Etre une Femme

Mammographie les 12 questions que l’on se pose toutes

Publié le
Mammographie les 12 questions que l’on se pose toutes

Mammographie. Un mot qui nous parle, nous les femmes et qui, selon les cas, nous intrigue, nous angoisse ou encore nous rassure. Pr Monia Hechiche, chirurgien carcinologue, répond à toutes les questions qui nous taraudent concernant cet examen essentiel dans la lutte contre le cancer du sein.

par Rym Benarous

1- Qu’est ce qu’une mammographie ?

La mammographie est l’examen de dépistage par excellence du cancer du sein. C’est une technique radiologique qui se fait avec des rayons X. Elle se pratique dans un service de radiologie, à l’aide d’un appareil appelé mammographe et permet de repérer, s’ils existent, des anomalies à type d’opacités ou de microcalcifications, pouvant selon le cas, être malins ou bénins.

2- Pourquoi la passer ?

A cause de la densité du sein, on ne peut commencer à palper les tumeurs qu’à partir de 1 cm. Avant ce stade, la mammographie est le seul examen efficace capable de détecter désorganisations de la trame, les micro-calcifications ou les petites opacités inférieures à 1 cm au niveau du sein.

3- Où peut-on la réaliser ?

La mammographie est un examen accessible puisqu’on peut le pratiquer dans n’importe quelle structure hospitalière ou cabinet privé équipés d’un mammographe. Dans le public, il y en a notamment à l’Institut Salah Azaiez, à l’hôpital Mahmoud El Materi (Ariana), à l’hôpital Charles Nicolle, et dans les grands hôpitaux des régions : Sfax, Sousse, Jendouba, Gabès et Gafsa. Dans le cadre du plan Cancer 2010 mis en place par le Président Ben Ali, un renforcement des structures hospitalières est prévu, notamment l’acquisition de nouveaux mammographes. Par ailleurs, il faut savoir qu’il y a un peu plus d’une soixantaine de mammographes dans les cabinets privés.

4- Combien ça coûte ?

Dans le public, les patientes, affiliées à la CNAM, Caisse Nationale d’Assurance Maladie, paient un ticket modérateur d’une valeur de 14,5 DT. Dans le privé, une mammographie coûte entre 70 et 80 DT.

5- Est-ce remboursé par la CNAM ?

La CNAM ne rembourse l’examen de mammo-graphie que dans le cas d’un diagnostic, donc demandée par un médecin ayant déjà détecté une grosseur au sein et non pas dans le cas du dépistage. En outre, le remboursement de la mammographie est plafonné à 70%.

6- La mammographie nécessite-t-elle une prescription médicale ?

L’idéal serait de passer d’abord par un médecin traitant, gynécologue soit-il, ou médecin généraliste. Mais bien sûr, cet examen n’est pas refusé aux patientes se présentant d’elles mêmes.

7- Comment se déroule une mammographie ?

La mammographie se réalise debout. La patiente se dévêtit le torse et ses seins sont pressés entre une plaque en plastique au dessus et une cassette contenant le film de radiologie en dessous. Le technicien ou le médecin peut commencer à prendre les clichés.

8- Est-ce douloureux ?

Non, ce n’est pas un examen douloureux. Toutefois, la mammographie peut être un peu désagréable pour les patientes qui n’ont pas beaucoup de volume mammaire.

9- La première mammographie, c’est à quel âge ?

L’idéal serait de commencer à faire des mammographies à partir de 40 ans jusqu’à 65 ans, voire 70 ans, à raison d’un examen tous les deux ans. Il y a cependant une exception, celle des femmes ayant un antécédent familial de cancer du sein. Elles devraient commencer le dépistage un peu plus tôt, vers l’âge de 35 ans.

10- Les rayons sont-ils nocifs ?

Pour la mammographie, on irradie certes un peu plus que pour les autres examens tels que par exemple la radiographie des os, car on a affaire à des tissus mous et à cause de la densité du sein et notamment la graisse. Mais ces rayons ne sont pas nocifs dans la mesure où l’on respecte le délai de deux ans entre deux mammographies.

11-> Peut-on passer une mammographie pendant la grossesse?

Non, c’est totalement déconseillé sauf dans des cas extrêmes où le médecin spécialiste a des doutes sérieux sur la présence d’une tumeur maligne chez une femme enceinte et demande une mammographie. Dans ce cas, la patiente subit cet examen avec ce qu’on appelle un tablier plombé.

12- La mammographie suffit-elle pour un dépistage efficace ?

La mammographie est l’examen de dépistage, l’échographie mammaire est un examen de diagnostic. Le dépistage concerne les femmes normales ne souffrant de rien en particulier et sert à détecter l’apparition de nodules de moins de 1 cm. Par contre, pour celles qui remarquent l’apparition d’une boule au niveau de leur poitrine, on demande d’abord une mammographie puis une échographie pour confirmer le diagnostic. C’est cet examen complémentaire qui permettra de trancher s’il s’agit d’un kyste plein d’eau ou si c’est une tumeur.

dr andrea cadelano

Notre spécialiste Dr Andrea Cadelano, Spécialiste en santé public expert de la coopération tuniso-italienne

« Afin de faire baisser considérablement la mortalité due au cancer du sein, il faudrait prévoir plus de campagnes de dépistage de masse. Le problème, c’est qu’en plus de coûter cher, ces campagnes nécessitent une énorme logistique : inviter les femmes, fixer des rendez-vous, réaliser l’examen et interpréter les résultats par de lecture des mamographies, le tout dans un laps de temps court. Par contre, pour déminuer la taille du tumeur en Tunisie, (actuellement de 3 cm), il serait intéressant de redorer le blason de l’examen clinique du sein qui a déjà fait ses preuves. Le palper des seins ne coûte presque rien, ne nécessite pas d’appareils sophistiqués et permet de déterminer, dans un premier temps, s’il y a un réel besoin de faire une mammographie. Toutefois, pour qu’il soit fiable, cet examen doit être pratiqué par une personne formée et expérimentée. Il faudrait renforcer les capacités professionnelles des médecins généralistes et des sages-femmes, qui sont plus consultés par les femmes. »