Etre une Femme

Infections vaginales : Comment se protéger ?

Publié le
Infections vaginales : Comment se protéger ?

L’intimité féminine est un écosystème fragile qu’il faut préserver. Avec quelques gestes simples au quotidien et une bonne connaissance de son intimité, il est possible d’éviter de nombreux petits désagréments. Explications !

par Rim Sassi

La meilleure protection contre les infections génitales est de préserver sa flore vaginale.

Composée de très nombreuses «bonnes » bactéries qui préservent ce fragile équilibre, celle-ci ne doit pas être agressée sous peine de provoquer des infections. En effet, lorsque l’on parle de toilette intime, il s’agit uniquement d’une toilette externe afin d’éviter les germes.

La pratique le la douche vaginale, visant, entre autres, à diminuer le risque de grossesse après un rapport sexuel est, quant à elle, vivement déconseillée. Totalement inefficace comme moyen de contraception, elle favorise le développement de mycoses et d’infections telle que la vaginose. En effet, le vagin étant « autonettoyant », il est inutile de faire une douche vaginale sauf en cas de prescription médicale.

La toilette intime

Elle se fait en surface et sans excès. 1 à 2 fois par jour, c’est suffisant. La flore vaginale étant très fragile, bannissez votre gel douche habituel et les produits décapants ou désinfectants, trop agressifs, pour leurs préférer des produits spécifiques au pH neutre, sans parfum et  sous forme de pain, gel lavant,  etc., adaptés à la physiologie féminine. 
De même, utilisez de préférence votre main plutôt qu’un gant de toilette afin d’éviter les germes.
Ne pas utiliser de déodorant, d’huile ou crème sur votre intimité. Quant aux lingettes, vous pouvez les utiliser de temps en temps, à condition de les choisir douces et sans alcool.

Vêtements et sous-vêtements

Evitez le port prolongé de vêtements serrés ou de collants qui favorisent les microtraumatismes par le frottement, la transpiration persistante propice à une humidité prolongée et à la macération.

Portez des sous-vêtements (slips ou culottes mais pas de strings) en coton et non en synthétique ou en nylon, qui encouragent la macération et lavez vos sous-vêtements minimum à 60°, séparément du reste de votre linge  (température conseillée pour détruire d’éventuelles formes de résistances des champignons à l’origine des mycoses).