Mon Assiette

Un corps sain pour le mois Saint

Publié le
Un corps sain pour le mois Saint

Cet été, comme ceux que le suivront d’ailleurs, coïncidera avec l’arrivée du mois saint. Bien qu’il soit un mois de piété et d’abstinence, ce mois sacré est marqué par des excès alimentaires en tout genre doublés d’un rythme alimentaire chamboulé pour les besoins du jeûne. En effet, à la privation de nourriture diurne succède, de la rupture du jeûne jusqu’à l’aube, une frénésie alimentaire dont les conséquences se font sentir très rapidement. Nous vous proposons de revenir sur les maux du jeûneur pour mieux vous prémunir de tous les désagréments digestifs pour ce ramadan 2012.

par Amel Mnakbi

Solstice oblige, l’été est l’unique saison où l’on bénéficie de journées très longues avec un soleil qui se couche  autour de 20 h. Du coup les heures de jeûnes dépassent  souvent les 15 h par jour. Pendant ses heures de privation, le système digestif continue  néanmoins à produire des sucs gastriques. Chez les sujets sains, cela peut être inoffensif pour leur santé. Par contre, chez les sujets atteints de pathologies gastriques cela peut se révéler très dangereux. En effet, pour les personnes souffrant d’ulcère gastroduodénal évolutif ou en cours de cicatrisation comme pour les personnes souffrant  d’une gastrite, ce jeûne assez long peut provoquer des complications. Pour ces sujets, il est impératif de consulter leur médecin traitant avant d’envisager de jeûner.

Repas tardif et digestion difficile. 

Après une longue journée d’abstinence, le moment tant attendu arrive.  À la rupture du jeûne, les réjouissances alimentaires  commencent. Réjouissances, certes, mais pas si gaies que ça. Le ventre creux qui crie famine est tout d’abord inondé d’eau pour étancher la soif exacerbée par les températures caniculaires  sous nos cieux. L’estomac reçoit cette manne hydrique comme un trouble-fête dans ses sucs gastriques en diluant ces derniers. Une fois désaltéré, le jeûneur peut commencer sa ripaille. Et là, l’estomac est bombardé tous azimuts; la soupe, la salade, le plat de résistance, le deuxième plat de résistance sans oublier les indétrônables bricks bien huileuses et hop! Encore une lampée de liquide (dans le meilleur des cas c’est de l’eau ou, au pire, encore des boissons gazeuses). Au final, un branle bas de combat gastrique s’engage. L’estomac dont les sucs ont été dilués par «l’inondation» sus-citée peine à assimiler toute cette quantité de nourriture qui lui arrive en une seule fois. Le foie et la vésicule biliaire  ne sont pas en reste. Le coup de grâce  ne tarde pas à arriver avec le dessert, des fruits suivis par quelques douceurs dans la même veine que les bricks avec des fruits secs, de la matière grasse, et beaucoup de sucre le tout arrosé de café turc  ou thé à la menthe pour faire honneur aux traditions. Résultat des courses, le système gastrique, à bout de souffle, ne tardera pas à vous gratifier de présents fort charmants : sensation de lourdeur, ballonnements, flatulences et régurgitation acides qui se feront une joie de vous tenir compagnie toute la soirée. Et comme la gourmandise n’a pas de limites même pas celles de la satiété, vous finissez par succomber à la tentation du plat de gâteaux   hyper-sucrés qui vous lance des œillades depuis le début de la soirée. Au fil des jours, cette mauvaise digestion peut s’accompagner de paresse intestinale, voire de constipation chronique.

Conseils pour une bonne digestion

Des liquides pour réhydrater le corps

Avec la chaleur caniculaire qui sévit en été en Tunisie, le jeûneur a tout intérêt à faire la part belle aux liquides pour se réhydrater. Par liquides nous faisons référence à l’eau mais pas seulement, les jus de fruits frais à confectionner soi-même sont très intéressants du fait qu’ils contiennent, en plus de l’eau, des vitamines et des sels minéraux nécessaires à l’équilibre de l’organisme. Donc, il faut boire beaucoup de liquides mais pas n’importe comment. Il faut boire souvent au cours de la soirée et en petites quantités à chaque fois. Les boissons chaudes sont à proscrire, le thé et le café sont  à éviter, du fait qu’ils sont irritants pour l’estomac et en même temps excitants pour le système nerveux. De plus le thé vert bu  juste après le dîner a tendance à bloquer l’assimilation du fer par l’organisme. Les boissons gazeuses sont à proscrire du fait de leur teneur très importante en sucre rapide et la présence de gaz.

Des fruits, des légumes et des céréales pour combattre la constipation

Éléments fondamentaux de notre alimentation avec des apports en nutriments précieux pour notre organisme, les fruits et les légumes sont une excellente source de fibres alimentaires. Ces mêmes fibres sont très importantes pour une bonne motricité intestinale mais aussi pour une bonne digestion. Quant aux céréales, outre leur richesse en glucides, sucres lents qui maintiennent un bon taux de glycémie dans le sang freinant la faim, elles sont très riches en fibres. Ces fibres contenues dans  des céréales complètes surtout contribuent à améliorer durablement le transit. Misez donc sur les fruits, légumes et céréales, votre système gastrique vous en sera reconnaissant.

Des épices oui, mais avec parcimonie

La cuisine tunisienne est une cuisine méditerranéenne où les épices sont mises à l’honneur. Il est vrai qu’épices et autres condiments agrémentent délicieusement les préparations et donnent de la saveur aux plats. Cependant, trop d’épices et de condiments peuvent être mauvais pour votre tube digestif. Certains sont même très irritants pour l’estomac comme l’harissa, l’ail, le poivre noir… il faut donc savoir les utiliser avec beaucoup de parcimonie, sans que cela n’altère l’équilibre de votre flore intestinale. Un dernier conseil : ayez pitié de votre système biliaire, consommez  friture et œufs avec modération, trois œufs par semaine et  une à deux fritures.

Ménagez votre organisme pour que ce mois saint vous apporte ses bienfaits spirituels sans vous laisser de mauvais souvenirs.