Etre une Femme

Détergents: bio VS classiques

Publié le
Détergents: bio VS classiques

Packaging séduisant, totale efficacité malgré l’ « absence » de composants chimiques, ingrédients respectueux de l’environnement, etc. A en croire les fabricants, les détergents bio vont révolutionner notre quotidien. Alors, achat nécessaire ou dernière frime de fashionista ? Splash !

par Rym Benarous

Selon Wikipédia, l’encyclopédie généraliste du web, un détergent est « un composé chimique, généralement issu du pétrole, doté de propriétés tensioactives, ce qui le rend capable d’enlever les salissures ».

Pas très gai ni rassurant tout ça !
Du coup, les industriels du bio avancent des arguments bien plus glamours et surtout plus apaisants : respect de l’écosystème, formules hypoallergéniques, composantes (parfums, principes actifs, etc.) d’origine végétale, etc.

Le bio, c’est tendance

Les défenseurs de la cause écolo ne cessent de nous le rappeler : il faut privilégier l’utilisation des produits respectueux de l’écologie et de l’environnement, sans quoi notre monde court à la dérive. Les avantages du bio sont certes séduisants mais doit-on pour autant bannir les détergents dits « classiques ». De par le monde, les ménagères en consomment des tonnes et des tonnes chaque année. Doivent-elles renoncer définitivement aux liquides vaisselles et vitres, nettoyants pour sol, liquides multi-usages et autres poudres à récurer qu’elles utilisent d’habitude?

Détergents classiques oui, mais réglo aussi

La mise sur le marché de chaque détergent, classique soit-il ou bio, nécessite l’obtention préalable d’une fiche de données de sécurité (FDS), élaborée par l’industriel et validée par les organismes de tutelle (Ministère de l’Industrie de la Technologie et Institut national de la normalisation et de la propriété industrielle
« INNORPI »).
Tout ce qui concerne le détergent en question est minutieusement noté sur cette fiche, internationalement standardisée : des coordonnées du fabricant à la composition détaillée du produit, tout y passe. L’étiquetage des détergents est aussi strictement réglementé. Le mode d’emploi, le dosage, les précautions d’emploi et les consignes de sécurité (représentés par des sigles ou des images) sont automatiquement précisés au dos du produit. Pour les ingrédients, seuls les agents actifs sont cités.

Toutefois, si l’un des 26 produits allergènes, répertoriés à l’échelle mondiale, est présent dans le détergent à une dose supérieure à la norme, il doit obligatoirement être cité sur l’étiquette. En cas d’accident (inhalation ou ingestion du détergent), le médecin doit pouvoir tout de suite déterminer la substance mise en cause.

Oui mais la loi est-elle appliquée par les industriels? Un petit tour du côté des rayons de détergents des grandes surfaces a permis de vérifier que la législation était bien respectée. Une petite phrase au dos de nombreux détergents a toutefois attiré mon attention : biodégradable à plus de 90%

On ne badine pas avec la bio…dégradabilité

Le risque direct de réaction allergique suite à l’utilisation d’un détergent est jugé minime. La vraie menace pour les consommateurs que nous sommes reste le devenir de ces produits une fois usités. La biodégradabilité d’un produit est sa capacité à être décomposé par des micro-organismes (bactérie, algues, champignons) en substances plus simples.
Plus un produit est biodégradable, mieux c’est pour l’environnement.
Pour qu’un détergent soit considéré comme « safe », les normes en vigueur exigent qu’il soit biodégradable à 90% ou plus.