Etre une Femme

Endométriose : Diagnostic !

Publié le
Endométriose : Diagnostic !

L’endométriose est une affection trop souvent négligée, due une irritation de l’endomètre. Il s’agit de douleurs qui surviennent au moment des règles. Peu diagnostiquée par manque de formation, c’est pourtant une véritable souffrance pour les femmes qui y sont sujettes.

par Ema Farès

L’endomètre est  la muqueuse qui couvre l’intérieur de l’utérus.
L’endométriose est un processus inflammatoire au niveau de l’endomètre. 

En effet, à la fin de chaque cycle menstruel quand il ne se produit pas de fécondation, une partie de l’endomètre renouvelée à chaque cycle est éliminée avec les règles. L’endométriose est la formation de cellules endométriales en dehors du tissu utérin. Ces cellules endométriales réagissent aux changements hormonaux au cours du cycle menstruel, ainsi cette composante du tissu endométrial se forme et s’évacue avec les saignements. Lors de l’endométriose, les cellules endométrioales s’implantent au niveau de l’utérus, de la cavité abdominale ou d’autres organes engendrant une inflammation.

La détermination de l’endométriose

Très courante, l’endométriose n’en reste pas moins une pathologie utérine méconnue et complexe. Environ 90 % des femmes qui présentent une endométriose modérée peuvent avoir une fertilité normale au cours d’une période de cinq ans. En revanche, le risque de tomber enceinte pour les femmes en âge de procréation diminue considérablement si elles ne sont pas prises en charge à temps. C’est pour cette raison que pour les femmes qui sont affectées par cette anomalie utérine, il vaut mieux un dépistage précoce. La gravité de l’endométriose dépend de la localisation des irritations utérines des patientes.

Les signes de l’endométriose

Les symptômes d’une endométriose sont variés selon la patiente. Les signes divers se manifestent par des règles algiques et abondantes, des douleurs au niveau de l’abdomen qui peuvent se propager jusqu’au dos.
Cependant, une endométriose n’entraîne pas toujours un flot menstruel abondant. Ces algies peuvent se confondre avec les crampes menstruelles ou dysménorrhées (douleurs qui précèdent, accompagnent et/ou suivent les règles).
Par ailleurs, les douleurs augmentent au moment des  règles et le transit intestinal peut être perturbé avec le développement de troubles tels que les diarrhées ou la constipation.
Ces algies augmentent également au moment de l’ovulation ainsi que lors des rapports sexuels (dyspareunies) qui deviennent très douloureux. Les femmes ayant une endométriose peuvent rencontrer une difficulté à tomber enceintes. D’autres signes peuvent apparaître comme une asthénie (fatigue physique), une irritabilité, des pertes prémenstruelles, des tâches brunâtres ou foncées au cours des menstruations et parfois dans les urines ou des selles sanglantes lors d’une endométriose sévère.

Le diagnostic

L’examen clinique pour diagnostiquer une endométriose se fait par un gynécologue soit par cœlioscopie, échographie ou  par IRM (imagerie par résonance magnétique). Ces outils d’imagerie décèlent des lésions gonflées  et irritantes de l’endomètre au moment des menstruations. Par ailleurs, l’examen au spéculum permet de visualiser des lésions ou une déviation marquée du col de l’utérus, en plus, le toucher vaginal permet aussi d’indiquer des anomalies.

L’avis du spécialiste Dr Chiraz Fekih gynécologue obstétricienne

Comment définir une endométriose ?

L’endométriose est la présence du tissu endométrial qui est normalement existant au niveau de la cavité utérine, en dehors de l’utérus. C’est une présence anormale de cellules endométriales à l’extérieur de l’organe utérin. L’endomètre est la muqueuse qui tapisse normalement l’utérus  de l’intérieur et qui est responsable de la survenue des règles. Les îlots du tissu endométrial vont provoquer des saignements lors de la période menstruelle, mais ce sang n’est pas évacué. 

Quels sont les organes qui peuvent être touchés par ce processus inflammatoire de l’endomètre ?

Les organes touchés par cette maladie sont les ovaires, les trompes et les organes de l’abdomen enveloppés par le péritoine (les intestins, la vessie, etc) et exceptionnellement les organes du système respiratoire comme les poumons et l’appareil digestif. 

Quels sont les signes de l’endométriose ?

L’endométriose est décelée par deux signes majeurs : les douleurs et l’infertilité. Les douleurs  se situent au niveau du bas-ventre, évoluent au fil du temps et deviennent de plus en plus intenses  surviennent lors des règles (dysménorrhées) et des douleurs lors de rapports sexuels (dyspareunies).
Les symptômes douloureux courants de cette maladie sont les 5 « D » :
les douleurs pelviennes au niveau du bas-ventre,
les douleurs des règles (dysménorrhées),
les douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunies),
la difficulté d’uriner (dysurie),
la difficulté de  la défécation (dyschésie).

L’infertilité se produit parce que les ilots de l’endomètre peuvent se localiser au niveau des trompes utérines, entraîner des adhérences et obstruer les trompes. Les douleurs et la stérilité amènent les femmes à consulter un médecin gynécologue. En revanche,  dans la grande majorité des cas, cette maladie endométriale reste asymptomatique. Par conséquent, on ne peut pas évaluer exactement cette maladie sauf à travers ces deux signes  majeurs. 

Comment faire le diagnostic de l’endométriose ?

On va faire déjà une échographie  qui va nous donner une idée déjà sur l’état  des ovaires parce que  cette maladie peut se traduire par la production de kystes ovariens, sinon on va faire une cœlioscopie qui  permettra de poser le diagnostic.
Il s’agit d’un examen endoscopique qui va examiner de l’intérieur l’utérus, les ovaires et également les organes de la cavité abdominale. On va déterminer à cet égard ces taches caractéristiques, brunâtres, qui normalement n’existent pas sur la face extérieure de l’utérus, sur le péritoine.
Elles vont nous faire suspecter cette maladie.
On va par la même occasion faire le listing de la localisation de cette maladie et ensuite faire des scores pour déterminer la pathologie qui est d’autant plus grave que les lésions sont nombreuses et qu’il y a surtout des adhérences. Ces dernières sont délétères pour la fertilité  et responsables de ces algies pelviennes, gênantes et parfois invalidantes. Par la suite on va faire des prélèvements (biopsies) pour pouvoir déterminer d’une façon profonde cette affection.

Quelles sont les complications de l’endométriose ?

La séquelle  grave  de l’endométriose est essentiellement la stérilité.
En effet, les organes qui sont affectés par l’endométriose sont les trompes,  les ovaires et les zones de la cavité péritonéale, c’est-à-dire des organes qui participent à la fécondation.
Cependant l’endométriose peut affecter d’autres organes, et en donner des sténoses. Ces obstructions peuvent se manifester au niveau des uretères (les canaux qui vont relier les reins à la vessie) et donc il y aura des contraintes urinaires. Il peut y avoir une localisation au niveau des intestins, du système digestif et qui vont donner des complications digestives et même parfois une fragilisation des muqueuses digestives, les cas les plus évolués et les plus sévères.
Heureusement, ces cas cliniques sont assez rares.
Les complications majeures sont l’infertilité et les douleurs invalidantes. Il y a également les complications psychologiques qui vont ce produire suite à cette symptomatologie qui vont être parfois difficiles à gérer aussi bien par la patiente elle-même que par son médecin.
En fait, théoriquement, ce n’est pas une pathologie qui va être à l’origine de dégénérescence et de transformation cellulaire anarchique en une maladie cancéreuse. Il y a des cancers authentiques qui vont avoir l’air d’un kyste endométriosique et qu’on appelle endométriosiques. C’est pour cela que les kystes endométriosiques doivent être traités et prélevés pour pouvoir faire le diagnostic histologique exact.

Quels conseils pour une endométriose ?

L’endométriose est une maladie qui évolue  avec le temps et donc plus le temps passe plus les complications vont apparaître. Par conséquent, je conseille aux patientes  essentiellement une prise en charge précoce.
D’ailleurs, dans le cas d’une stérilité féminine la première causalité qu’on suspecte est une endométriose.
Par ailleurs, lorsqu’il y a des douleurs pelviennes qui augmentent en intensité, surtout pour des douleurs vives au moment des règles, il faut surtout consulter un médecin spécialiste pour ces deux principaux symptômes.

Comment se fait la prévention de l’endométriose ?

Les mesures de prévention de l’endométriose se font par l’adoption de règles hygiéno-diététiques, c’est-à-dire une alimentation saine et équilibrée, une activité physique régulière, une consultation d’un médecin gynécologue à temps et un soutien psychologique.