Mes Gosses

Maladie cœliaque : Gare au gluten !

Publié le
Maladie cœliaque : Gare au gluten !

La maladie cœliaque ou intolérance au gluten est, de nos jours, une des maladies digestives les plus fréquentes. Sa connaissance a beaucoup progressé durant ces dix dernières années, mais le seul traitement connu reste l’éviction totale du gluten de l’alimentation. Avant de commencer un régime aussi astreignant, il faut établir avec certitude un diagnostic précis.

par Imen Ben Abdelkader

La maladie cœliaque est une intolérance permanente à une ou plusieurs fractions protéiques du gluten. Elle provoque une atrophie villositaire (destruction des villosités de l’intestin grêle). Il s’ensuit une malabsorption des nutriments, en particulier du fer, du calcium et de l’acide folique.

Intolérance ou allergie ?

Il ne faut pas confondre l’intolérance au gluten avec les allergies au blé ou au gluten, plus rares, qui mettent en jeu des mécanismes immunitaires différents, en particulier les réactions à l’IgE (œdème de Quincke …).

Différentes formes de la maladie coeliaque

La forme du nourrisson et celle du jeune enfant sont les plus classiques. L’enfant présente souvent une diarrhée chronique. Son abdomen est ballonné et ses membres graciles. Il existe le plus souvent un ralentissement de la croissance en poids et en taille.

Chez l’enfant plus âgé, la maladie peut être peu symptomatique, limitée isolément à une petite taille, un retard d’apparition de la puberté, une anémie ferriprive chronique, des anomalies de l’émail dentaire, des douleurs articulaires…

Chez l’adulte, les signes de la maladie peuvent être la diarrhée et un amaigrissement inquiétant. Plus souvent que chez l’enfant, la maladie peut être mono-symptomatique (anémie ferriprive, ostéoporose…) ou atypique (se manifestant par des crampes musculaires, une stomatite aphteuse, des irrégularités menstruelles, des fausses couches à répétition…). Il faut donc évoquer systématiquement la maladie devant ces symptômes.

Le nombre et l’intensité des symptômes varient d’une personne à l’autre.

Les critères pour poser un diagnostic de cette maladie sont :

– rechercher les anticorps spécifiques de la maladie (anti-transglutaminase) dans le sang.

– en cas de positivité, pratiquer une endoscopie avec prélèvements (biopsies) sur la partie haute de l’intestin grêle (duodénum).

– constater une rémission des symptômes après la mise au régime sans gluten.

Certains malades cœliaques ont des anticorps négatifs et, en cas de forte suspicion, une endoscopie peut être nécessaire pour porter le diagnostic.

Régime sec !

Le seul traitement de la maladie cœliaque consiste à suivre un régime sans gluten strict et à vie. Il n’existe aujourd’hui, aucun traitement médicamenteux. L’exclusion du gluten de l’alimentation est donc le souci quotidien des malades. Le respect de ce régime pose un problème surtout au moment des repas en collectivités : crèches, cantines, restaurants…

Les intolérants au gluten doivent également être vigilants dans le choix des produits alimentaires courants. Le gluten peut être présent sous forme directe (farine…) ou par contamination.

Régime sans gluten

Le régime sans gluten concerne donc les personnes malades cœliaques, mais aussi les enfants autistes ou hyperactifs à qui a été prescrite cette diète, mais également celles suivant le régime «Seignalet » ou souhaitant se passer des céréales «à gluten» trop mutées.

Il intéresse aussi les personnes qui désirent apporter à leur organisme une alimentation source de santé et de vitalité. Il aide également les personnes fatiguées, stressées, déprimées, dont l’organisme a été encrassé par une alimentation dénaturée.

Le gluten est présent dans les produits de boulangerie, car il donne du volume et de l’élasticité aux pâtes et rend les pains moins friables. Il ne s’agit pas uniquement de supprimer le pain, les pâtisseries, les viennoiseries, les pâtes (à base de blé principalement) et les céréales.

Le gluten est aussi présent dans de très nombreux produits alimentaires du commerce car il sert souvent de liant ou d’épaississant, et pas seulement dans le pain et les céréales. Il est prudent de se méfier des produits transformés. Et donc il faut bien vérifier la composition en détail sur les étiquettes pour déceler l’éventuelle présence de gluten. En effet, si vous devez impérativement suivre une diète sans gluten, consommer du gluten caché dans un produit préparé, même en quantité infime, risque d’endommager l’intestin. Pour les allergiques au gluten, la vigilance sera nécessaire car on trouve du gluten, même là où on ne s’y attend le moins, dans certains médicaments, fromages, charcuteries, compotes de pommes, confitures, cocktails de vitamines, mélange d’épices, yaourts…). Dans les figues et les dattes aussi, qui sont souvent farinées (à la farine de blé) pour éviter qu’elles ne se collent entre elles.

Le gluten se cache aussi sous diverses appellations : malt et extrait de malt, amidon (de blé, d’orge, de seigle, en fait issu de toutes les céréales interdites, etc.), et amidon modifié dont l’origine n’est pas précisée, protéines végétales hydrolysées (ou extraits de protéines végétales hydrolysées), protéines végétales (par ex. texturées), matières amylacées, agents anti-agglomérants (souvent présent autour des figues et des pâtes de fruits, du chocolat), épaississants (présents dans beaucoup de produits allégés), liant protéinique végétal, matières grasses allégées, capsules ou gélules glutinisées (gélatine et gélopectose sont autorisées)…

Même si vous avez l’habitude d’acheter un produit que vous pensez sans gluten, la recette et la composition peuvent évoluer, il faut donc lire la liste des ingrédients avant chaque achat.

Il est donc conseillé de préparer soi-même ses repas en partant d’aliments de base, simples, non préparés industriellement et réputés exempts de gluten, dans de la vaisselle et avec des ustensiles, très soigneusement lavés s’ils servent à cuisiner aussi pour des personnes qui ne suivent pas une diète sans gluten (éviter en particulier les cuillères, fourchettes et planches à découper en bois qui peuvent contenir des résidus de gluten).

Certaines marques vendues principalement dans le circuit bio sont officiellement «garanties sans gluten» ou «gluten free», mais sont souvent beaucoup plus chères que celles non garanties. Logo «gluten free» : un épi de céréale barré. Ils portent généralement un logo représentant un épi de céréale barré sur l’emballage.

Signalons que le prix de ces produits est élevé mais, si vous devez poursuivre ce régime à vie, c’est probablement un bon investissement.