences avec la vie de tous les jours me direz-vous ? Eh bien, la seule différence est de ne pas faire les choses de la même manière, ce qui a tendance à donner des ailes à cette fameuse routine qui nous plombe le quotidien. Mais surtout, chacun ne poursuit pas les mêmes objectifs : qui de s’éclater, qui de se reposer, qui de faire autre chose ou bien de se rendre utile.

Et c’est tant mieux, car les vacances sont indispensables pour se ressourcer et acquérir des forces pour affronter les semaines de cours ou de travail à venir. En effet, après des semaines passées à se réveiller aux aurores, à courir à droite ou à gauche… le corps et l’esprit réclament un break. Les vacances sont donc le moment idéal pour prendre l’air, souffler, histoire de se poser.

Mais les vacances, c’est aussi le temps de la redécouverte ou des retrouvailles : se redécouvrir entre parents et enfants en partageant des moments que l’on a peu l’occasion de faire, retrouver la famille au grand complet … Attention toutefois, s’il est naturel de passer ses vacances avec les autres (amis, famille…) il est indispensable de ne pas s’oublier en chemin. Pendant l’été, il est facile de changer de rythme mais inutile de se brancher sur celui des autres ! Cela est particulièrement vrai pour les grands-mères ou les mères qui se retrouvent, durant les vacances, à la tête d’une maisonnée totalement désordonnée, dans tous les sens du terme !

C’est aussi l’occasion de bousculer son quotidien, faire de nouvelles rencontres, s’initier à de nouvelles activités : activités sportives, théâtre, cirque, chant, poterie, dessin, découverte … Les idées ne manquent pas. De plus, celles –ci sont surtout l’occasion de se découvrir des talents ou une attirance pour une pratique jusque là insoupçonnée et qui contribuera à l’épanouissement personnel. L’idée est surtout de ne pas succomber à la tentation de la zapette sur le canapé, grand déclencheur des bâillements et autres vagues à l’âme.

Des désirs contradictoires…

Mais les vacances sont aussi une période où, bizarrement, nous entretenons des désirs contradictoires, comme celui de retrouver un peu de solitude, de silence et d’isolement tout en voulant se rapprocher des autres. Autant dire : mission impossible ! Les vacances se doivent donc d’être aussi un compromis. L’idéal étant de le vivre du mieux possible en laissant venir nos fantasmes et en les triant par priorité. Et, si nous ne nous sommes pas trop trompés, les vacances devraient être une réussite totale !

3 questions à… Wahid Koubaa, psychologue

Pourquoi les vacances sont forcément mieux que l’école ?

Après une année chargée de labeur et de travail, pleine de pression scolaire et parfois de conflits avec les parents autour de la scolarité, les vacances constituent une délivrance, un espace de temps pendant lequel on peut faire ce que l’on veut dans les limites de la réalité sociale , des mœurs, de ce qui est toléré et admis au niveau social et familial. Les vacances sont parfois planifiées, rêvées, fantasmées et attendues avec impatience.

Quelle est la fonction des vacances dans la maturation psychologique de l’enfant ?

L’adolescence est une notion assez récente, datant de la fin du 19ème siècle et apparue avec la scolarité obligatoire ; cette dernière prend beaucoup de temps à l’adolescent et entrave la maturation sociale et psychologique et on se trouve contraint d’étaler cette maturation sur plusieurs années. Les vacances sont une occasion de réactiver cette maturation à travers une meilleure communication avec les parents, de rétablir, avec eux, des rapports moins entachés du sceau de la scolarité. C’est le moment des rencontres de l’adolescent avec ses pairs, des voyages en général maturants, des colonies de vacances. Ce sont aussi les occasions de fêtes, de mariages, de plaisirs, de baignades, de jeux vidéos et de films, de sport, de réalisation d’une passion (lecture, dessin, apprentissage d’une langue vivante, art, sorties, informatique, jeux, etc.). Elles peuvent même constituer parfois l’opportunité de faire un travail saisonnier pour aider les parents ou se faire un peu d’argent de poche, voire être en contact avec le monde du travail et la société ; ce qui peut renforcer leur motivation scolaire.

C’est également le moment de se retrouver seul avec soi-même, réfléchir, se réconcilier avec un corps en mutation, faire le deuil des « objets infantiles », faire face et dompter ses pulsions sexuelles, se divertir. Ces instants permettent de faire le bilan de sa scolarité, de la stratégie à venir et des corrections nécessaires, bref, de penser à son avenir.

Faut-il toujours être occupé ou au contraire faut-il apprendre à ne rien faire ?

Les parents ont à charge de contribuer à planifier les vacances avec leurs jeunes et les inciter à faire de la lecture. La lecture permet de maîtriser la langue qui est, elle-même, un instrument incontournable pour une scolarité réussie. Ils doivent offrir des occasions de rencontres entre les copains et ne pas les laisser moisir devant la télé ou s’éterniser devant les consoles de jeux.

En définitive, à part de rares cas ou le jeune doit faire du rattrapage scolaire pour une durée pas trop longue, la période des vacances constitue une étape complémentaire et indispensable pour parachever la construction de l’homme de demain.