Etre une Femme

Fibromyalgie vous la reconnaissez ?

Publié le
Fibromyalgie vous la reconnaissez ?

Malgré sa reconnaissance par l’Organisation Mondiale de la Santé, la fibromyalgie reste peu reconnue. On la confond encore souvent avec la spasmophilie, la dépression ou, pire, certains pensent encore qu’elle est totalement imaginaire. Pourtant, des progrès récents permettent de l’identifier avec une quasi-certitude. Les explications du Dr Charley Cohen, rhumatologue, à Paris 16ème, ancien interne des hôpitaux de Paris, ancien chef de clinique à la faculté de Médecine de Paris et spécialiste en Médecine physique et auteur d’un livre intitulé « La fibromyalgie, un état douloureux enfin reconnu et pris au sérieux».

par Kamel Bouaouina

Qui est touché par la fibromyalgie ?

La fibromyalgie touche près de deux millions de personnes en France, environ 15 millions d européens et environ 9% de la population tunisienne. Elle atteint dans près de 90 % d es cas les femmes, surtout entre 30 et 60 ans.

Pourquoi la maladie touche-t-elle surtout les femmes?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas de raisons hormonales. En revanche, les femmes sont plus sensibles au « mauvais » stress. Or, au quotidien, on constate toujours une inégale répartition des charges entre hommes et femmes. Elles doivent concilier activité professionnelle, vie familiale avec des tâches ménagères fatigantes. Enfin, leur seuil de tolérance à la douleur est plus bas, elles supportent donc moins de souffrir.

Peut-on retrouver certains facteurs déclenchants ?

A l’origine des troubles, on trouve souvent un traumatisme physique (coup du lapin, accident, agression, chute) ou psychologique (harcèlement au travail, deuil, séparation). Tout se passe comme si ce traumatisme venait en quelque sorte réactiver des traumatismes antérieurs. Il est donc primordial que les femmes qui ressentent ces troubles rencontrent des médecins qui les écoutent, donnent foi à ce qu’elles disent et respectent leur plainte.

A l’inverse, le fait de souffrir de douleurs chroniques, d’avoir mal partout, peut-il cacher une autre maladie ?

Il est essentiel de pratiquer un examen approfondi, car le risque serait de passer à côté d’un rhumatisme inflammatoire comme une spondylarthrite, une polyarthrite, un lupus. Il faut aussi éliminer des douleurs musculaires dues à des médicaments. Les statines, contre le cholestérol, sont connues pour avoir cet effet secondaire. Si on change de traitement, les douleurs disparaissent. Une carence en vitamine D, un trouble de la thyroïde, une dépression masquée peuvent aussi être responsables de douleurs. Enfin fibromyalgie et fatigue chronique sont deux maladies proches, et il faut savoir les différencier. Dans la première, la douleur prend le pas sur la fatigue.

Pourquoi faut-il continuer à bouger?

Quand on souffre au quotidien, on restreint naturellement ses activités. Cette inactivité va aggraver à son tour les douleurs et créer un état dépressif secondaire. Il faut tout faire pour continuer à vivre normalement, se faire plaisir en prenant régulièrement du temps pour la détente et les loisirs. Et surtout, pratiquer une activité physique régulière. En stimulant les endorphines, elle a un effet bénéfique sur les douleurs, sur le sommeil et la qualité de vie.

Et la thalasso ?

La thalassothérapie offre la possibilité de bénéficier des bienfaits de l’eau de mer, du climat marin, des algues et des boues riches en iode et en oligo-éléments. La Tunisie dispose de plusieurs centres et surtout d’un personnel qualifié afin de pouvoir offrir une gamme de traitements tels que la rééducation active en piscine d’eau de mer. Les bains en eau chaude, la rééducation, les exercices physiques adaptés en milieu aquatique et la relaxation ont une place importante dans la prise en charge de la fibromyalgie. Ces cures permettent aux patients de reprendre confiance en eux et de se remettre, une fois rentrés chez eux, à poursuivre une activité physique régulière et adaptée.

Quelle est la place de l’alimentation (vitamines…) dans la prise en charge de la fibromyalgie ?

L’alimentation doit être variée et équilibrée. Toujours manger des fruits et des légumes riches en vitamines et en antioxydants. Ne pas oublier les omégas 3, qu’on trouve dans l’huile de colza et dans les poissons gras. Les aliments riches en magnésium ont aussi un effet déstressant et défatiguant. Point essentiel, mangez des poissons gras, type harengs, sardines, thons… riches en omégas 3 mais également en vitamine D. Très peu d’aliments sont riches en vit D. Il y a très souvent dans la fibromyalgie un manque en vitamine D. On peut la doser et ceci va augmenter la sensation de douleur. Pour compenser cette insuffisance en vit D, c’est soit l’exposition au soleil modérée mais régulière ce qui est difficile dans nos pays tempérés, soit surtout la prise d’ampoules : traitements d’attaque puis traitement d’entretien. Il faut également avoir une alimentation riche en calcium : les produits laitiers, fruits et légumes et eau fortement minéralisée.

Est-ce qu’on peut guérir de cette maladie ?

Oui. Il n’y a pas qu’une chose, la prise en charge doit être pluridisciplinaire. La 1ère étape est importante c’est l’écoute, croire à sa souffrance, faire un diagnostic et donner le nom de fibromyalgie qui devrait rassurer le patient qui en a mare d’entendre qu’il n’y a rien ou que c’est «dans sa tête». Le traitement associe les médicaments et les méthodes non médicamenteuses. Les médicaments sont essentiellement un antalgique, le tramadol mais surtout un antidépresseur et/ou un antiépileptique qui agit sur la douleur chronique.

Les effets indésirables sont possibles et c’est pour cela qu’on doit augmenter les doses progressivement. Le traitement non médicamenteux associe la kinésithérapie, éventuellement un soutien psychologique en cas de d’état anxiodépressif réactionnel. Une technique intéressante ce sont les injections locales superficielles d’anti-inflammatoires au niveau des points douloureux. Le but du traitement est la reprise de l’activité professionnelle et une activité physique régulière et progressive. Il est important que le patient se fasse plaisir, prenne du temps pour la détente.

La fibromyalgie est-elle génétique et se transmet-elle de mère en fille ?

Non, mais il peut exister des familles de fibromyalgie dans ce cas l’impact de l’environnement familial est plus important que l’hérédité.