Mes Gosses

Bisphénol A Attention danger !

Publié le
Bisphénol A Attention danger !

Il y a de cela quelques mois naissait une polémique dans les pays industrialisés autour des biberons en plastique. L’un des composants, le bisphénol A (BPA), a été accusé de causer troubles endocriniens, cancers et autres maladies métaboliques. C’est ainsi que l’utilisation de ce produit a été interdite dans la fabrication de matériel de puériculture (biberons, tétines…). Mais ce que la grande majorité des personnes ignore, c’est que le BPA est présent quasiment partout autour de nous et que tout le mode est concerné.

par Ikrame Benchikh

Qu’est-ce que le bisphénol A ?

Le bisphénol A (BPA) est un composé chimique issu de la réaction entre le phénol et l’acétone. Il est généralement utilisé dans la fabrication de plastiques et de résines.
Il entre également dans la composition du polycarbonate, plastique rigide et transparent que l’on retrouve dans de nombreux récipients alimentaires.

C’est en 1989 qu’Ana Soto et Carlos Sonnenschein font la découverte accidentelle d’oestrogènes synthétiques (xénoestrogènes) qui perturbent le déroulement de leurs expériences : provenant des tubes en plastique supports des expériences, ces molécules ont contaminé les milieux de culture expérimentés. Et c’est en cherchant l’origine de ces perturbations qu’ils découvrent, parmi les oestrogènes synthétiques entrant dans la composition du plastique, des substances chimiques de type phénols, dont le bisphénol.

Où le trouve-t-on ?

On le retrouve dans les bonbonnes réutilisables, les biberons, la vaisselle, les récipients de conservation, le revêtement des conserves, des cannettes de sodas, le petit électroménager de cuisine…
Cette substance sert également d’antioxydant, de détergent (pour les nettoyages industriels comme celui de la laine) ou encore de spermicide dans les mousses contraceptives utilisées avec un diaphragme ou dans les préservatifs. Le BPA est donc très présent dans notre vie quotidienne.

Comment agit-il sur nous ?

Une étude publiée en avril 2008 dans le Journal of the American Medical Association confirme les liens établis entre les taux urinaires élevés en BPA et le diagnostic de maladies graves : plus une population absorbe du BPA, plus le risque de développer entre autres des pathologies cardiovasculaires, des diabètes, des problèmes de surcharge pondérale, des stérilités et des anomalies hépatiques s’accroît, car notre organisme stocke le BPA mais ne l’élimine pas. Ainsi, 95% des Américains testés ont montré des traces de BPA, tandis que la même étude en Chine n’a montré ces traces que sur 50% des personnes testées. Comme notre mode de vie ressemble plus à celui des Américains, il est fort probable que nous présentions le même taux. L’exposition en bas âge augmenterait chez les enfants les problèmes d’attention, d’hyperactivité et créerait une prédisposition aux cancers en affectant la programmation génétique du développement des individus.

Comment l’éviter ?

Pour les enfants :

● Changer régulièrement de biberon, plus un biberon est usé, plus il libère du BPA. Le mieux serait de les choisir en verre.

● Utiliser des ustensiles de puériculture en polypropylène et en silicone garantis 0% bisphénol

● Préférer les laits de substitution en poudre vendus dans des emballages en carton, ou en plastique sans bisphénol A.

Plus généralement :

● Stocker la nourriture dans les matériaux actuellement les plus sûrs :

gré, verre, inox ou acier inoxydable, terre cuite, céramique.

● Ne pas réchauffer (surtout aux micro-ondes) de la nourriture ou des boissons dans des récipients en plastique contenant du BPA. Privilégier des contenants en silicone, en polypropylène, en céramique ou en verre.

● Éviter de laver des bouteilles en polycarbonate avec des détergents puissants ou au lave-vaisselle, ces agents contribuent à détruire les liaisons qui forment le plastique, libérant ainsi le bisphénol A ; lavez-les plutôt à l’eau chaude savonneuse avec une éponge.

● Utilisez des bouteilles en verre ou en polypropylène plutôt qu’en polycarbonate.

● Réduisez votre consommation d’aliments et boissons en conserve. Vous limiterez ainsi l’exposition des membres de votre famille au BPA présent dans la paroi des contenants. Et même si ce n’est pas facile dans notre pays, évitez également les conserves très acides (tomates en boîte) ou grasses (poisson à l’huile), car le bisphénol A réagit au contact des acides et des lipides.■