Mes Gosses

Allaitez, bébé sera plus fort

Publié le
Allaitez, bébé sera plus fort

C’est fou ce qu’il fait chaud !je me sens vidé, la sueur dégouline de partout et tout le monde semble vaporeux. Je ne dirai pas non à une bonne boisson désaltérante et rafraîchissante pour me requinquer. Ah mais non, mais non, il est hors de question que je prenne ce biberon.

par Hajer Missaoui

Maman ! Comment oses-tu me donner cette contrefaçon à la place de ton si bon lait ? Ce n’est pas parce que je suis tout petit que je ne sais pas faire la différence. Approche un peu que je te conte à quel point il me fait du bien.

1 Je tombe moins malade

Jusqu’à l’âge de six mois, l’organisme de bébé est incapable de produire ses propres défenses immunitaires. Il dispose comme moyen de protection des réserves transmises par sa mère pendant la période de gestation et les anticorps contenus dans le lait maternel. Cet apport continue tout au long de la période d’allaitement au sein, donnant un avantage considérable à leur bénéficiaire : bébé est moins exposé au risque de diarrhées, gastroentérites, très fréquentes en saison chaude. Mais il a aussi une meilleure protection vis-à-vis des affections des voies respiratoires et des otites.

 

2 On fait des économies

Pourquoi dépenser inutilement alors qu’on a des réserves suffisantes en quantité et excellentes en qualité ? Sans oublier les biberons qui se cassent, le chauffe biberon, le stérilisateur…Avec la montée vertigineuse des prix des produits de consommation, il faut faire bien attention au porte monnaie. Pensez plutôt à mettre un peu d’argent de côté pour payer les futures études, le portable dernier cri, la voiture flambant neuve… qu’il ne manquera pas de réclamer dans quelques années.

3 On protège l’environnement

Pas la peine de rire, c’est vrai. On sort le sein, on tète, on range. On ne met rien à la poubelle, on n’a pas d’emballages non recyclables qu’on pourrait laisser traîner derrière soi, pas de produits chimiques et encore moins toxiques qui polluent l’environnement et l’atmosphère. Ce n’est pas un comportement écolo ça ?

4 Ça permet d’éviter les indigestions

Avec la chaleur, rien de plus pénible qu’une digestion lente qui laisse bébé ballonné et mal à l’aise. Le lait maternel est presque complètement digéré en une demi-heure grâce aux enzymes actives qu’il contient, et à ses protéines parfaitement adaptées à la précarité du système digestif du poupon. De plus, il est assimilé en quasi-totalité par l’organisme du nourrisson, le rendant de loin plus bénéfique que le lait infantile (bio-disponible).

5 Ça s’emmène partout

Lorsque bout de chou tète directement au sein, il est clair que l’attirail qui suit lors de sa sortie se réduit considérablement. En voiture, à la plage, ou encore chez des amis, les prises de têtes pour savoir où rincer le biberon, où réchauffer l’eau ou encore pourquoi papa a oublié de mettre le doseur de poudre, sont oubliées.

Sans compter que le lait maternel est stérile, toujours à bonne température, et surtout il n’a pas besoin d’être jeté au bout d’une heure.

6 On ne s’en lasse pas

Contrairement au lait en poudre, le lait maternel n’a pas de goût constant. Celui-ci est tributaire de ce que mange et boit la maman, ce qui permet à l’enfant de découvrir les différentes saveurs et de s’y habituer bien avant la diversification alimentaire.

7 Séance de relaxation gratuite

Pas besoin de s’inscrire à un cours de yoga pour se relaxer. Comme les choses sont bien faites, la tétée va stimuler la sécrétion d’endorphines, remède miracle à plus d’un titre. Elles vont provoquer une sensation de détente et de bien-être chez la mère ainsi que chez son bébé, elles permettent aussi de soulager les douleurs chez bébé et activer la sécrétion de prolactine qui elle, va renforcer la relation fusionnelle qui unit ces deux êtres tout en permettant de maintenir la lactation.

Bon à savoir : L’allaitement au sein c’est bon pour maman aussi.

Beaucoup de femmes pensent que mettre leur enfant au sein constitue une grosse contrainte. Pourtant tout en lui offrant ce qu’il y a de mieux, saviez vous que, vous aussi, vous en profitiez ?

Il a été démontré qu’une durée d’allaitement de douze mois réduisait de 30 % le risque de cancer du sein durant la pré-ménopause et qu’une durée d’au moins deux mois faisait baisser de 25% le risque de développer un cancer des ovaires ? De tels chiffres prêtent à réflexion non ?