Mes Gosses

Les enfants de la télé

Publié le
Les enfants  de la télé

L’image est partout dans notre société. On a calculé qu’un individu visualise environ 2000 images, pendant une journée, entre publicité en affichage urbain, sur les bus, sur les arrêts de bus ou dans les stations métro, à la télé, etc. Les enfants, même les plus jeunes, ne sont pas épargnés par ce phénomène, global.

par Sondes Khribi Khalifa

La consommation d’images, qu’elles soient télévisuelles ou autres, augmente chez les petits et même les tout-petits de façon exponentielle et ceci pratiquement partout dans le monde…Enfants de la télé ?

Société des écrans…

Nous vivons, de fait, dans une société des écrans. Nos enfants sont peut-être les plus exposés à ce phénomène. Ils ont des écrans sur leurs téléphones portables, ils ont des jeux vidéo, ils ont des ordinateurs portables, sans bien sûr compter le meuble le plus présent de la maison : la télévision. Dans certains foyers, la télévision est allumée du matin au soir. Un peu comme dans tous ces magasins, ces pâtisseries cafés et salons de thé, etc.

Cela peut être un progrès, si ces écrans sont orientés vers un apprentissage intelligent, quand ils sont exploités dans le bon sens. Mais ce n’est, manifestement, pas un progrès quand ces écrans inhibent les capacités de réflexion individuelle, quand ils remplacent la vie sociale et l’échange ou pire, quand ils permettent de diffuser de la violence, gratuite. De la violence, il y en a beaucoup oui, sur ces jeux vidéo dont raffolent nos enfants et qui les tiennent en haleine, des heures durant. De la violence il y en a de plus en plus sur nos télévisions de toutes les façons, comme sur la toile du web. Dans ce cas précis, l’avalanche d’images donne probablement un résultat contraire, à savoir la banalisation de la violence.

Ce n’est pas si anodin que cela cette invasion des écrans. Ce n’est pas forcément un progrès non plus.

La juste dose…

Est-ce que votre adolescent peut faire une overdose d’images ? Ou alors sont-elles le vecteur de communication et d’apprentissage que nous offrent le progrès technologique…et l’époque ? Oui et non. Pas de réponse tranchée…

Non, quand c’est excessif, quand cela dure des heures, sans aucune surveillance. Non, quand les programmes télé ne sont pas adaptés à l’âge de l’enfant, quand le papa regarde un film de guerre avec des scènes de violence, scènes qui peuvent s’imprimer dans l’inconscient de l’enfant, lui causer des cauchemars ou autres complications à l’âge adulte. Non, quand c’est votre solution pour vous débarrasser de la « charge » que peut constituer un enfant, pour un parent qui n’a pas le temps…

A votre adolescent, vous devriez expliquer que l’écran ne doit pas remplacer le monde réel, que rien ne vaut un match de foot avec les copains. Vous devriez également encadrer votre enfant, du mieux que vous pouvez. Quels jeux il achète, qu’est-ce qu’il fait exactement sur le net, etc. Conseil ultime : l’écran de l’ordinateur doit toujours être en face de vous, dans le séjour par exemple.

Enfin, évitez absolument la télé ou les jeux vidéo le soir avant le coucher. C’est à cause de l’exposition prolongée et non surveillée aux programmes télé, à l’internet et aux différents jeux, que certains enfants présentent des troubles d’hyperactivité plus tard. Rien ne vaut une petite lecture avant le coucher ! Pensez donc à acheter à votre enfant des contes, des revues sur les domaines qui le passionnent, ça peut être la musique, les animaux, les sciences en général, etc. Donnez-lui, en tout cas, les moyens d’un épanouissement autre que par les écrans…

Un épanouissement qui suscite ses propres facultés cognitives et créatrices..

Aujourd’hui, il y a des chaînes dédiées aux enfants de moins de 3 ans.

Nos enfants commencent à regarder la télé dès leur jeune âge. Plusieurs questions se posent alors : est-ce dangereux pour bébé, si tôt…de regarder la télé ? Solution de facilité…C’est peut-être ce que vous pensez tout bas… « Au moins, il y la télé, ça me permet de faire autre chose, sans que bébé puisse me distraire…une pause de temps en temps ! ».

La bonne question à se poser est la suivante : est-ce que les dessins, les formes et les couleurs qui bougent sur le petit écran accélèrent son développement psychomoteur ? Ou, au contraire, vont-elles le ralentir…

Il est capital, pour le développement psychomoteur d’un enfant, qu’il puisse jouer, découvrir des choses dans son environnement, les expérimenter…plutôt que de rester figé devant des images. Mais ne culpabilisez pas, la télé peut, effectivement, jouer un rôle de baby-sitter, à la seule condition que ce soit mesuré. Pas d’excès. Il ne faut pas laisser votre enfant des heures durant, devant le petit écran. Le danger est là, si vous vous désengagez et que vous « sous- traitez » la totalité de l’éducation de votre enfant, à la télé.

Le danger est là, si vous vous désengagez et que vous laissez l’éducation de vos enfants à la télé.

La télé c’est bénéfique, quand cela est bien fait. Autrement, quand vous êtes là, que le programme télé est accompagné et non consommé de façon passive. La télé ou le web permettent alors de booster considérablement les facultés cognitives de votre enfant, si vous les stimulez.

A votre bébé vous direz par exemple « Ça, ça s’appelle bleu, comme la mer, elle est bleue, comme les yeux de maman… c’est une couleur », « Ça s’appelle un lion, c’est un animal », « Regarde comment il sourit, il est content quand il sourit » etc. Rappelez-vous toujours que pour développer ses capacités psychomotrices, cognitives et affectives, l’enfant doit s’appuyer sur la relation avec un adulte.

Amani 15 ans de Bizerte

« La télévision, ce n’est pas vraiment mon truc, je préfère internet. Je suis toujours connectée ! Je vais sur FB avant de me laver le visage le matin, je regarde ce qui se passe et je commente… je vais déjeuner et tout… ensuite je reviens. Après, même au lycée je suis connectée, depuis mon téléphone, mon père vient de m’offrir la 3G ! Je ne vois pas en quoi cela dérange les grandes personnes ou les profs que, nous, les jeunes, soyons toujours connectés ! Nous sommes une génération différente, c’est tout. Chaque génération a ses spécificités et chaque époque est différente. Il faut nous laisser vivre ! »

Moufida 56 ans de Sousse

« La télévision, c’est un grand danger à mon avis. Moi, personnellement, j’ai fait très attention ces dernières années en éduquant mes enfants car je sais que la télévision sans limites, ça peut complètement déboussoler un jeune adolescent. Et puis, vous savez, avec la nature des séries et des émissions qu’on passe pour les jeunes (soit disant) dans MTV et compagnie…Je ne suis pas du tout sûre que c’est le genre d’environnement dans lequel je voudrais que mes enfants grandissent. Je peux vous dire qu’à 15 ans ce sont toujours des enfants, des enfants avec des corps d’adulte, mais ils sont extrêmement influençables et nous, parents, devons assumer toutes nos responsabilités. Voilà ce que je pense »

Mourad 22 ans de Morneg

« Je suis un fou des jeux vidéo ! C’est ma grande passion. Je passe des heures et des heures à jouer. Je ne me rends même pas compte que j’ai faim parfois. Surtout quand je joue en réseau, je ne vois pas du tout le temps passer. C’est une autre vie pour moi le jeu virtuel, je parviens à être ce que je ne peux pas être dans la vie réelle. Je conduis des voitures de luxe, je roule à 300 à l’heure, je peux frapper des gens dans la rue et passer…. ! Il n’y a pas d’interdits, je fais ce que je veux, et j’adore ! ».

Sameh 34 ans de Monastir

« J’ai deux enfants jumeaux, ils ont à peine 3 ans maintenant et, sincèrement, je ne sais pas ce que je ferais, sans la télé ! Mes enfants se disputeraient tout le temps, ce serait insupportable. Rien ne vaut la télé pour les calmer ! Je leur achète des jouets, des puzzles pour leur âge, des crayons pour faire du coloriage, etc. Mais il n’y a aucune activité qui parvient à les calmer comme leurs séries de dessins animés préférés. Ils commencent d’ailleurs à réclamer des jouets à l’effigie de ces héros. Je fais avec ! Et merci la télé ! »