Etre une Femme

Le stress, ennemi numéro 1 de votre peau

Publié le
Le stress, ennemi numéro 1 de votre peau

Vous aurez beau vous procurer la plus coûteuse des crèmes, à base de bave d’escargot et autres ingrédients tout aussi peu appétissants, vous offrir régulièrement des séances de soins hors de prix et même manger quantité de fruits et légumes par jour, votre peau gardera son aspect terne, tant que vous-même ne serez pas zen. Eh oui ! Comme quoi, la beauté vient (aussi) de l’intérieur !

par Zeineb Guizani

Quelques astuces pour y remédier

Puisqu’il est scientifiquement prouvé que notre peau se marque de nos émotions, le remède doit se faire d’abord de l’intérieur. Pour cela, commencez par une bonne gestion de la pression en gérant bien votre temps. Dès que vous arrivez chez vous, oubliez vie professionnelle et exigez le calme. Vous pouvez, avant d’aller au lit, vous relaxer dans un bon bain chaud aux huiles essentielles : détente garantie ! Apprenez aussi à bien respirer : une bonne méthode respiratoire est un moyen assuré pour évacuer tout le stress accumulé durant la journée et les tensions. Un bon rituel de soins de la peau est aussi exigé pour garder une peau souple et fraîche. On gomme une à deux fois par semaine, on tonifie et on hydrate.

A quoi ressemble une peau stressée ?

Stressés, ce ne sont pas uniquement nos nerfs qui seront à fleur de peau, notre épiderme le sera également, car la peau est, en effet, en elle-même un organe sensoriel, parcouru de terminaisons nerveuses. L’impact du stress sur la peau est apparent, dès le début des bouleversements qu’il opère dans notre organisme, du fait de la libération des catécholamines, hormones du stress, ainsi que la noradrénaline, l’acétylcholine etc.…qui agissent sur les cellules de la peau. Ces hormones agissent sur les glandes sudoripares qui se mettent à libérer beaucoup de sueurs, d’où l’effet « mains moites », sur la peau, d’où l’irisation des poils et la couleur du visage qui pâlit, à cause de la vasoconstriction des vaisseaux. Mais en état de stress élevé, le cerveau se met à envoyer quantité de messages embrouillés aux cellules cutanées qui entraînent des réactions épidermiques parfois un peu trop intenses. La peau en devient déséquilibrée car, si elle est à tendance sèche, elle n’en sera que plus sèche, et grasse elle le deviendra excessivement. La barrière naturelle qu’elle possède, face aux agressions extérieures, se fragilise et là, c’est la porte d’entrée à l’eczéma, au psoriasis, aux proliférations de boutons (même à l’âge adulte), aux verrues et aux dermites séborrhéiques, tellement inesthétiques. Même le cuir chevelu en pâtit, d’où le phénomène des démangeaisons, des chutes de cheveux et de leur très lente repousse.

Stresser, c’est vieillir à vitesse grand V !

Il faut savoir que, comme n’importe quel organe, la peau vieillit. Mais la dégradation de sa qualité et le processus de vieillissement qui s’en suit dépendent énormément de la personne, si elle est de nature anxieuse ou pas. L’épiderme d’une personne angoissée diffère énormément de celui d’une personne de nature zen, et cela se voit ! En effet, les relations entre la peau et le cerveau sont très étroites. En état de stress, le complexe hypothalamus- hypophysaire sécrète du cortisol dont les désastreuses conséquences sur la peau sont visibles, même à court terme. C’est pour cela qu’il vous est déjà arrivé de croiser deux personnes dont l’une, pourtant plus jeune que l’autre, vous fera penser qu’elle est plus âgée. Le cortisol est l’hormone même du vieillissement car elle agit directement sur la matrice cellulaire de la peau, en faisant perdre à l’épiderme son élasticité et son épaisseur. Et de même que nous nous ruons sur le chocolat en état de stress, les cellules de la peau puisent, avec désordre, dans les réserves dermiques pour se nourrir et, avec le temps, la peau en devient terne, sèche, déséquilibrée et fortement carencée à cause du manque de magnésium, d’oligo-éléments, vitamines et sels minéraux que cela engendre. Tout ce désastreux enchaînement qu’entraîne le stress sur la peau mène à l’apparition de rides marquées sur les ailes du nez, le front, le contour de la bouche et le coin des yeux.