Etre une Femme

Colère : 10 clés pour vaincre la colère

Publié le
Colère : 10 clés pour vaincre la colère

La colère est de plus en plus présente dans nos comportements au quotidien.  Comment y faire face ? Voici 10 conseils qui devraient vous aider à maîtriser votre colère au quotidien !

par Sondes Khribi Khalifa

1 Comprenez que vous êtes un iceberg….

Le MOI physique dont vous êtes conscient, c’est juste la partie visible de l’iceberg. La plus grande partie de celui-ci, celle sous l’eau, est invisible. Elle est invisible pour votre MOI conscient. Des passerelles existent, elles sont plus ou moins grandes chez les uns et les autres.

Mais il faut savoir que la plus grande partie de l’iceberg est infiniment plus intelligente que votre MOI physique. La clé de la communication entre ces deux parties de vous-même c’est le ressenti, l’émotion. Elle est brouillée en permanence par les stratégies mentales du MOI égotique. L’émotion est alors (momentanément) en vous, et pas vous.

2 Fuyez le nuage noir..

Vous entrez au bureau et vous sentez une mauvaise ambiance…Visualisez la colère comme un nuage de fumée de noire qui s’approche de vous. Pensez à la meilleure action à entreprendre dans ce cas : s’éloigner. Eloignez-vous de la source de cette énergie négative qui va vous contaminer sinon. Eloignez-vous de la personne en colère (ou juste de mauvaise humeur).

3 Ecoutez…Soyez présent

La première chose à faire en cas de montée émotionnelle négative c’est l’écoute et la présence. Ne pas fuir ses émotions. N’allez pas allumer une cigarette, vous ne faites que brouiller votre chimie cérébrale en ne laissant pas la voie libre à votre être intérieur. N’allez pas allumer la télé pour vous changer les idées. N’allez pas ouvrir le réfrigérateur pour manger n’importe quoi non plus.

Au lieu de vouloir contrôler la colère ou la dépasser, écoutez-la. Ecoutez-vous de l’intérieur « en train d’être en colère », soyez le témoin silencieux de ce qui se passe en vous. La colère n’est rien d’autre qu’une réaction à votre mental….

4 Imaginez un ciel et des nuages…

Les émotions sont en vous, elles ne sont pas vous. Vous en êtes témoin, et vous avez les commandes en main. Pour comprendre la nature des émotions imaginez un ciel bleu clair, imaginez ensuite des nuages.

Dites-vous bien que vous êtes le ciel, et que les nuages qui passent sont les émotions. Les émotions ne sont donc pas vous, mais elles sont temporairement en vous. Vous êtes le témoin (silencieux) de ces émotions, humeurs ou états d’âme…

5 Je suis une femme…

On peut se demander pourquoi les montées émotionnelles, la colère en tête  sont plus fréquentes chez les femmes. On peut alors penser que la femme est plus connectée à son être intérieur, une chance donc. Si vous êtes une femme soyez flattée d’être si souvent en colère ou sous tension, ce sont là des indications, le GPS vous indique que vous vous éloignez du chemin que votre être intérieur a prévu pour vous. Ecoutez-le. Taisez le mental en vous et écoutez-le. Vous vous sentirez tellement mieux.

6 Et si j’ai envie de pleurer ?

La montée émotionnelle est en effet souvent accompagnée de pleurs, qu’elle soit de nature positive : une grande joie, ou négative, un grand chagrin. Ne vous retenez surtout pas ! Pleurer permet de neutraliser la résistance du MOI égotique. En réalité vous souffrez parce que la partie physique de vous, le MOI égotique, refuse ce qui est. Il résiste, cela vous demande de dépenser beaucoup d’énergie, vous êtes vidé d’énergie vitale, vous souffrez. Pleurer rétablit l’équilibre. C’est ainsi que vous vous sentirez  légère après avoir

7 Et si j’ai envie de manger ?

La réponse la plus répandue en cas de montée émotionnelle, notamment chez les femmes, est en effet la nourriture. La nervosité est souvent accompagnée par une envie irrésistible de manger. Vous pouvez manger deux plats de pâtes d’un seul trait, des gâteaux, des sodas, etc. Avaler littéralement la nourriture comme pour remplir un trou… vous êtes en effet en train de boucher le « trou » ou l’espace destiné à accueillir votre énergie vitale qui s’exprime en envoyant telle ou telle émotion. 

Vous devez savoir que plus vous mangez, plus vous détournez votre énergie vitale dans la tâche de la décomposition des aliments et de la digestion. Prenez juste deux carrés de chocolat et une bonne infusion de verveine, de camomille ou de tilleul.

pleuré un bon coup.

8 Des techniques de gestion de crise ?

EFT, sophrologie, reiki, tai-ch, hypnose et une infinité de démarche permettent d’aider la personne à « gérer » sa colère et ses émotions en général. L’approche est la même : associer le corps et l’esprit,  précisément réintroduire de l’esprit, de l’énergie vitale, là où il n’y en a plus suffisamment. Vous pouvez aller voir des praticiens/thérapeutes, écouter des conférences sur le web ou acheter des CD….mais toutes ces techniques seront complètement inefficaces si vous n’y croyez pas. Elles seront inefficaces aussi si vous ne vous donnez pas les moyens de rétablir votre connexion. Autrement dit, le meilleur sophrologue au monde ne vous apportera rien si vous ne vous donnez pas les moyens d’entrer en contact avec la source, votre être intérieur.

9  Ne cherchez pas à comprendre la colère

La voie du mental n’est pas la bonne voie. Car « comprendre l’émotion » suppose de la traiter sur le plan mental, cerveau gauche donc. Krishnamurti ( ) explique que tout le mal vient justement du déplacement des problèmes sur le cerveau gauche. Le cerveau gauche étant le siège et l’état major de l’ego, on ne peut s’attendre qu’à une augmentation des problèmes en se référant à lui…. En cas de montée émotionnelle négative choisissez plutôt la voie du ressenti : simplement accueillir et accepter de ressentir l’émotion au fond  de vous, ne pas la fouir mais en prendre conscience. Cela suffit pour la débloquer. Votre force réside en votre conscience. En accordant votre attention aux choses, vous agissez sur elles.

10 Méditez tous les matins !

La méditation est la voie royale de connexion avec l’être intérieur. L’attention portée sur le ressenti, au cours de la méditation, permettra de faire tomber la pression d’un coup. C’est magique oui. En cas de colère ou d’anxiété faites un break. Fermez les yeux et portez votre attention sur le ressenti. Pensez avec la tête et dirigez l’attention vers l’intérieur du corps. L’être intérieur, l’enfant intérieur disent certains. La source en vous, un mot plus vaste. Dites avec le cœur : « je suis là, j’ai entendu le message, je t’écoute, je suis là ». Dans la plupart des cas la tension baisse instantanément. Quand un enfant pleure ou crie, il suffit que sa maman se tourne vers lui, arrête la tâche qu’elle est en train de faire et lui dise « je suis là, rien n’est grave, je suis là, je t’entends et je t’aime »…L’enfant se métamorphose. Essayez.