Mes Gosses

Un bébé bien emmailloté ! Est-ce une bonne idée ?

Publié le
Un bébé bien emmailloté ! Est-ce une bonne idée ?

Un bébé posé sur un lit enroulé de tissu comme un saucisson ou une petite momie, les bras coincés le long du corps, voilà une image qu’on croyait presque disparue. Détrompez-vous, vivace encore dans les familles rurales et de retour à la ville, l’emmaillotage des nourrissons est toujours un sujet d’actualité. Livret Santé revient sur cette pratique ancestrale… explications.

par Florence Pescher

L’emmaillotage des bébés remonte « à la nuit des temps » dit Catherine Rollet, historienne spécialisée dans l’enfance. En Asie, en Amérique latine et en Europe les mamans emmaillotaient leurs enfants pour les protéger du froid, des prédateurs et même pour pouvoir les suspendre à un crochet en hauteur leur permettant de s’éloigner. Cette pratique avait, outre l’idée qu’elle permettait une croissance des bras et des jambes bien droites, pour objectif de favoriser l’endormissement des bébés en reproduisant les sensations du cloisonnement in utéro. Un nourrisson ligoté était ainsi censé être calme, ne plus être livré à son « animalité » et ne plus se réveiller brutalement avec des mouvements désordonnés des bras.

Le « swaddling »

Très décrié au 18ème siècle par le corps médical, l’emmaillotage généralisé des bébés a progressivement disparu des pays occidentaux, il est aussi devenu plus rare dans le Maghreb. Mais voilà que, rebaptisée « swaddling » ou « wrapping » par les Américains qui l’ont remise à la mode, la technique refait surface en Europe, façon new age avec même des couvertures spéciales emmaillotage telles que la couverture Miracle lancée en 2007 par Red Castle ou le cocoon d’emmaillotage bio de Peace&Whool. Désormais, les adeptes de l’emmaillotage préconisent « de n’empaqueter » les bébés que pour la nuit et/ou la sieste et pas au-delà de 3 ou 6 mois. La pratique a pour but de calmer les angoisses du nourrisson et d’éliminer les problèmes d’endormissement. Ces nouveaux momifieurs proposent différents emmaillotages, du complet au demi-corps laissant les jambes libres par exemple et, contrairement à ce qui se faisait autrefois, avec les bras pliés, mains sur le nombril. Le bébé est alors supposé se calmer en quelques minutes, il n’éprouve plus la peur du vide. Autre pratique dérivée de l’emmaillotage, le portage du bébé en écharpe offre une alternative à celles qui hésitent à entraver les mouvements de leur nourrisson.

Tout ça, c’est une belle théorie mais selon une étude publiée par la revue pédiatrique Archives of Disease in Childhood, les chercheurs américains s’alarment et alertent sur le retour des problèmes de luxation de la hanche qui ont refait surface massivement depuis que plus de 90 % des Américains suivent le retour à la mode de l’emmaillotage.

Car les mouvements du nourrisson permettent à cette articulation de se développer en laissant la tête du fémur libre de bouger dans la cavité de l’os tandis que l’emmaillotage fixe les anomalies et engendre le boitement. In utéro, le bébé n’a pas la place de bouger comme il le veut et sa position empêche le fémur de s’emboîter correctement sur l’os du bassin, parfois même il se déboîte. Enfermer les jambes du bébé aggrave les problèmes, quand au contraire c’est la position jambes écartées et en flexion qui permet la guérison de l’anomalie. D’ailleurs, si en Afrique (hors Maghreb) la luxation de la hanche n’existe quasiment pas, c’est parce que les bébés sont portés au dos des mamans, jambes écartées dès la naissance.

Le retour de l’emmaillotage généralisé aux Etats-Unis et en Angleterre a fait remonter en flèche les problèmes de hanches qui engendre des traitements lourds avec pose de plâtres, mise en traction pendant plusieurs semaines et chirurgie. Quant aux mouvements brusques de réveil, interprétés comme des angoisses de vide par les adeptes du bébé cocon, il ne s’agit en fait que du réflexe de Moro, un réflexe archaïque qui disparaît normalement après le troisième mois et qui est un révélateur médical du bon fonctionnement ou des anomalies du système nerveux de l’enfant. De plus, dès que le bébé arrive à se retourner tout seul, les risques d’étouffement dus à l’emmaillotage sont accrus.

L’emmaillotage n’est donc pas la panacée et s’il vous permet d’effectuer des nuits complètes dès les premiers mois de bébé, il pourrait vous créer bien des soucis et regrets par la suite.