Etre une Femme

Aïe ! Ma peau tiraille !

Publié le
Aïe ! Ma peau tiraille !

Plusieurs d’entre nous pensent avoir une peau sensible ou réactive, parce qu’on a régulièrement des réactions ; tiraillement, rougeurs, irritation, mais leurs causes ne sont pas toujours celles que l’on croit.

par Myriam Bennour Azooz

Aujourd’hui, les cosmétiques entraînent des réactions cutanées chez 15 à 20 % de la population : irritation, eczéma, dermite allergique.

Allergie aux cosmétiques : qu’est-ce que c’est?

L’allergie cutanée survient toujours après une période de sensibilisation plus ou moins longue, c’est-à-dire à la suite de plusieurs contacts. La réaction se caractérise typiquement par des démangeaisons, lesquelles peuvent se manifester à distance de la zone de contact et être plus ou moins étendues.

Est-ce une allergie ou une réaction d’irritation ?

Les réactions cutanées peuvent être de deux sortes : allergiques ou d’irritation. Elles présentent des caractéristiques qui peuvent vous aider à les différencier. Tout d’abord, les causes ne sont pas les mêmes. Respectivement, l’une est due au contact avec une molécule devenue allergène, l’autre à l’emploi d’un produit inadapté à votre type de peau. Ensuite, le délai d’apparition d’une irritation est immédiat ou après quelques applications, tandis qu’il arrive que la dermite allergique se manifeste de façon retardée. En cas d’irritation, la réaction reste limitée à la zone de contact avec le produit, alors que la dermite allergique s’étend souvent au-delà. Enfin, l’irritation guérit rapidement à l’arrêt du produit. Ce qui n’est pas forcément le cas de l’allergie puisque celle-ci est lente à guérir et les récidives sont fréquentes.

« Sans parabène » ne veut pas dire sans danger

L’absence de parabène est devenue un argument de vente. Mais chaque produit qui vante une formule 0 % est tout de même obligé de trouver un substitut, comme avec le sucre dans les sodas. Ces substituts peuvent parfois s’avérer dangereux. C’est le cas de la méthylisothiazolinone. Il s’agit d’un puissant biocide et conservateur qui permet de lutter efficacement contre la prolifération des bactéries et des champignons. Bon marché, elle ne nécessite pas d’être présente en grande quantité pour être efficace, mais cela n’empêche pas la possibilité d’une réaction à son contact aussi infime soit-il. En effet, des plaques rouges et des démangeaisons peuvent apparaître jusqu’à 72 h après que la peau soit entrée en contact avec cette substance. On parle alors d’eczéma de contact. Mais parfois, de fines particules qui subsistent dans l’air après l’utilisation d’un produit suffisent à déclencher la réaction allergique. Ces réactions peuvent apparaître subitement, même si on utilise déjà le produit depuis longtemps.

Comment se prémunir d’une réaction?

Une seule solution existe en cas de sensibilité, il faut éviter l’exposition. Il est donc important d’identifier la substance responsable pour éviter que la peau n’entre en contact avec elle. Les tests cutanés permettent de révéler l’allergène en cause. Si vous avez un doute sur le fait d’être allergique, et ne voulez pas aller directement voir un allergologue, il y a un moyen simple d’en avoir le cœur net. Faites des tests : passez-vous d’une crème de jour pendant dix jours, puis d’un de vos cosmétiques  etc. Si au cours de l’une de vos périodes « sans » les problèmes disparaissent, vous saurez quel produit éliminer de votre routine. Ne vous limitez pas aux cosmétiques, maquillage ou crèmes, pensez aussi à votre lessive ou à votre shampooing.

Mention spéciale pour les gels douche

« Le gel douche est devenu la star de nos salles de bain. En quelques années, il a envoyé le savon aux oubliettes. Tous les jours, nous lui offrons notre corps en toute confiance, mais savons-nous vraiment ce qu’il y a dedans ? Il se dit détoxifiant, satinant, nourrissant, et pourtant, certains ingrédients peuvent être dangereux pour la santé. » C’est par ces quelques phrases choc  que commence un documentaire très intéressant diffusé sur la 5ème en 2013 intitulé « Gel douche : peaux sensibles attention s’abstenir ».  En effet, les univers et les parfums que l’on recherche et adore dans nos gels douche  préférés sont créés par les industriels par des procédés chimiques à partir de produits de synthèse. Il faut par exemple une cinquantaine d’ingrédients pour reconstituer un parfum de rose. Les industriels peuvent recréer des parfums à l’infini, et pour pas cher, plus le parfum est loin de la réalité, plus on y retrouvera des produits synthétiques, comme par exemple les parfums caramel, ou encore tarte à la fraise. Il contient généralement entre 10 et 40 ingrédients et tous ont une fonction bien spécifique : environ 80 % d’eau, 15 % des tensioactifs qui font la mousse, 4 % d’épaississants texturant comme le sel qui servent à épaissir le gel, dans les 1 % restant on retrouve du parfum des colorants et des conservateurs pour tuer les bactéries. Les proportions exactes on ne les connaîtra jamais, les industriels mettent parfois des mois, voire des années, à trouver la bonne formule. L’ingrédient responsable de la mousse est le sodium laureth sulfate, un ingrédient qui revient systématiquement dans la composition de presque tous les gels douche. Il s’agit d’un agent moussant bon marché que l’on retrouve dans les détergents industriels, les produits de ménage et dans le liquide vaisselle, efficace certes car très moussant, mais chimique et très irritant pour la peau.

Comment comprendre les étiquettes alors que tout est en latin ?

Le premier ingrédient est généralement l’eau, puis vient le sodium laureth sulfate. L’extrait naturel s’il y en a, arrive généralement après le sodium benzoate, conservateur relativement irritant. Ce qu’il faut savoir, c’est que dès qu’il y a un ingrédient star, souvent naturel ou une promesse dermatologique un peu scientifique, attention méfiance, on doit retourner le flacon pour vérifier les ingrédients. Si dans les six premiers ingrédients, il n’y a ni l’extrait naturel ni le principe actif à bienfait dermatologique cité, remettez le produit en rayon.

Parce que derrière la jolie nature sur l’étiquette, la plupart des gels douche ne sont que de simples détergents blindés de produits chimiques.

Les produits les plus à risque : 

Les parfums

Les eaux de toilettes

Les conservateurs

Les excipients

Les teintures capillaires

Les vernis à ongles

Les filtres solaires

Peau réactive, posez-vous les bonnes questions :

-Avez-vous un nouveau venu parmi les produits de soins ou de nettoyage que vous utilisez ?

-Si vos paupières sont gonflées, avez-vous mis du vernis à ongles ? (oui ! car bien des allergènes sont aéroportés)

-Avez-vous pris un bain de soleil dernièrement ? certaines composantes de nos cosmétiques sont photo-sensibilisantes.

-Si votre réactivité persiste, avez-vous pensé à vérifier les produits de votre compagnon ?

Quelques conseils

-Privilégiez les produits sans parfums ni conservateurs, premiers responsables des allergies cosmétiques. Et choisissez des formats conditionnés en petits tubes et commercialisés par des laboratoires travaillant avec des dermatologues.

-Ne sur-dosez pas les lessives ou les adoucissants, certaines substances irritantes peuvent s’y trouver à très faible doses. Si celles-ci sont tolérées par votre peau, c’est peut être grâce à leur petite quantité.

-A la main ou en machine, veillez à un bon rinçage du linge.

-Préférez pour vos produits de soin, les versions à rincer plutôt que ceux sans rinçage ou les lingettes, cela évitera à votre peau d’être longtemps en contact avec des produits chimiques.

-Et bien sûr : toujours bien lire les étiquettes !