Mes Gosses

Allaitement du lait maternel au sevrage de bébé

Publié le
Allaitement du lait maternel au sevrage de bébé

Le lait maternel est l’aliment idéal pour les nouveau-nés et les nourrissons. Cet allaitement maternel procure des moments inoubliables et surtout un lait parfaitement adapté à la physiologie du nourrisson. Nombreuses sont les idées reçues sur l’allaitement maternel. Certaines sont justes, d’autres fausses. Les explications du Pr Zahra Marrakchi chef de service de néonatologie à l’hôpital Charles Nicolle de Tunis et présidente de la Société Tunisienne de Néonatologie

L’avis du spécialiste Zahra Marrakchi

chef de service de néonatologie à l’hôpital Charles Nicolle  de Tunis et présidente de la Société Tunisienne de Néonatologie>

Pouvez-vous nous dire pourquoi l’allaitement est la meilleure source de nutrition pour les nouveau-nés ?

Les bénéfices de l’allaitement maternel sont innombrables et ne concernent pas uniquement le nouveau-né mais aussi le futur adulte. C’est un moyen de prévenir les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, les allergies, l’asthme, ou même, pour la mère, le cancer du sein avec un allaitement prolongé. L’allaitement est l’alimentation la plus adaptée au bébé pour favoriser sa croissance, son développement et sa santé. Cette alimentation a un effet préventif sur les diarrhées aiguës, il y a moins d’infections ORL à partir du moment où le bébé est allaité, et l’allaitement joue encore un rôle de prévention en réduisant le risque de dermatite atopique, d’eczéma et d’asthme.

La pratique de l’allaitement est-elle largement pratiquée en Tunisie ? 

Elle était largement pratiquée en Tunisie. C’était une tradition dans nos sociétés tunisiennes. La femme après l’accouchement allaite. Le lait maternel est la source principale d’alimentation pour le nourrisson. Mais depuis quelques années, on assiste à un relâchement de cette pratique dû à plusieurs facteurs. Il faut dire qu’en Tunisie, 39 % des mamans optent pour l’AM dès la première heure de la naissance et seulement 8,5 % d’entre elles recourent à l’allaitement maternel exclusif durant les six premiers mois de la naissance. Dans les régions du nord-ouest, elles ne représentent que 2 % de la population maternelle. 

Qu’est-ce qui peut compromettre la pratique de l’allaitement ?

C’est peut-être le manque de sensibilisation. Tout de suite après l’accouchement, la femme se trouve désemparée et perdue. Etant jeune, elle ne sait pas s’y prendre avec le bébé. Elle est angoissée et a l’impression que son lait n’est pas suffisant. Elle n’a pas confiance en elle et se rabat facilement sur le lait artificiel. Aujourd’hui, il est temps de focaliser davantage l’intérêt sur la santé du bébé. Pour la réussite de l’allaitement maternel, il faudrait qu’on mette le paquet dès les tous premiers jours après l’accouchement et surtout durant le séjour de la femme en maternité. Il faut qu’il y ait un encadrement et un accompagnement de la mère. Aussi, la Société tunisienne de néonatologie s’engage dans la consolidation des efforts nationaux à cet effet, à travers l’organisation de sessions de formation destinées aux professionnels de la santé

Comment sevrer le bébé et lui faire entendre qu’il est temps d’arrêter le sein ?

Le sevrage doit se faire en douceur et très progressivement et non d’une façon brutale. On doit laisser les choses évoluer par elles-mêmes et dès que le bébé prend autre chose que le sein maternel, la quantité de lait produite par le sein va diminuer progressivement. Le sein n’est pas un réservoir de lait. C’est un organe biologiquement actif qui répond au besoin. Plus il y a demande, plus il y a production. Quant on le sollicite moins, il produit moins. Dès que l’enfant commence à manger autre chose, la quantité de lait va baisser progressivement et le sevrage se fera de lui-même. Donc, il faut éviter le servage brutal. C’est horrible aussi bien pour le bébé que pour la mère.

Quels conseils donnez-vous aux mères qui souhaitent allaiter ?

Je leur dirai tout simplement : battez-vous pour allaiter votre bébé. Attention aux idées reçues. La première démarche, c’est de travailler sur leur motivation  et ce, dès le début de la grossesse. Pourquoi allaiter ? Le biberon n’est pas la solution. Malheureusement même avant la naissance de bébé, on commence à préparer son trousseau et on s’équipe de biberon. C’est dommage. Il faudrait éviter cela et encourager l’allaitement maternel. C’est l’affaire de tout le monde.