Etre une Femme

Les poils et nous…une histoire préhistorique !

Publié le
Les poils et nous…une histoire préhistorique !

La guerre contre les poils disgracieux ne date pas d’hier. En effet, des pinces à épiler rudimentaires ont été retrouvées dans des sépultures datant de la préhistoire.

par Rim Bahi

En Mésopotamie, il y a plus de 2000 ans, on utilisait des pinces à épiler en bronze et une sorte de crème dépilatoire à base de cire, d’eau, de sucre et de citron, probablement l’ancêtre de notre recette de « sucre » dépilatoire. Dans l’Egypte ancienne, la pilosité était considérée comme impure et les aristocrates s’épilaient intégralement. A l’époque gréco-romaine, l’épilation commençait déjà à se généraliser. On s’épilait en brûlant les poils à l’aide de coquilles de noix incandescentes ou avec une préparation à base de résine de pin. Il y avait même une recette au sang de chauve-souris spécifique aux sourcils!

Heureusement, aujourd’hui, nous n’avons plus à utiliser du sang de chauve-souris et les méthodes dépilatoires ont évolué. A la maison ou en institut, la guerre aux poils est officiellement déclarée !

Et si je faisais ça tranquillement chez moi ?

S’il est clair qu’à l’institut, on se fait chouchouter, l’avantage d’être chez soi, c’est quand même l’intimité. On a le choix de la méthode, selon les goûts, les sensibilités et le savoir-faire. Il est 19h30 et on vient de vous inviter à la soirée incontournable de la décennie mais il faut y être dans une heure. Or vos jambes ressemblent à celles d’un yéti ! Pas de panique, dans le rayon rapide et efficace, nous trouvons le rasoir.

Le rasoir, kit d’urgence

Le rasage féminin est souvent décrié mais il n’en reste pas moins la méthode dépilatoire la plus courante, la plus rapide et la moins chère, en plus d’être totalement indolore, ce qui explique sa popularité auprès de la gent féminine. Et se raser n’a aucune incidence sur le l’épaisseur ou la couleur du poil, contrairement à l’opinion répandue. Le seul inconvénient, il faut forcément qu’il y en ait un, c’est que la repousse est très rapide. Il faut aussi faire attention à ne pas se couper, des jambes balafrées, ce n’est pas très sexy. Pour cela, il est préférable d’étaler au préalable de la mousse ou du gel.

La crème dépilatoire, rapide et en douceur

Les crèmes dépilatoires sont une bonne alternative au rasoir quand on est pressée. Cela prend légèrement plus de temps que le rasage parce qu’il faut étaler la crème et la laisser agir mais, pour arriver à l’heure à la soirée, cela reste jouable. Simple, rapide et indolore, la crème désagrège les poils sans pitié. Cette méthode présente aussi quelques inconvénients: l’odeur est parfois désagréable et on peut parfois faire des allergies au produit. Bien que moins rapidement qu’avec le rasoir, les poils réapparaissent tout de même dans les jours qui suivent. Par contre, ils deviennent de plus en plus fins au fil des épilations.

Et si je jouais à l’esthéticienne ?

Quand on a le temps, la cire reste la méthode idéale pour se débarrasser des poils pendant un bon bout de temps. Selon la pilosité, cela peut aller de 4 à 6 semaines. Toutes les parties du corps peuvent être épilées à la cire, y compris le visage. Il faut prendre quelques précautions au préalable mais la technique n’est pas vraiment très compliquée et s’améliore après un peu d’entraînement. La cire ne collera pas sur une peau grasse. Prenez soin de nettoyer et sécher votre peau avant l’application. Si vous suez beaucoup, vous pouvez mettre un peu de talc. Pour la cire en pot, réchauffez jusqu’à obtenir la consistance du miel. Vérifiez la température, n’appliquez jamais la cire brûlante sur la peau. Avec une spatule, étalez bien la cire, ensuite posez une bande dessus en pressant bien. L’arrachage se fait d’un coup sec. Répétez aussi souvent que nécessaire. Pour simplifier encore plus, dans le commerce, vous trouvez des bandes déjà prêtes à l’emploi, il suffit de réchauffer la cire en frottant entre vos paumes. Après l’épilation, pensez à appliquer une huile pour le corps ou un gel apaisant. Petit bémol cependant, c’est douloureux !

Sucre, caramel…miam !

On en mangerait, et on pourrait tout à fait puisque la recette est à base d’eau, de sucre et de citron. Recette ancestrale d’une redoutable efficacité pour le poil, le sucre est utilisé depuis des générations chez nous. Plus économique que la cire, puisqu’à part le sucre, il n’y a rien à acheter, il est tout aussi efficace et les poils mettent autant de temps à repousser. Il suffit de malaxer un peu la pâte obtenue jusqu’à obtenir une mixture souple et l’appliquer dans le sens du poil. Nul besoin de bandes, le sucre ne colle pas aux doigts et, contrairement à la cire, on peut recommencer plusieurs fois au même endroit sans risque d’irritation. On peut l’utiliser sur tout le corps, y compris les parties sensibles et le visage.
La peau est toute douce après. Les ingrédients étant naturels, il n’y a pas de risque d’allergie et comme le sucre ne colle pas à la peau, c’est beaucoup moins douloureux et le nettoyage est nettement plus facile.

En institut, je me fais chouchouter !

Se faire épiler par une professionnelle reste quand même une expérience agréable. D’abord c’est beaucoup plus rapide, les gestes sont précis et efficaces et ensuite cela ne s’arrête pas à l’épilation. On se retrouve dans un décor agréable, une cabine accueillante qui sent bon et dans laquelle on est traitée comme une princesse. L’épilation est certes un peu douloureuse mais on a ensuite droit à un massage à l’huile parfumée qui laisse la peau toute douce. Généralement, l’épilation se fait à la cire et pour les sourcils, la finition se fait à la pince à épiler.
Et si vous en avez assez de devoir batailler contre les poils, il vous reste l’option de l’élimination définitive soit par laser, soit par la lumière pulsée soit par l’épilation électrique (ou électrolyse).
Ces méthodes sont évidemment beaucoup plus coûteuses que le rasage. Ces traitements sont effectués par un dermatologue et il faut plusieurs séances pour venir à bout de tous les poils… ou presque, car en réalité, il en reste quand même quelques uns qui, coriaces, survivent à tout !