Mes Gosses

Fournitures scolaires, équation à plusieurs inconnues

Publié le
Fournitures scolaires, équation à plusieurs inconnues

Ils ne ratent pas une occasion. Dès qu’il y a un événement, les marchands ambulants poussent comme des champignons, adaptant leur offre au gré de la conjoncture. On les trouve presque partout, dans les marchés, dans certaines de nos rues, au bord ou sur les trottoirs… à vendre leurs marchandises à un prix dérisoire.

par Fatma Bayari

Dans quelques jours, à la veille de la rentrée scolaire, vous les verrez étaler toutes sortes de fournitures scolaires, en lieu et place des diverses panoplies de jeux et jouets pour enfants proposées à l’occasion de l’Aïd El Fitr. Ils vous interpelleront, à leur façon, celle de vendeurs malins qu’ils sont tous : « stylos, crayons, feutres… tout est à un dinar ! ». Succession de dépenses et désir de faire des économies aidant, plusieurs parents se prêtent volontiers au jeu et achètent ces fournitures sans pour autant se soucier de la qualité des matières avec lesquelles elles sont fabriquées.

C’est le souk bou dinar qui s’installe, faisant une concurrence déloyale aux librairies et aux grandes surfaces avec des marchandises à des prix insignifiants. « Les fournitures scolaires dans les librairies et les grandes surfaces sont onéreuses. Je préfère donc en acheter chez les marchands ambulants, ça revient moins cher », avoue Najoua, mère de deux enfants âgés de six et huit ans.

Certes, économiser un peu d’argent en achetant cinq stylos ou bien une douzaine de crayons de couleur à un prix modique, cela pourrait être une bonne affaire. Surtout après les grosses dépenses auxquelles on a eu à faire face successivement ces derniers temps, Ramadan, Aïd et tout de suite après la rentrée scolaire. Du trois en un ! Mais rappelez-vous ce dicton  » ken ajbik rokhsou fethneya lawah nossou  » (si la modicité de son prix t’a plu, jettes-en la moitié en chemin).Ces produits sont non seulement de mauvaise qualité mais surtout nocifs pour la santé de nos enfants.

Bien choisir leurs fournitures

Feutres et marqueurs

L’odeur forte se dégageant des feutres et des marqueurs correspond à celle de solvants toxiques : trichloroéthane, toluène, ou encore xylène. Optez plutôt pour les feutres fabriqués à base d’eau.

 Gommes

Les enfants sont souvent tentés par l’achat des gommes ayant différentes formes et ayant une odeur attractive, de telle sorte qu’ils cèdent parfois à la tentation de sucer et mâchouiller ces produits. Expliquez à votre enfant que ces produits sont toxiques. Achetez plutôt une gomme non teintée en caoutchouc naturel et de couleur beige opaque.

Une étude danoise a révélé que certaines gommes contiennent des phtalates. Evitez les gommes placées à l’extrémité des crayons.

Effaceurs

Lorsque ceux-ci se dessèchent, les petits ont tendance à les mettre à la bouche pour les humecter afin qu’ils fonctionnent de nouveau. Sauf que ces produits sont dangereux puisqu’ils contiennent du savon, de la soude et du thiosulfate de sodium, parfois même du formaldéhyde, qui sont des substances toxiques.

Colles

De nombreux accidents sont survenus à cause de la colle. Certains enfants, par curiosité, s’amusent à inhaler la colle sans savoir que cette pratique a des incidences négatives sur leur santé. Donc évitez d’acheter des colles contenant des solvants. Optez plutôt pour des colles à base végétale (fécule de pommes de terre par exemple). Elles sont pratiques pour les travaux scolaires.

Cartables

Un cartable ne doit pas dépasser 10% du poids de votre enfant. Donc, optez pour un cartable matelassé, disposant de bretelles larges et réglables que votre enfant peut porter sur les deux épaules.

 Gare aux métaux lourds

Les fournitures scolaires achetées auprès des vendeurs à la sauvette sont dangereuses pour les petits écoliers en raison de leur teneur en métaux lourds, notamment le plomb et le cadmium.

Les petits ont tendance à mâchouiller les extrémités de stylos, à grignoter les crayons vernis et colorés, ainsi qu’à lécher, pour certains, les marqueurs pour les faire fonctionner de nouveau. Résultat : risque de contamination par les molécules chimiques toxiques. En vertu de la loi 92/117 relative à la protection du consommateur, il est strictement interdit d’importer, de fabriquer ou de commercialiser des articles scolaires susceptibles de contenir des quantité de métaux lourds dépassant les normes homologuées en vigueur et fixées par arrêtés, comme le plomb, le mercure, le chrome et le cadmium ; telles que la colle, les crayons de couleur, les stylos, les pâtes à modeler et les protèges cahiers. Il est également prohibé de vendre certaines fournitures scolaires en forme de légumes ou de fruits.