Etre une Femme

Les abc du bonheur : Faire la paix avec soi-même

Publié le
Les abc du bonheur : Faire la paix avec soi-même

Marc-Aurèle préconisait il y a plusieurs siècles déjà, la démarche à suivre pour être heureux : « En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux. ».

par Amel Mnakbi

Vous me direz c’est bien beau tout ça mais concrètement comment rester « cool » quand le Cro-Magnon qui vous sert de voisin déverse sa poubelle juste devant chez vous, ou lorsqu’un illuminé, zélote de la secte des « chauffards machos » vous fait une queue de poisson et vous arrose de surcroît d’insultes plus savoureuses les unes que les autres ? Et j’en passe et des meilleures ! Ne laissez plus des détails vous gâcher votre existence et adoptez notre abc du bonheur.

A comme Aimez-vous

A croire que votre entourage s’est donné le mot : les reproches pleuvent tous azimuts. Votre boss vous reproche de ne pas être toujours à l’heure le matin (il ne faut pas lui en vouloir, il ne connaît pas la secte des « chauffards machos » susmentionnée). Votre chère moitié vous reproche d’être stressée et de vous laisser aller (oui mais bon chéri,  les working women fées du logis tirées par quatre épingles n’existent que dans les télénovelas !). Vos enfants vous reprochent de ne pas être la reine du rainbow cake lorsque vous vous ingéniez à leur proposer une nourriture saine. Vos parents et amis vous reprochent de les négliger (mais vous avez eu beau chercher sur internet une solution pour vous cloner sans succès !)
Réagissez face à toutes ces ondes négatives qui vous assaillent et fixez votre « Moi idéal ». L’exercice est simple : il vous faut une feuille de papier et un crayon. Faites la liste de toutes vos qualités. Il faut que vous soyez vous-même convaincue à quel point vous êtes une personne exceptionnelle pour que votre entourage s’en rende compte. N’hésitez pas à renouveler cet « inventaire » à chaque fois que le besoin se fait ressentir.

B comme Bonne action

Voilà un concept qui, sous des allures innocentes, crée pas mal de remous.
Tout le monde s’accorde à dire qu’une personne « bien » est une personne altruiste, généreuse, serviable, conciliante, tolérante, charitable… Soit, mais si vous n’êtes pas disponible pour aider un collègue à finaliser un dossier ou si vous êtes prise pour le week-end et donc vous ne pouvez pas garder vos neveux, si vous n’avez pas de monnaie pour donner l’aumône, est-ce que tout cela fait de vous une mauvaise personne ?  Le diktat de la bonne action crée chez beaucoup de personnes un sentiment de culpabilité latent. Dans ce cas aussi, vous devez réagir. Dire non ne fait pas de vous une personne égoïste bien au contraire. Cela donne l’occasion à votre personnalité de s’épanouir et de s’exprimer librement.
Votre bonne action sera donc désintéressée et non pas dictée par un sentiment de culpabilité  qui altèrera sur le moyen terme vos relations avec votre entourage.

C comme Calmez les tensions

Depuis bien longtemps déjà et plus particulièrement ces trois dernières décennies, nous assistons à la recrudescence regrettable d’une certaine violence dans sa forme la plus pernicieuse à cause de sa banalisation, j’ai nommé l’Insulte.
Cette violence verbale s’est érigée au rang de moyen de communication sous nos cieux. Aucune sphère n’est épargnée par ce fléau. De la tribune politique à la cour de récré les invectives fusent.  Chacun d’entre nous est plus au moins pris dans cet engrenage bien malgré lui.
Face à ce climat toxique, il faut savoir relativiser. Si un automobiliste s’excite sur le klaxon et vous  baragouine Dieu sait quoi, inutile de rétorquer. La meilleure attitude à adopter est de lever la vitre et de mettre à fond votre CD préféré. 
Cette attitude peut sembler lâche aux yeux de certains mais elle a l’avantage de vous épargner les insanités et les postillons dudit goujat mais aussi de ménager vos neurones et votre corps contre un stress inutile.

Passons à la sphère personnelle, si une personne proche vous agresse verbalement deux attitudes sont à adopter. Soit vous adoptez une stratégie d’évitement et vous signalez à votre interlocuteur qu’il s’emporte et que ce n’est pas le moment opportun de discuter du sujet du litige. Soit vous désamorcez la tension en répondant à l’attaque par la plaisanterie : si une personne commence à crier vous lui dites : « désolée, je dois y aller, je n’ai pas pris mon parapluie aujourd’hui ! » Votre interlocuteur désarçonné par votre flegme et par votre réplique vous dira sans doute « mais quel rapport ? », ce à quoi  vous  répondrez :
« ben, je suis en train de recevoir une averse de postillons là et j’ai peur de m’enrhumer ! »

D comme Débrouille

Enfant vous rêviez d’être danseuse étoile au Bolchoï, Grâce Kelly (actualité cannoise oblige !) ou bien Barbara Cartland. Mais comme la vie est souvent imprévisible, vos rêves de célébrité ont laissé place à une réalité pas très glamour. Votre vie vous semble plus morose qu’un dimanche après-midi pluvieux et vous êtes en proie aux regrets.
Abandonnez donc le perfectionnisme et réagissez positivement aux opportunités de la vie. Saisissez-les !
La vie est un voyage où on se débrouille comme on peut. Soyez adaptables et dites-vous que tout est perfectible. Vous n’êtes pas Steve Jobs mais dans votre boîte vous êtes l’as des négociations difficiles. Vous n’êtes pas une star internationale mais vous êtes la reine du macramé. Vous ne détenez pas le record du monde du 400m haies mais  vous avez un coup droit redoutable au tennis. Vous n’êtes pas championne du monde de pâtisserie mais personne ne vous arrive à la cheville dans le lancer de crêpes et puis même Maïté, légende vivante de la cuisine des mousquetaires s’est fait  battre à plates coutures par des anguilles !

Chacun d’entre nous a souvent tendance à voir le verre à moitié vide et ne pense jamais à la manière de le remplir. Remplissez votre verre de projets, de bons moments partagés et de paix avec vous-même, voilà la recette du bonheur !