Etre une Femme

Cancer : Comment rester belle ?

Publié le
Cancer : Comment rester belle ?

Prendre soin de soi, se faire chouchouter et se sentir belle pendant la période de chimiothérapie peut paraître difficile, mais reste possible et surtout très utile pour vous aider à affronter cette épreuve difficile. Il suffit de rien, juste quelques gestes quotidiens tout simples, pour prendre soin de son image, se sentir bien dans sa peau, et donc se remonter le moral.

par Saima Ksibi

Je chouchoute ma peau

Il est vrai que la chimiothérapie affaiblit le corps et assèche la peau en plus d’une chute progressive des cheveux mais ce que la plupart des femmes ignorent, c’est que pour surmonter cette épreuve difficile, et pour rester forte, il est essentiel de prendre soin de son image pour vaincre la déprime et se remonter le moral.

Une peau hydratée et nourrie :

Au cours de la chimiothérapie, la peau du visage devient très sèche, et le teint est terne. Il est donc fortement recommandé dans ce cas d’utiliser des crèmes pour peaux hypersensibles, hydratantes et nourrissantes. La texture doit être riche et facile à étaler pour ne pas irriter la peau au moment de son application.

Et les gommages ?

Les gommages sont autorisés mais ils doivent être faits avec beaucoup de douceur. Veillez à ce que votre peau soit humide avant le gommage, ça rendra l’exfoliation plus douce.
En gommant et faites de petits mouvements circulaires du bout des doigts, sans frotter.
Pendant le traitement chimique, prenez plutôt une douche rapide qu’un bain prolongé qui a tendance à rendre la peau plus sèche et n’oubliez pas d’utiliser des produits « sans savon ».

Et en cas d’éruption cutanée causée par le traitement ?

Certains traitements anticancéreux causent une éruption papulo-pustuleuse, comme l’acné.
Qu’il soit de la chimiothérapie ou de la radiothérapie, le traitement va provoquer une photosensibilité plus importante ; vous devez donc absolument prendre garde aux rayonnements ultraviolets, quelle que soit la saison. Protégez-vous, sans oublier le cou, en cas d’irradiation de la sphère laryngée.
Optez pour une crème solaire contenant une très haute protection, anti-UVA et anti-UVB. N’oubliez pas de porter un foulard en soie ou coton, une blouse ou un tee-shirt quand vous vous exposez au soleil.

Je suis belle, je me maquille

Rester belle malgré tous les effets du traitement est une chose à la portée de toutes. Il existe en plus le maquillage correcteur qui peut être à la fois naturel, et gommer tous les effets de fatigue.
Ce maquillage améliore la luminosité du teint, redessine les sourcils, redonne bonne mine, gomme les cernes et redonne un éclat de féminité à la femme.

Je redessine mes cils et mes sourcils :

Pour certaines femmes, la perte des sourcils est très traumatisante. S’ils sont clairsemés, un dessin au crayon suffit. La mine permet de tracer des hachures, pour imiter les poils. Le crayon aura la couleur des cheveux ou de la perruque, voire un ton plus clair.

Comment les redessiner ?

– Poudrez vos sourcils avant de les redessiner.
– Tracez-les finement avec un crayon à sourcils (de couleur neutre, blond foncé ou marron clair) puis repoudrez pour fixer et pour avoir un fini plus naturel.

Je donne de la densité à mes sourcils

Commencez par poser un crayon à la verticale, le long de la narine, tracez un point au niveau du coin interne du sourcil. Faites pivoter le crayon, et une fois qu’il s’aligne dans l’iris, tracez un point plus haut, faites glisser le crayon jusqu’au coin externe. Tracez un autre point, reliez les points pour avoir la forme du sourcil et estompez avec l’embout brosse du crayon.

J’optimise le volume de mes cils :

S’ils ne tombent pas complètement, vos cils ont besoin de certains soins spécifiques à utiliser à la place du mascara pour les fortifier

Je protège mes ongles

Les ongles des mains et des pieds sont souvent fragilisés à cause de la chimiothérapie et doivent être nourris avec une huile pour ongles et cuticules en évitant de les limer ou d’arracher les peaux ou les cuticules.

Je redonne de la vie à mon teint

N’ayez pas peur ! Il est tout à fait possible de se maquiller tous les jours à condition d’utiliser des produits « hypoallergéniques ».
N’oubliez pas que votre est peau est déshydratée, utilisez donc un fond de teint fluide.
Choisissez un fond de teint de teinte médium, virant vers le rose pour apporter de la fraîcheur à votre teint, et n’oubliez pas la touche de blush rose.
– Si vous souhaitez atténuer les cernes, appliquez un anticerne en couche fine et tapotez avec l’annulaire pour le fixer.
Pour mieux flouter les irrégularités d’une peau très sèche ou sujette à une éruption acnéiforme, mieux vaut appliquer le fond de teint à l’éponge, en tapotant, du centre vers les contours du visage.

Evitez aussi pendant cette période les produits et cosmétiques qui contiennent des substances irritantes ou allergisantes comme le parfum, l’alcool, les huiles essentielles

Notre conseil : Les compléments alimentaires, à base de zinc et de bêtacarotène aident la peau à retrouver ses défenses face aux radicaux libres.

Et si j’osais la médecine esthétique ?

La médecine esthétique peut être la solution pour dissimuler la fatigue due aux traitements, grâce à des solutions douces. Heureusement que ce n’est pas contre-indiqué, vu qu’il n’y a rien d’invasif.
– Une injection d’acide hyaluronique juste sous la peau donnera un aspect plus reposé au visage. On utilise pour cela un gel fluide et résorbable.
– Une micro dermabrasion, sorte de peeling superficiel, procurera de l’éclat et un effet « bonne mine ».

Les perruques, les foulards et les turbans

Quand on perd ses cheveux, on est très souvent démoralisée, voire déprimée, et on appréhende surtout le regard des autres.
La chute des cheveux est donc souvent très mal vécue par les femmes en phase de cures de chimiothérapie, et c’est en quelque sorte l’agression de l’image la plus redoutée.
Heureusement qu’il y a des alternatives pour remédier à cela.

La perruque

Il est préférable de choisir sa perruque avant la chute totale de ses cheveux. A ce moment-là, on est encore sûre de soi, et on peut choisir un modèle vraiment proche de sa coiffure. On peut opter pour un modèle le plus proche possible de sa coiffure.

Un conseil : ne choisissez pas une perruque trop foncée, elle ternira encore plus votre teint.

Les turbans et foulards

Que vous le sachiez ou non, les turbans et les foulards sont de retour, et sont redevenus très tendance. De plus, il y a des dizaines de façons de les porter.
Faites de votre turban ou de votre foulard votre accessoire de style, faites-le assortir à votre tenue, tressez-le, personnalisez-le.
Certains modèles sont prêts à l’emploi, l’idéal pour les femmes qui ont du mal à lever le bras ; d’autres ont juste des pans à nouer. Les foulards, eux, se nouent sur le côté pour un effet plus mode.

Elles l’ont fait et elles en sont fières :

Faire face à son cancer, lutter malgré tout, rester forte et choisir la vie, plutôt que d’abandonner le combat dès le début, telle était la volonté de Samira et de Saïda, deux battantes qui ont fait preuve de courage durant toute la période du traitement. Affronter leurs craintes c’était surtout pour elles anticiper, se préparer à ce combat et lutter.
Elles ont choisi de se raser complètement la tête avant même de perdre leurs cheveux, et de sortir sans foulard, sans perruque, juste « tête rasée ».
Livret Santé les a rencontrées au local de l’ATAMCS, elles témoignent :

Samira K. :

« Quand j’ai su que j’avais le cancer du sein, j’ai tout de suite compris que j’avais un choix à faire : c’était soit la vie, soit la mort. Mon amour pour la vie m’a poussée à prendre en main mon destin et à lutter pour surpasser cette épreuve difficile. Mon neveu, qui est aussi mon ami et mon confident, m’a beaucoup aidée dans cette épreuve. D’ailleurs, quand j’ai commencé à perdre mes cheveux, je me suis entendue avec lui et on a organisé une sorte de « party » à la maison ; il a fait venir son coiffeur et on s’est fait raser la tête tous les deux. Et c’est à partir de là, que j’ai commencé à sortir « tête rasée », en public, sans avoir peur du regard des autres ».

Saïda S.

« L’épreuve la plus redoutée pour quelqu’un qui fait des cures de chimiothérapie est la perte totale de ses cheveux. Au début, je me suis effondrée à l’annonce de mon cancer, mais j’ai tout de suite compris que j’étais obligée de lutter pour survivre. J’ai choisi de me raser la tête avant de perdre mes cheveux. Pour moi, c’était un geste pour dire que je gère ma maladie et que je suis forte. J’ai essayé les perruques, les foulards, mais en fin de compte j’ai préféré sortir sans rien, juste tête rasée et à vrai dire, je l’ai très bien vécu. »