Etre une Femme

Harcèlement sexuel : Comment réagir ?

Publié le
Harcèlement sexuel : Comment réagir ?

Le harcèlement existe de tout temps mais ce n’est que récemment que les états ont commencé à le nommer à travers des textes législatifs. Si le harcèlement sexuel est reconnu comme un délit, c’est cependant plus difficile de définir juridiquement les contours du harcèlement moral. Pourtant, tout comme le harcèlement sexuel, il est bien présent. De même, s’il existe des lois, en l’occurrence pour la Tunisie, la loi de 2003 et dans l’attente du projet de loi intégral sur le harcèlement du ministère de la Femme, de la famille et de l’enfance, il est toujours très difficile pour les victimes de harcèlement de faire reconnaître leurs droits. Malheureusement, ce phénomène vient à s’intensifier et paraître pour un certain nombre de personnes comme un « fait divers normal ».

par Kmar Ghazeli

Que celle qui ne s’est jamais fait harceler dans les transports en commun, dans la rue ou sur son lieu de travail, lève la main !

Eh mademoiselle, oh répond s****e !

Espace public par excellence, la rue est le théâtre journalier de nombreux harcèlements. Cela se définit comme des comportements verbaux ou non envoyant des messages intimidants, des regards insistants, irrespectueux, humiliants, voire menaçants. Mais si, vous savez, les sifflements, les commentaires sexistes… Loin d’être des compliments, de l’humour ou même de la drague, les femmes, qui en sont victimes, apprennent malgré elles, à ne pas répondre, à baisser la tête ou changer de trottoir jusqu’à réviser leur tenue vestimentaire dans l’espoir de ne pas attirer le regard.

Dans les transports

C’est l’heure de pointe, en plus des odeurs « pittoresques », qui est la femme qui n’a jamais eu à supporter des attouchements ou un sale type qui se frotte contre elle. Et ce n’est pas l’apanage de la jeunesse, dans un sens ou dans l’autre. En effet, ce sont des femmes de tout âge qui se font agresser par des hommes de tout âge, >toutes catégories socioprofessionnelles confondues. En en effet, l’habit ne faisant pas le moine, il n’est pas rare d’avoir à faire à un homme costume-cravate.
Réagir ou ne pas réagir ? Pas évident, les femmes, en général, ne préfèrent pas réagir, car elle finisse par se demander si leur attitude n’a pas lancé des signaux erronés. Elles ont également peur de l’escalade, sachant malheureusement que cela peut se terminer par une agression physique, et que nous vivons dans un monde d’indifférence totale où personne ne prendra sa défense. Quand elles le peuvent, la plupart essayent de changer de parcours où l’horaire de leur transport. Cependant, ce changement n’est pas évident car la personne harcelée peut penser qu’elle s’inscrit dans une logique de fuite, plutôt que d’affronter la situation.

Au travail

Le lieu de travail est également un des endroits clés du harcèlement. Bien que le harcèlement sexuel y soit présent, on retrouve plus souvent le harcèlement moral. Il s’agit d’un enchaînement sur une longue période de propos et d’agissements hostiles de la part, d’une ou plusieurs personnes envers un tiers.
Ces agissements sont très sournois et visent à empêcher la personne de s’exprimer, l’isoler, la discréditer dans son travail et auprès de ses collègues, lui retirer ses outils de travail ainsi que porter atteinte à sa situation économique et sa santé physique. De nombreux symptômes peuvent alerter sur un proche qui subit un harcèlement : pleurs, déprime, troubles de la mémoire, agitation, irritabilité, isolement, mal de de dos, de nuque, vertiges, etc. Un harcèlement prolongé peut entraîner, parfois, certaines personnes à une réaction extrême qui est le suicide, ne trouvant que cette solution pour mettre fin au harcèlement.

Le harcèlement 2.0

Nouvelles technologies obligent, les harceleurs ont trouvé, depuis quelques années, un nouveau terrain de « jeux ». En effet, quoi de plus simple et de plus pervers, que de se cacher derrière un écran et pseudonyme, pour harceler quelqu’un. Rumeurs, insultes et photos personnelles détournées, les harceleurs ne sont malheureusement pas en manque d’imagination. Et pour ajouter à la perversité du harcèlement, les publications sur les réseaux sociaux, notamment, sont très difficiles à faire disparaître de la toile. Ce phénomène touche en majorité, les adolescents, dont l’existence, à travers les réseaux sociaux, est primordiale.

Que faire ?

Réagir immédiatement, en ne laissant pas les choses empirer. Si vous connaissez votre harceleur, mettez-lui les points sur les « i » et n’hésitez pas à saisir la justice. Si vous n’arrivez pas à sortir de ce cercle infernal, n’hésitez pas à consulter un psychologue qui vous permettra de reprendre confiance en vous. De même, ne gardez pas ce problème pour vous, parlez-en à vos proches, l’union fait la force !