Allo maman Ado

La violence contre les enfants parlons-en !

Publié le
La violence contre les enfants parlons-en !

L’enfance est la période la plus importante et la plus constructive dans la vie d’une personne. C’est pendant ces années-là que l’on se sent le plus fragile et qu’on a le plus besoin d’être protégé par les personnes qui nous entourent. Seulement, quelques enfants subissent aujourd’hui la violence sous toutes ses formes, dans différents milieux : à la maison, à l’école ou dans la rue.

Tout d’abord, qu’entendons-nous par « violence » ?

La première chose qui vient en tête de la plupart d’entre nous quand on dit violence, est l’agression physique ou sexuelle. Seulement, la violence est beaucoup plus générale  et va parfois d’un simple regard hostile, un mot humiliant pour arriver jusqu’aux agressions.

C’est en effet, tout ce qui peut heurter l’enfant aussi bien psychologiquement, que physiquement. Les regards menaçants, les mots blessants, la négligence, l’agression physique ou verbale. Quel que soit le type de la violence  ou le milieu où l’enfant la subit, il ne faut jamais se taire.

Violence au sein du foyer familial

La famille est un cadre qui est censé protéger l’enfant et assurer sa sécurité physique et affective. Mais parfois, les parents ou les membres de la famille recourent à la violence, sous ses différentes formes sans être conscients de ses conséquences sur l’enfant.

Cette violence contre les enfants au sein de la famille prend fréquemment la forme de châtiments physiques  ou d’humiliations. La violence physique s’accompagne souvent de violences psychologiques (insultes, injures, isolement, rejet, menaces, indifférence émotionnelle et mépris), et la négligence du petit.

Ces châtiments sont souvent infligés aux enfants par les parents, les frères ou sœurs aînés ou parfois par la nourrice, soi-disant dans le but de discipliner l’enfant.

Les conséquences : Quand l’enfant est maltraité chez lui, au sein de sa famille  et parmi ses propres parents, le risque qu’il développe des déséquilibres psychiques augmente. Ou bien il devient violent et agressif à son tour, ou bien il se sent négligé et abandonné et se détache petit à petit de sa famille.

Violence à l’école et dans la rue

A l’école comme dans la rue, l’enfant est exposé à toutes sortes de violences. Allant de l’instituteur qui punit en frappant  ou en traitant l’élève de tous les mots et de toutes les injures, sans oublier que parfois, les élèves des grandes classes s’en prennent aussi aux petits nouveaux, soit en les agressant, ou en les humiliant.

Les violences physiques et psychologiques sont des formes de violence susceptibles d’être préjudiciables au développement et au bien-être psychiques de l’enfant.

Les conséquences : Quand il s’agit des instituteurs qui usent de la violence pour punir ou discipliner, ceci pourrait avoir l’effet inverse et causer des troubles de l’apprentissage chez l’enfant. Le traumatisme de l’humiliation peut causer le développement de complexes, de peur et de répulsion vis-à-vis de l’instituteur, de la matière et parfois de l’école et des cours en général  (dégradation des notes, absences, déconcentration …).

Par contre, quand il s’agit de violence dans la rue avec d’autres enfants, ceci est susceptible de rendre l’enfant à son tour violent et agressif.