Mon Assiette

Adoptez l’oméga attitude

Publié le
Adoptez l’oméga attitude

Gras, pas gras, ces nutritionnistes nous rendent dingues. Un jour on l’aime, un jour on l’aime pas. On nous a tous dit au début que le cholestérol est mauvais. Après on s’est ravisé pour dire qu’il y a le bon et le mauvais. Maintenant c’est au tour des acides gras. Il y a les bons flics et les méchants flics. Et les gentils dans ce cas, ce sont les omégas 3. Vous en entendez parler ça c’est sur mais vous êtes perdus et vous ne savez pas à quoi ça sert ni où en trouvez ? Lisez ceci, vous comprendrez.

par Hajer Missaoui

Les oméga 3 et 6 : des frères ennemis

Les oméga sont une famille d’acides gras polyinsaturés qui ne peuvent être fabriqués par l’organisme qui devra les trouver dans l’alimentation. C’est pour cela qu’on dit qu’ils sont essentiels. Ils doivent représenter 25% de l’apport alimentaire total en acides gras. C’est dans ce groupe qu’on trouve les oméga 3 et les 6. Ceux-ci doivent être fournis en quantités bien définies car ils « fonctionnent » ensemble selon un rapport d’équilibre. Le rapport Oméga 6 / Oméga 3 optimal devrait être inférieur ou égal à 5. Les apports conseillés en oméga 3 sont de 2 g par jour, et ceux en oméga 6, de 10 g par jour.

Malheureusement, on est loin du compte. Nous n’ingérons en moyenne que 0 ,5 grammes d’oméga 3 alors que les quantités d’oméga 6 dépassent les valeurs recommandées, si bien qu’actuellement, on estime que le rapport Omega 6 / Omega 3 est de 19 au lieu d’être de 5.

Ceci est certes dû à l’inconscience du consommateur quant à ses besoins nutritionnels mais c’est aussi parce que les oméga 6 sont naturellement présents dans bon nombre d’aliments alors que les oméga 3 se font plus précieux. Il s’avère donc nécessaire de partir à leur quête et d’en pourvoir l’organisme de façon plus prononcée.

Pourquoi des oméga 3

Les bienfaits des oméga 3 ont été longuement vantés. En effet, ils ont un effet anticoagulant sur la circulation sanguine et contribuent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire. Une carence en oméga 3 peut causer de nombreux troubles, notamment la dyslexie, la dépression, la prise de poids, les maladies cardiovasculaires, les allergies, les arthrites, le stress, les troubles de la mémoire, les problèmes de la peau, le diabète, etc.

Ils sont également réputés pour améliorer la résistance immunitaire. Les oméga 3 sont d’autre part indispensables pour un bon développement foetal et aux enfants dès leur plus jeune âge. Ils contribuent à leur développement psychomoteur et à celui de leur système nerveux et de la vision.

C’est pour cela que dès la naissance, et jusqu’à l’âge trois ans environ, les lipides doivent représenter près de 50 % de l’alimentation de votre bébé. Il devra les trouver dans un premier temps dans le lait maternel ou le lait infantile puis dans son alimentation. La femme enceinte et la maman qui allaite devront donc faire plus attention que les autres à ce qu’elles mettent dans leurs assiettes.

Il y a Oméga 3 et oméga 3

Vous remarquerez qu’on ne dit jamais un oméga 3 mais des oméga 3. C’est normal parce qu’il y en a trois : l’acide alpha-linolénique, l’acide éicosapentaénoïque, et l’acide docosahexaénoïque. Bien qu’aillant des propriétés communes, ils diffèrent par leur structure, leur moyen de synthèse et par les aliments qui les procurent.

Alors où peut on les trouver ?

L’acide alpha-linolénique est retrouver principalement dans les huiles végétales telles que l’huile de colza, de noix, de soja et la graine de lin…c’est ce qui fait entre autre qu’on les retrouve dans les margarines. L’acide éicosapentaénoïque et l’acide docosahexaénoïque sont quant à eux trouvés dans les poissons gras comme la sardine et le maquereau ou certains poissons d’élevage et dans leurs huiles. Pour avoir un apport équilibré de par la qualité et obtenir les trois types d’oméga 3, il faudra donc varier les sources.

Diversifier les sources d’oméga 3

Devant l’importance des bienfaits des oméga 3, on a pris conscience qu’on ne pouvait pas se contenter d’aller à la chasse aux produits naturellement riches en oméga 3, d’autant plus qu’elle s’avère ardue, mais qu’il fallait trouver un moyen de les faire arriver plus facilement dans nos assiettes via des aliments qu’on consomme fréquemment et qui sont accessibles.

Et c’est à partir de ce principe qu’ont commencé à apparaitre sur les marchés des produits de grande consommation enrichis en oméga 3 comme la margarine, le poulet, le salami ou encore les oeufs. Ils sont obtenus en substituant une partie de l’alimentation classique des animaux producteurs par du lin extrudé, c’est-à-dire qui a subit un traitement à l’autoclave. Cette intervention permet d’éliminer les cyanogènes, substances toxiques, du produit cru. De plus la graine de lin renferme suffisamment de vitamine E pour protéger les oméga 3 de l’oxydation.

Il s’agit d’une technique d’enrichissement et non d’une transformation, ce qui signifie que les oméga 3 ne se substituent à aucun des composants naturels du produit d’origine, mais il les supplémente, permettant d’obtenir ainsi plus de bienfaits.

Plus besoin de courir derrière les oméga 3, maintenant ce sont eux qui viennent à vous.