Etre une Femme

Sous le soleil, la vitamine D gare aux carences

Publié le
Sous le soleil, la vitamine D gare aux carences

Faire le plein de vitamines, c’est la base d’une bonne santé. Mais il y a une vitamine que vous ne trouverez jamais dans votre assiette : la vitamine D. Celle-là, c’est le soleil qui vous permet de la synthétiser. Sans soleil, c’est la carence assurée ! Sous nos latitudes, pas de soucis à se faire, pensez-vous ? Eh bien, au contraire ! Trop de soleil nuit parfois au soleil. On s’en protège, on le fuit, on se camoufle sous les tissus… Résultat : même chez nous, on peut manquer de soleil et donc de vitamine D.

par Sylvie Charbonnier

La vitamine D, c’est sous le soleil qu’on la trouve.

Tout l’alphabet des vitamines, c’est vrai qu’on le trouve dans nos assiettes : A, B, C, PP et les autres.
Mais la vitamine D, c’est sous le soleil qu’on la trouve.

Les apports alimentaires couvrent moins du tiers de nos besoins car cette vitamine est surtout présente dans les poissons gras, et particulier, dans l’huile de foie de morue. C’est donc au niveau de la peau que la vitamine D se forme, sous l’effet des rayons ultraviolets et sous l’action du cholestérol présent dans notre organisme.

Seulement voilà ! Vous savez bien que nous nous camouflons sous des tonnes d’écran total, nous sortons manches longues, même aux plus beaux jours, nous portons des gants dès que nous le pouvons… tout cela de peur que notre teint au soleil ne se fane et pour préserver notre capital soleil ! La mode est au blanc et nous nous y conformons.

Au détriment même de notre santé. Résultat, on estime que plus d’un milliard de personnes sur Terre se trouvent carencées en vitamine D. Dont la moitié sont des femmes ! Pourtant, la vitamine du soleil, comme on l’appelle aussi, nous permet d’avoir des os solides et des muscles efficaces. C’est plus qu’une vitamine. Mais ça, nous l’ignorons ou l’oublions. Par souci d’esthétique. Ou par respect des usages. Il est vrai que chez nous, notamment dans le sud du pays, les femmes restent encore souvent cloîtrées dans leur maison. Et qu’elles n’en sortent que protégées sous de longs habits et des voiles. Autant dire qu’elles ne sont, de leur vie tout entière, quasiment jamais exposées aux rayons du soleil. Le manque d’UV additionné au peu d’activité sportive, ça donne ce que l’on voit souvent : des femmes boiteuses et sans tonus musculaire après la ménopause. Très souvent carencées en vitamine D, elles ont développé des pathologies comme l’arthrose ou l’ostéoporose.

 Et dans les pays du nord ?

Si chez nous, c’est un comble de manquer de soleil, les carences s’expliquent mieux dans les pays du nord. Les hivers y sont longs, l’ensoleillement y est faible et les dermatologues ont tellement mis en garde contre les risques de trop longues expositions au soleil (à juste titre, pour les peaux blanches) que là-bas aussi, on manque trop souvent de son compte de vitamine D. Le mode de vie y est aussi pour quelque chose. Les gens travaillent pour la plupart aux lumières des néons toute la journée et ne sortent des bureaux que la nuit tombée. Et même si, dans le nord, la mode est à la peau hâlée, le temps d’exposition est trop faible pour combler le manque. Résultat, on se jette comme des fous sur tous les compléments alimentaires que le commerce veut bien fournir, comme aux Etats-Unis ! Alors qu’il serait si simple de profiter raisonnablement des rayons du soleil… ou de demander à son médecin une supplémentation, notamment l’hiver.

Pas assez de soleil, qu’est-ce que ça fait ?

Quand on manque de soleil et donc de vitamine D, ce sont les os, surtout, qui s’en ressentent. Davantage de fractures, des risques d’ostéoporose plus importants après la ménopause, des risques d’arthrose, cette usure des cartilages et des os, voire un risque plus important de maladies cardio-vasculaires. Ses fonctions dans notre corps sont nombreuses, y compris pour nous défendre face aux infections, aux cancers et aux rhumatismes inflammatoires.

Chez les petits enfants, on le sait, le risque majeur d’une carence en vitamine D, c’est le rachitisme. Pensez-y si vous avez choisi de nourrir votre bébé au sein.
Le lait maternel n’est pas très riche en vitamine D. D’ailleurs, la plupart des laits maternisés en sont enrichis. Une carence en vitamine D, c’est aussi le risque d’avoir de mauvaises dents. Ça se comprend, quand on sait que cette vitamine du soleil joue un rôle essentiel dans le métabolisme du calcium. Son autre nom est le calciférol, un mot qui vient du latin et qui signifie « qui porte le calcium ». Alors, arrêtez de fuir les doux rayons de l’astre solaire. 15 à 30 minutes par jour d’exposition du visage et des mains aux heures les moins chaudes dans les régions ensoleillées et peu polluées suffisent. D’autant plus, sachez-le, que les peaux brunes ou noires sont un écran naturel aux UV.