Mes Gosses

Bien porter bébé

Publié le
Bien porter bébé

Avoir un bébé, c’est bien la plus belle chose au monde. Une fois l’accouchement terminé nous n’avons qu’une seule envie, le sentir « lové » contre nous. Aucune patience et nous pestons malgré la fatigue contre les infirmières qui mettent trop de temps pour nous le ramener et nous permettre enfin de le serrer tendrement dans nos bras.

par Hajer Missaoui

Ce besoin ne se dissipera pas au fil des jours, au contraire, il ira en grandissant. Nous n’avons pas quatre mains, mais nous sommes assez maligne pour trouver un moyen de garder bébé avec nous tout en vaquant à nos occupations, non ?

Un être si fragile à porter

Il va de soi qu’on ne porte pas un bébé comme on porte un sac de patate. Et pour cause, le nouveau né est très fragile.
Sa colonne vertébrale n’est pas droite comme celle des adultes mais arrondie et ce, du bas du dos jusqu’à la nuque. Il faut environ un an pour qu’elle se redresse et prenne son allure définitive. Un bébé a bien des muscles à ce niveau, mais ils ne sont pas encore en mesure de se contracter convenablement et garantir sa protection. La nuque est aussi une zone sensible car c’est la zone de jonction entre le cerveau et la moelle épinière. Elle court de sérieux risques, particulièrement à cause de la tête qui, en bas âge, a une taille disproportionnée par rapport au reste du corps. Trop lourde à porter, elle va tanguer dangereusement menaçant de rompre son support si fragile. Pour ce qui est des hanches, leurs os sont mous et malléables. La cavité fémorale n’est pas encore creusée. C’est le fémur qui va contribuer à sa formation et c’est pour cela qu’on a tout intérêt à ce qu’il soit bien positionné.
Vous comprenez mieux pourquoi la façon de porter bébé et de le maintenir est très importante.

 Un principe très simple pour porter bébé

Le plus important, lorsqu’on veut porter un bébé, c’est de respecter la position physiologique qu’il prend instinctivement : il courbe le dos, replie ses jambes et relève ses genoux vers le ventre ; ce qui le fait ressembler un peu à une grenouille, d’où le surnom donné à cette position. Par contre l’enfant ne devra en aucun cas reposer sur ses organes génitaux et avoir les jambes pendantes.

L’avantage ?

Cette promiscuité crée chez l’enfant un sentiment de sécurité, lorsqu’il est en contact intime avec l’un de ses parents et qu’il sent leur odeur.

En plus, la marche crée un mouvement régulier qui lui rappelle sa vie dans le ventre de sa maman et cela l’apaise. Quant à papa et maman, ils auront les mains libres pour vaquer à leurs occupations, tout en ayant leur bout de chou contre eux.