Mon Assiette

Ces aliments qui nous gonflent

Publié le
Ces aliments qui nous gonflent

Avoir des pesanteurs, voir son ventre comme un ballon qui donne souvent mauvaise conscience. Cette
gêne parfois insidieuse qui vous prend, sans forcer, mais qui suffit à marquer une présence des plus désagréables. De la gêne à se remettre d’aplomb. On a beau se démener, chercher des alternatives, multiplier le recours aux palliatifs, rien n’y fait, elle est toujours là. La cause? Elle est incontestablement dans le type même des aliments que nous mangeons. Par mégarde, méconnaissance ou négligence, nous nous laissons entrainer vers des écarts qui s’avèrent lourds de conséquences. Les dégâts sont multiples, allant des flatulences quotidiennes
jusqu’aux multiples manifestations de colopathies, en passant par les désagréments les plus variés.

Avec un ventre en mal d’automatisme, gonflé à bloc par ses trop-pleins d’air et ses résidus digestifs, un ventre éprouvé, comme on dit, inhibé entre autres par une angoisse persistante, le quotidien devient lourd à porter

Causes et remèdes

Nombreux sont ceux qui souffrent de pesanteurs abdominales et de troubles digestifs, voire parfois de constipation.

Parce que supportable dans la plupart des cas, cette souffrance, la ré-minceur, est souvent reléguée au chapitre des troubles quotidiens, occasionnés par le genre de vie que nous menons et la nature des aliments que nous ingérons. Ce dont on ne fait pas cas, ou presque. Il n’empêche que ce faisant, on s’installe peu à peu dans l’inconfort et on se découvre à devoir gérer une gêne rebelle. Pourtant, la situation peut-être résolue avec de la volonté, une hygiène de vie appropriée et un régime alimentaire sans excès. Il suffit de vouloir et de pouvoir.

Comprendre le mécanisme

Pour éviter les écueils de la pesanteur abdominale, il faut comprendre le mécanisme de la digestion, et comment celle-ci gère notre vie. Pour cela, revenons à nos cellules, dont les revendications tout à fait légitimes parlent d’une nourriture équilibrée, favorisant les besoins énergétiques du corps, d’une oxygénation cellulaire, indispensable à l’oxydation, et enfin, d’une évacuation des déchets. C’est le sang qui satisfait à ces trois besoins. C’est lui, entre autres, qui en faisant sa tournée, arrive en fin de parcours aux intestins, où il échange sa cargaison souillée contre une nourriture fraîchement digérée. Ce faisant, il doit impérativement passer par le foie -la douane en quelque sorte- où chaque élément transporté est purifié grâce à la bile. Celle-ci provoque des mouvements péristaltiques -ou contractions- qui mènent les déchets jusqu’à leur expulsion hors du tube digestif. Ainsi, il apparaît clairement que c’est grâce à la force de la bile que le transit se porte si bien. Si la bile est affaiblie, le mécanisme est inhibé. Le transit se ralentit, d’où pesanteur et flatulences. Si la fonction de la bile s’arrête, cela entraîne la constipation. En somme, c’est le ralentissement du péristaltisme intestinal qui conduit les «poisons» générés par les excès alimentaires à rester trop longtemps dans l’organisme. Ces «poisons » dégradent notre santé par leur autointoxication.

Les excès mis à l’index

On peut aider le corps à faire son travail sans trop d’épuisement. On l’a compris, le bon fonctionnement du tube digestif dépend de la qualité et de la quantité de bile sécrétée par le foie, laquelle réagit conséquemment aux aliments ingérés. Il est donc impératif de ne pas l’épuiser. Une alimentation vagabonde, portée à l’excès, trop riche, et surtout, dépourvue de cellulose, ralentit et finit inéluctablement par arrêter le péristaltisme intestinal. De même, la sédentarité est mauvaise conseillère, sans oublier, bien entendu, l’effet inhibiteur du stress. Une question de dosage des aliments s’impose. A ce titre, on peut mettre à l’index cinq types de nutriments qui, à l’excès, contribuent manifestement à la pesanteur abdominale et aux flatulences.

Les quatre familles de nutriments conseillés

  1. Les aliments riches en magnésium. Ce minéral est conseillé pour assurer l’équilibre nerveux et musculaire. Il est indiqué dans un régime antistress. On peut le trouver en quantité dans le chocolat noir, certains fruits (noix, amandes…), les céréales complètes, les légumes secs.
  2. Les aliments riches en vitamines du groupe B. Essentiels à notre équilibre nerveux, on les trouve dans les céréales complètes.
  3. Les Oméga 3. Ce sont des acides gras efficaces contre la déprime et le stress. On les trouve dans certains types de poissons (sardines, thon…)
  4. Les protéines. A prendre à des doses appropriées à chaque repas du midi ou du soir. Se servir soit une portion de poisson, de viande maigre, soit deux oeufs.

Attention danger

Tout en étant nécessaires, les aliments suivants sont nuisibles à l’organisme, surtout quand leur ingestion vire à l’excès. C’est en quelque sorte à cause d’eux que le ventre gonfle.

  • Le pain. A ne consommer qu’avec parcimonie pour les personnes de plus de 40 ans. Généralement, il est conseillé de ne pas dépasser une moyenne de 200g/jour.
  • Les légumes verts. Leur prise excessive génère des inconforts divers, dont les gaz…
  • Le lait. La digestion du lait est difficile, car il contient un élément inhibiteur:
    • le lactose.. Avec l’âge, il se peut qu’on n’arrive plus à le digérer. Il peut être efficacement remplacé par le yaourt et/ou le fromage blanc.
  • Les fritures. Leurs effets néfastes ne sont plus à prouver, surtout qu’elles sont devenues, de nos jours, omniprésentes dans tous les repas.
  • Les boissons gazeuses. Une réelle agression pour le corps, quand elles sont bues à l’excès, ce qui est hélas bien souvent le cas. Un équilibre alimentaire doublé d’une bonne hygiène de vie est nécessaire. La santé ne peut que s’en porter mieux.