Etre une Femme

Mental et régime

Publié le
Mental   et  régime

Pourquoi certaines personnes sont toujours minces alors qu’elles mangent tout le temps ?! Ceci alors que d’autres personnes prennent des kilos, juste en mangeant un gâteau le matin ou une pizza le soir ?! Sommes-nous toutes égales devant la prise de poids ? Y a-t-il une sorte de détermination génétique ? Mais surtout, l’humeur ou le mental ont-ils un rôle là dedans ? Enquête.

par Sondes Khribi Khalifa

Oubliez le régime

Pour avoir un poids d’équilibre et surtout pour le garder dans la durée, oubliez les « régimes ». Il faut savoir que le corps et ses milliards de cellules ont une mémoire. Ainsi, si vous vous privez sciemment pendant un certain temps de choses que vous aimez tant (le petit croissant du matin par exemple), votre corps enregistre l’information « frustration » et se jure de « faire des réserves » dès que le croissant est de nouveau permis. Ainsi, dès que le croissant fait son entrée dans la bouche, les cellules changent d’attitude avec lui et stockent plus de graisses qu’elles ne le faisaient avant. Eh oui. C’est ce qu’on appelle l’effet yoyo, il est connu par toutes les personnes qui font des régimes à répétition. La science permet de donner des explications à ce fameux effet yoyo. 

Donc, pour commencer, oubliez à jamais les régimes. Le régime étant une restriction alimentaire temporelle qui a pour but de perdre des kilos. Car vos cellules comprennent et enregistrent tout, il vaut mieux y aller en douceur avec elles. Comme dans tous les domaines, la force coercitive ou la contrainte ne fonctionnent pas à terme. Elles peuvent donner des résultats à court terme, jamais à long terme.

Un problème de poids ou un problème émotionnel ?

Associés aux problèmes de poids, apparaissent souvent des problèmes émotionnels divers. Parfois les émotions négatives sont connues par la personne en surpoids : négativité, doute de soi-même et manque de confiance, dévalorisation constante dans le milieu du travail, regard négatif de l’époux ou de la famille, etc. Parfois, elles sont refoulées, et c’est plus grave car plus difficile à diagnostiquer ou à conscientiser. 

Derrière ces émotions se cachent des systèmes de croyances qui sont tellement ancrées dans l’inconscient de la personne qu’elles lui sont inaccessibles. C’est uniquement au cours de discussions ou dans le comportement quotidien que l’on peu déceler ces croyances cachées, du genre : « de toutes les façons je ne peux pas être belle » (ce qu’a dit la maman ou la tante quand vous étiez jeune). « Une femme ne peut plus rester mince après avoir fait des enfants, c’est dans la nature des choses ». « J’aime manger donc je ne peux pas être mince ». « La nourriture et la gourmandise sont des péchés mignons et que j’assume ». Etc.

Ces pensées programment votre corps et vos cellules sans que vous en soyez consciente. A votre insu, oui. D’où l’importance capitale du mental dans la régulation du poids. Si vous persistez à avoir des pensées négatives du genre « la nourriture est un péché mignon », vous continuerez à prendre du poids pour le moindre écart que vous faites et vous serez toujours malheureuse, tiraillée entre manger et être mince. Si vous changez vos croyances et décidez une fois pour toutes de démanteler/casser en mille morceaux ces idées qu’on vous a soufflées quand vous étiez jeune, alors vous allez avoir un rapport différent à la nourriture. Un rapport complètement différent et qui ne s’arrête pas à l’aspect « psychique » de la question mais qui touche la manière même dont vos cellules traitent la nourriture. Car en effet, vous l’aurez compris, une certaine prédisposition génétique existe, mais ce n’est qu’une prédisposition. Autrement dit, vous pouvez prendre les dispositions que vous voulez ensuite !

Prédisposition génétique ?

La grande question de la prédisposition génétique touche aussi le domaine de la minceur, en effet vous connaissez certainement une amie qui mange tout le temps, des gâteaux, des glaces, des pâtes, des plats gras, etc. Et elle est mince comme un clou ! Vous connaissez aussi certainement une autre personne qui se tue, littéralement, pour perdre du poids, qui mange si peu de choses, mais qui est ronde comme un ballon. Une prédisposition génétique est évidente, la programmation génétique fait que les cellules qui stockent le gras se comportent différemment chez chaque individu.

Mais le plus intéressant à savoir est que la génétique dans son acceptation classique est dépassée aujourd’hui et on parle d’épi-génétique. Il s’agit de dire que c’est l’environnement qui compte le plus dans l’activation de tel gène et l’inhibition de tel autre, et non la soi-disant prédisposition. Autrement dit, chacun vient au monde avec un jeu de cartes, à lui de tirer les cartes qu’il veut. Selon les expériences vécues, selon la culture dans laquelle on a baigné (les mots et les systèmes de croyances qui sont répétés à longueur de temps dans votre famille), vous allez activer certains gènes et pas d’autres. Autrement dit, si votre mère vous a toujours interdit de manger « trop gras », qu’elle vous a toujours culpabilisé en vous voyant  préparer un (délicieux) gâteau à la maison en vous disant : « ah mais arrête avec à tu vas encore grossir ! »…Eh bien, prenez-en conscience et mesurez l’impact de ces croyances enfouies au fin fond de votre mental inconscient. Quand vous mangez un gâteau en pensant que « ce n’est pas bien », vos cellules se conduisent avec le gâteau comme un « mauvais intrant », elles stockent beaucoup de gras car elles le considèrent comme non utile, dangereux, toxique. Et stocker dans les cellules adipeuses (graisse) est typiquement la première étape dans le processus d’élimination des déchets dans le corps.

Des gènes de la minceur ?! 

Brittany Watkins (1), une spécialiste américaine de l’EFT explique que pour mincir nous pouvons éveiller nos gènes minceur. Brittany a écrit le livre « Skinny genes » : Les gènes minceur. Elle a lutté contre son propre surpoids et échoué lors de nombreux régimes avant de développer son propre programme dans lequel elle a intégré les outils novateurs mais de plus en plus reconnus partout dans le monde. L’EFT (Emotional Freedom Technique) est une technique de stimulation des méridiens en tapotant sur certains points du corps. Les méridiens étant ces autoroutes par lesquelles circule  l’énergie vitale selon la médecine traditionnelle chinoise.  

Brittany dit qu’ayant elle-même pu vérifier l’efficacité  à long terme de sa méthode, elle a souhaité la mettre à la disposition de toutes les personnes enfermées dans leurs problèmes de poids.

L’émotion est une réaction à la pensée

L’émotion survient suite à l’activation d’une croyance ou d’une idée donnée. Chaque émotion est donc une réaction ou une conséquence à une croyance ou système de croyances imbriquées. Exemple type : vous voyez un chien, vous en avez peur. Autrement dit, vous activez une croyance dans votre tête : le chien est dangereux (peut-être que quand vous étiez jeune, un chien vous a mordu). Ainsi vous ressentez l’émotion « peur ». Par contre, une amie à vous n’a pas peur quand elle voit un chien. Explication : elle, elle active une autre croyance : le chien est un ami, on peut jouer avec lui, c’est amusant. La croyance est différente et donc l’émotion qui en résulte est différente.

Résumons : à chaque fois que vous ressentez une émotion, essayez de décrypter la croyance qui se cache derrière. Vous serez plus libre.